Autres journaux :


lundi 15 février 2016 à 18:00

Agriculture (France – Europe)

Les Républicains demandent "l'état d'urgence agricole"



PARIS, 15 fév 2016 (AFP) – Le parti Les Républicains a appelé lundi le gouvernement à « déclarer l’état d’urgence agricole », impliquant une baisse des charges, un moratoire sur les normes, la suppression du compte pénibilité ou la fin de l’embargo russe.

 

« L’état d’urgence agricole, ça veut dire concrètement cinq mesures immédiates que nous souhaitons voir adoptées par le gouvernement », a affirmé Guillaume Larrivé, porte-parole de LR, lors de la conférence de presse hebdomadaire de son parti, alors que se déroulait un Conseil européen sur l’agriculture à Bruxelles.

 

« La première urgence, c’est la compétitivité ». « Nous appelons le gouvernement à définir une baisse immédiate des charges qui pèsent sur l’agriculture et à s’engager dans de vraies politiques de filières ».

 

Il faut également « en finir avec le compte pénibilité et rétablir une TVA compétitivité ». L’adoption du premier et la suppression de la seconde par le gouvernement ont selon lui « considérablement affaibli l’agriculture française et appauvri les agriculteurs ».

 

« Nous appelons le gouvernement à adopter un moratoire sur les normes. Nous n’acceptons pas que la France surtranspose les normes européennes » qui « attachent un boulet aux pieds des agriculteurs français », a également affirmé M. Larrivé.

 

Autres demandes: que « la France s’engage pour une meilleure régulation du prix des matières premières agricoles », que François Hollande engage « sans délai » les négociations avec Vladimir Poutine pour « en finir avec l’embargo russe », ou encore que « la transparence » soit faite sur les négociations en cours sur le traité transatlantique.

 

« Il est invraisemblable que personne dans aucune enceinte démocratique ne soit capable aujourd’hui de dire quel est l’état des négociations entre les Etats-Unis et l’Europe sur les questions de commerce international en général et surtout sur les questions agricoles en particulier », a estimé M. Larrivé.
« On aimerait que le Parlement, qui a débattu pendant des semaines de la question importante de la loi de révision constitutionnelle, consacre autant d’énergie à ces questions agricoles », a-t-il ajouté.

 

Parmi les propositions de Nicolas Sarkozy dans la perspective de 2017, présentées ce week-end devant le Conseil national de son parti, figure un « plan Marshall pour la ruralité ».

 

François Hollande a annoncé jeudi soir une baisse des cotisations sociales immédiate pour « l’ensemble des agriculteurs ».

 

Guillaume Larrive 2014

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




3 commentaires sur “Agriculture (France – Europe)”

  1. talaouano dit :

    Ok d’accord, et il y a aussi l’état d’urgence social( plus en plus de misère, sdf…etc) l’état d’urgençe économique ( record et pic de chômage)…..

  2. Daniel Z dit :

    L’état actuel est dû à nos élus, élus qui ont engagé notre pays dans une construction européenne totalement irréaliste et boulimique

    C’était prévisible. Il suffisait de constater que nos décideurs n’étaient même pas été capables d’harmoniser et faire travailler des administrations ensembles !
    Nos voisin anglais ont été bien moins rêveurs que nous !!!

    Il existe une solution : il faut confier les commandes à des cul-terreux, de préférence femelles, qui elles, auront les pieds par terre, et sauront séparer les beaux parleurs idéalistes des pragmatiques.

    Amitiés

    • sloup dit :

      Bonjour Daniel,
      Une fois de plus vous avez raison, mais j’y ajouterai quelques autres aménagements qui pourraient donner quelques subsides à nos PETITS agriculteurs (les gros se débrouillent très bien avec nos élus)
      1°_ vu nos nouvelles régions, plus besoins de tant de députés. On doit pouvoir en supprimer 1/3. A ces quelques dizaines de millions, on peut ajouter les diverses primes allouées aux restes (vestimentaires, attache,etc…)
      2°_ nos sénateurs, inutilles, on peut en supprimer 50% (ceux qui dorment en sessions ou ne peuvent se déplacer). Pour les autres, revoir les indemnités (chauffage, etc…) et leur caisse de retraite sûrement plus intéressante que sera ou est la votre.
      3°_les euros députés, je n’ose avancer de chiffre.
      Si vous cumulez le tout (ne vous trouvez pas mal en point) combien de CENTAINE de MILLIONS……….