Autres journaux :



lundi 18 mai 2015 à 20:22

Filière viande (Agriculture – politique)

"Lettre ouverte des éleveurs bourguignons aux politiques" !



 

« Mesdames et Messieurs les décideurs (il paraît …),

 

Mesdames et Messieurs les faussaires de l’élevage (là c’est sur …),

 

 

Vous avez pu le constater au cours des jours qui viennent de s’écouler, le seuil de tolérance des producteurs bovins-viande est désormais atteint. Atteint, parce qu’après presque une décennie de bas revenus, les mêmes acteurs (grande distribution, abatteurs, fédérations professionnelles de la filière viande) se retrouvent autour de la même table pour discuter du même sujet, celui de la confiscation de la valeur ajoutée opérée par l’aval de la filière au dépend des éleveurs.

 

 

Jusqu’alors les actions de blocage conduites à l’encontre des abatteurs se sont révélées délicates, et nous nous sommes contentés, en Bourgogne comme partout ailleurs, de faire montre de pédagogie en appelant au retour à la responsabilité des entreprises. Message reçu ? A en croire la perspicace intervention de Jean-Paul BIGARD à l’occasion de la table-ronde tenue hier à Paris sous la présidence du ministre de l’agriculture, la réponse est non. Autiste, considérant « que les producteurs doivent se mêler de ce qui les regarde », le grand patron de l’industrie des viandes a réellement brillé par son dédain, son arrogance, son mépris à l’égard des éleveurs. Les OP et OPNC ont elles aussi brillé hier … par leur surprenant silence.

 

 

Alors aujourd’hui, mercredi 13 mai 2015, nous disons « chiche ! ». En prenant acte du calendrier de travaux fixé par le ministre de l’agriculture pour faire avancer les demandes portées par la FNB, nous demandons à voir quelle énergie les familles de l’interprofession vont déployer pour faire avancer les revendications légitimes des producteurs et enfin respecter d’une part le produit, d’autre part les producteurs ? Elles disposent pour cela d’un mois.

 

 

Nous aussi … Pour préparer efficacement le terrain au durcissement de l’action syndicale. Pendant un mois, nous serons des observateurs avisés et serons à même d’identifier « l’aval qui triche » et « l’aval qui ne triche pas », distribution comprise.

 

 

Enfin, il est indispensable que dès la semaine prochaine, les cotations entrée-abattoirs artificialisées depuis des mois remontent de 7 centimes d’€. Cette augmentation devra en outre être suivie d’autres hausses dans les semaines à venir. Des mois que les éleveurs subissent le laminage orchestré par les gros faiseurs de l’abattage et de la distribution … Ces derniers ont un mois pour réagir, et dans le bon sens !« 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer