Autres journaux :


mardi 22 novembre 2016 à 07:55

De Chevagny-sur-Guye en passant par Pouilloux jusqu’au palais de l’Elysée

Jérémy Decerle, président national des jeunes agriculteurs reçu aujourd’hui par François Hollande





 C’est un éleveur de bovins allaitants très occupé, par son exploitation d’une part et la présidence nationale des jeunes agriculteurs depuis le 2 juin dernier d’autre part. Jérémy Decerle, 32 ans, trouve, néanmoins, parfois le temps de revoir ses amis, en particulier ceux de son club de football, l’Etoile sportive de Pouilloux. « Il y a encore deux ou trois ans, j’étais le numéro 9 de l’ESP en équipe A.

 

 

J’ai participé à la remontée du club en première division » aime-t-il à préciser. Aujourd’hui, avec son brassard de capitaine en chef des jeunes agriculteurs, c’est toute l’agriculture dans sa globalité qu’il souhaiterait faire remonter en flèche.

 

Cinq mois d’attente avant de rencontrer Hollande

 

 

Sur la table, son portable ne cesse de sonner. S’affiche le plus souvent « Paris JA », ou encore régulièrement les conseillers du ministre de l’agriculture et depuis ces derniers jours, le palais de l’Elysée. Certes, François Hollande n’appelle pas en direct. « Je suis en contact avec sa conseillère en agriculture » mentionne Jérémy Decerle. Car aujourd’hui, il a rendez-vous avec le président de la République à 15h à l’Elysée dans un salon don t il a oublié le nom. Une rencontre que le nouveau président des JA a enclenché depuis son élection (en juin 2016) qui se finalise seulement maintenant. « Au départ, sa conseillère m’a répondu que le président passerait nous voir cinq minutes » stipule Jérémy Decerle. En somme, aucun intérêt. Alors de cinq minutes, l’entretien est passé à trente minutes. Déjà plus sérieux quand on connaît le nombre de sujets qui brûle les lèvres de l’éleveur de Saône-et-Loire.

 

 

En premier lieu, Jérémy Decerle évoquera avec François Hollande les jeunes agriculteurs. Logique ! « Je veux lui faire prendre conscience qu’il est important d’accompagner nos jeunes au moment de l’installation, lui faire toucher du doigt que sans nouveaux agriculteurs, c’est une profession qui se meurt. Il faut assurer le relève ». En l’espace de dix ans, le métier a perdu plus de 25% de ces hommes et de ces femmes, car « ce n’est pas tant la taille de l’exploitation qui compte mais le nombre de personnes qui puisse en vivre ».

 

 

Jérémy Decerle attend des réponses du chef de l’Etat

 

 

Autres sujets qui devraient être amenés sur la table, l’environnement et l’écologie. En France, les règles sont strictes alors qu’ailleurs « ces règles ne sont pas respectées, notamment aux Etats-Unis, au Canada, où, on le sait les bovins ne grandissent pas tout à fait naturellement et avec la signature du Ceta (accord Canada – Europe), il n’est pas impossible qu’on retrouve du bœuf canadien dans nos assiettes ».
Et que penser des ventes d’armes françaises aux pays de l’Amérique du sud avec parfois, en échange de la nourriture ? « Les accords signés sont négociés en catimini, je souhaite mettre l’accent dessus », affirme le président des JA. Car là encore, lui qui a fait un stage du Brésil, se demande encore comment une exploitation de 24 000 bovins « sur une terre aussi sec que du carrelage », engraisse les animaux ? Aura-t-il le temps d’évoquer la PAC, la politique commune agricole européenne ou encore l’image désastreuse que renvoie des associations qui prône de ne plus manger de viande…

 

 

 

Mais, à quoi bon rencontrer un président de la République à six mois de l’élection présidentielle ? « Nous attendions depuis juin, nous ne pouvions pas décliner l’invitation » déclare Jérémy Decerle. Il estime qu’il est d’actualité de marteler nos idées, d’échanger et de délivrer « notre message ». « Evidemment, je suis réaliste, la rencontre avec Hollande ne va pas solutionner tous les problèmes mais j’espère qu’il pourra véhiculer notre volonté de faire bouger les choses le temps qu’il est aux affaires et s’il se représente».

 

 

Dehors, le vent souffle fort à Chevagny-sur-Guye près de La Guiche. Les premières gouttes de pluies tombent également sur cette campagne si précieuse aux yeux du président des JA. Si seulement l’horizon pouvait s’éclaircir d’ici ce soir !

 

 

 

Jean Bernard

 

 

 

jeremy-decerle-2211162

 

 

jeremy-decerle-2211163

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer