Autres journaux :


vendredi 28 août 2015 à 07:07

Crise de l’élevage (Montceau-les-Mines)

La mairie de Montceau au chevet de l’agriculture locale



 

La Ville de Montceau par l’intermédiaire de son maire, Marie-Claude Jarrot, soutient les agriculteurs et entend travailler de concert pour privilégier les produits français voire locaux. Des actions communes seront menées afin de valoriser les différentes filières de production et d’élevage de la région à destination du grand public mais aussi et surtout des collectivités de Saône-et-Loire.

 

Une rencontre s’est récemment tenue entre Mme Jarrot, maire de Montceau et présidente de l’Association des Maires de Saône-et-Loire (A.M.S.L.), Bernard Lacour, président de la FDSEA de Saône-et-Loire, Thierry Igonnet, directeur de la FDSEA 71, et Guillaume Gauthier, président des Jeunes Agriculteurs de Saône-et-Loire.

 

 

Mesures prises en faveur des agriculteurs

 

Dans le cadre de l’Association des Maires de Saône-et-Loire, Mme Jarrot a proposé aux agriculteurs de travailler de concert en organisant une conférence de territoire à destination des élus sur le thème des marchés publics en prenant l’exemple de la restauration collective dans les groupes scolaires, établissements hospitaliers ou accueillant des personnes âgées. La FDSEA et les J.A. seront invités à présenter leurs pratiques.

 

« Le nerf de la guerre est le prix du repas, explique Mme Jarrot, il est nécessaire d’interpeller les élus sur le fait que manger français ou local n’est pas plus cher. La proximité du produit doit être un critère important dans le cahier des charges tout comme le développement durable. Il est possible de manger local pour toutes les bourses. »

 

Pour Mme Jarrot, il serait également nécessaire d’agir sur l’éducation alimentaire par le biais des programmes scolaires et des activités périscolaires comme le font les agriculteurs avec les opérations Fermes Ouvertes ou Semaine du goût pour lutter contre « la malbouffe ».

 

La possibilité de rencontrer des maires a été soulevée dans le cadre de la rentrée scolaire ce mardi 1er septembre. Mme Jarrot va mobiliser le réseau de l’A.M.S.L. pour mettre en relation agriculteurs et élus locaux autour du partage d’un repas dans les cantines scolaires.

 

M. Lacour a rappelé que les filières locales sont organisées pour répondre aux besoins. « Dans notre bassin de production AOC Charolais, il est nécessaire de redonner une valeur et le respect à l’alimentation en privilégiant la proximité. Nous devons travailler sur du court terme pour faire en sorte que les pratiques restent locales. »

 

 

Le contexte

 

L’activité de production d’élevage française est dramatique : les filières s’enfoncent dans l’une des crises les plus graves de leur histoire avec des cours du porc, du bœuf, du lait qui sont au plus bas. Ils ne couvrent même plus les coûts de production. Tel est le constat exposé par M. Lacour qui exprime « un ras-le-bol généralisé dû à la perte des fondamentaux du métier, c’est-à-dire nourrir les hommes ». Les actions se sont multipliées au début de l’été en Saône-et-Loire comme un peu partout en France afin de sensibiliser les pouvoirs publics mais aussi la population sur les difficultés rencontrés par les différentes filières face à la concurrence rude des marchés mondiaux et les inciter à privilégier les produits français.

 

Agriculteurs et la présidente de l’A.M.S.L. affichent une volonté commune et un message commun adressé aux décideurs et aux agriculteurs afin que ce travail conjoint encourage les filières et que « tout le monde sente une vraie dynamique et ainsi mettre en adéquation une volonté et des pratiques ».

 

 

 

 

 

jarrot 2708152

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




4 commentaires sur “Crise de l’élevage (Montceau-les-Mines)”

  1. MSV dit :

    Me Jarrot

    En tant que fervent soutien de Center Parcs, avez-vous envisagé avec les managers du groupe l’éventualité d’un partenariat avec les agriculteurs locaux : manger local n’est pas plus cher dites-vous ? alors faisons manger de la viande et des produits bourguignons aux vacanciers de Center Parcs……..la mal sera moindre.

  2. fredo dit :

    Avec les représentants de quel modèle agricole ??

    Celui qui pollue, celui qui exporte ses broutards en Italie, celui qui est hyper spécialisé, celui qui ne fait que défendre le système qu’il critique….

    La FNSEA a emmené les agriculteurs dans une voie sans issue…

  3. roussillon dit :

    Chambre d’agriculture comme chambre artisanale et des métiers se réjouissent à la perspective de l’implantation de Center Parc au Rousset…ce serait même un « investissement doux.. » et une composante de « la dynamique rurale ».

    Que le cahier des charges du projet inscrive en dur le droit d’accès des producteurs de lait, de viande, et de légumes locaux, 1 à 2 fois par semaine, afin de livrer en direct aux résidents du Parc !

  4. phil dit :

    et dans les cantines
    les maisons de retraite (j ai travaille je sais que je parle )
    l hospital

    ca ferai bcp de vaches et de porcs
    il y as lycee qui jouais le jeux c le lyce parriat viande charolaise
    bravo