Autres journaux :



mercredi 7 janvier 2015 à 05:26

Du côté de la librairie…

Envie de lire… les productions locales



 

Envie de lire…

 

 

les productions locales

 

Pour ce début d’année, mettons à l’honneur nos éditeurs et auteurs locaux. Des livres d’histoire aux romans en passant par le scrapbooking, il y a des pépites en Saône-et-Loire !

 

 

Anne Percin, auteure de mon coup de cœur 2014 (Le premier été), a publié aux éditions La Brune au Rouergue « Les singuliers ».
Dans ce roman écrit sous la forme épistolaire, Hugo Boch, jeune peintre d’origine belge, échange avec sa cousine Hazel qui vit à Paris, et son ami Tobias à Bruxelles. Durant l’été 1888, il réside à Pont-Aven, village typique du Finistère qui attire l’avant-garde du monde de l’art, rejetant à la fois l’académisme et l’impressionnisme. On retrouve grâce à ces lettres toute la singularité du XIXe siècle, les transformations de la capitale, les querelles des milieux artistiques avec Gauguin ou Van Gogh en chefs de file. Hugo, lui, découvre le monde de la photographie, et ne sait plus très bien s’il doit encore peindre. Après que ses parents lui coupent les vivres, et refusant de réintégrer les ateliers ou de participer à des salons, le jeune homme va vivre en reclus, cherchant sa singularité au travers des portraits mortuaires de paysans qu’il réalise.

 

Mélange de personnage fictifs et de faits réels, ce roman rend un bel hommage aux artistes et à leur courage face aux critiques et aux obstacles. De nombreuses anecdotes émaillent les pages, issues d’une recherche documentaire importante. Par ce biais, Anne Percin aborde l’évolution des techniques et des mœurs, et décrit avec précision le basculement créatif instauré par ces artistes. Une belle découverte.

 

livres 0601156

 

Anne Percin. Les singuliers. Arles : Editions du Rouergue, 2014. 400 p. 22 €

 

Les Editions de l’Escargot savant proposent deux ouvrages consacrées aux deux grands conflits mondiaux du 20e siècle.

 

Olivier Gauthier, habitant de Saint-Germain-du-Bois, nous propose « Une résistance française en Bresse et en Bourgogne ». Il a retrouvé de nombreuses pièces d’archives inédites, des témoignages et des documents personnels qui nous font vivre, dans un style engagé, le quotidien des Bourguignons et des Bressans qui avaient décidés de se mobiliser contre l’occupant pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils s’étaient rebellés pour défendre leurs valeurs, leur nation, se révoltant avant d’organiser une lutte clandestine.

 

De tous bords, ils harcèleront côte à côte les troupes allemandes, organisant sabotages, embuscades et autres coups de main. Beaucoup paieront de leur vie cet engagement.

 

Cet ouvrage passionnant regorge de détails précis sur les batailles qui eurent lieu sur notre territoire, mettant ainsi en lumière la vie (et la mort) de ces résistants. On découvrira ainsi le parcours des jeunes Henri Tarillon et Albert Hesse, morts torturés le 17 juin 1944, ou l’histoire des villages martyrs de Mervans, Cuisery et Simard les 23 et 24 août 1944. L’auteur propose également, à la fin de son ouvrage, une liste des réfractaires au STO pour le canton de Saint-Germain-du-Plain. Un beau travail de mémoire, à lire pour garder une trace d’un passé pas si éloigné que ça.

 

Quelques années avant, la Première guerre mondiale faisait des ravages sur tout le territoire français. À l’été 1914, une famille de paysans bourguignons se retrouve plongée dans ce cauchemar. L’auteur a regroupé une correspondance de près de deux cents lettres qui va dévoiler son histoire, du monde ancien des terroirs aux lumières de la Belle Époque, basculant brutalement dans ce terrible. Entre les parents, les femmes et les enfants restés à l’arrière et les hommes partis au front s’instaure un échange à voix multiples, retraçant à la fois les itinéraires de chacun et l’aventure collective d’une famille bouleversée. Du poilu de Verdun au prisonnier de guerre, du jeune bleuet à la gueule cassée, de la marraine de guerre à la mère endeuillée, tous les personnages de la « Grande Guerre » sont conviés dans ce tableau réaliste de la France paysanne en guerre.

 

Sébastien Langlois réussit là une belle plongée dans cette époque trouble, régie par les seuls échanges épistolaires, qui bouleversera plus d’une famille. La proximité des courriers, les paroles échangées, les cartes, tout cela contribue à nous plonger pendant cinq années dans la vie de la famille Dury. Les six garçons aux six profils différents dessinent la palette des caractères de l’époque, à laquelle s’ajoutent les voix des femmes de l’arrière, des mères et des épouses. Une belle réussite.

 

Olivier Gauthier. Une résistance française en Bresse et en Bourgogne.

 

livres 0601155

 

Vievy : Editions de l’Escargot Savant, 2011. 392 p. 15 € / Sébastien Langlois.

 

De la terre à la guerre : la vie d’une famille bourguignonne pendant la première guerre mondiale.

 

livres 0601158

 

 

Vievy : Editions de l’Escargot Savant, 2014. 350 p. 18 €

 

Et pour terminer, petit coup de projecteur sur deux auteures locales qui ont été récemment publiées, dans deux domaines très différents.
La première est Blanzynoise. Elodie Gressel est une passionnée de scrapbooking et anime de temps en temps des ateliers sur ce thème à la maison de quartier des Rompois. Les Editions de Saxe, maison bien connue des adeptes de loisirs créatifs, ont publié dans leur collection Secrets de blogueuses ses réalisations au sein d’un ouvrage intitulé « Les cartes scrappées ». On y trouve les explications pour fabriquer cartes d’anniversaire, de naissance, de mariage…. grâce à différentes techniques (pliage, collage, découpage, tampon…). Une très originale carte « aventure » de forme pyramidale comblera les fans de voyages. Elodie dispose par ailleurs un site sur lequel on peut retrouver ses créations : http://lelabodelodie.canalblog.com. A visiter !

 

livres 0601154

 

Elodie Gressel. Les cartes scrappées. Paris : Editions de Saxe, 2014. Coll. Secrets de blogueuses. 8,50 €

 

Marion Le Hir de Fallois est bien connue des montcelliens. Cette résidente de la petite commune de Saint-Martin-de-Salencey avait rédigé en 2006 le très bel ouvrage « Vies communes – 18 lieux 56 portraits » édité à l’occasion des 150 ans de Montceau-les-Mines. Illustré par son mari photographe, Bruno, il dressait le portrait de personnages ou de lieux emblématiques, comme le lavoir des Chavannes.
Avec l’Epicerie de l’orage, maison d’édition marseillaise, elle a publié « Mon livret de famille ». Concept très original, ce livre regroupe à la fois des textes pour expliquer ce qu’est la famille, quelles formes elle peut prendre, et se poursuit avec un carnet pour raconter SA famille et en dessine le portrait.

 

Aux Editions Kilowatt, deux ouvrages sont nés sous sa plume. En 2010, « Anisia » racontait l’histoire d’une petite angolaise venue vivre en France avec ses parents et son petit frère. Et tout récemment, en 2014, « Les beignets de ma mère » traitait de la ségrégation aux Etats-Unis. Marion Le Hir de Fallois participe régulièrement au salon du livre jeunesse à Montreuil. Elle a plusieurs nouveaux projets en cours que l’on est impatient de découvrir !

 

Mon livret de famille. Marseille :

 

 

livres 0601157

 

 

Epicerie de l’Orage, 8,50 € /

 

 

livres 0601152

 

Anisia. Paris : Kilowatt, 2010. Coll. Un jour ailleurs. 32 p. 10,20€ /

 

livres 0601153

 

Les beignets de ma mère. Paris : Kilowatt, 2014. 48 p. 15,80 €

 

 

Véronique Décrenisse-Kieny

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Du côté de la librairie…”

  1. cntrbbl71 dit :

    Pour privilégier votre libraire à Amazon, un module peut très facilement s’ajouter à certains navigateurs (firefox, chrome…), voir :
    http://www.zebulon.fr/actualites/13982-amazon-killer-l-application-qui-souhaite-sauver-les-librairies.html