Autres journaux :


vendredi 10 avril 2015 à 05:26

C’est arrivé un 10 avril… (Voir NOTRE vidéo)

2012 : la disparition de Raymond Aubrac !



Si nous avons, une fois de plus fait appel à Wikipédia (l’encyclopédie libre) pour évoquer une disparition bien trist, nous allons pouvoir la « départementaliser » puisque nous avons rencontré l’homme exceptionnel qu’était :

 

 

 

 

 

 

 

 

« Raymond Aubrac, de son vrai nom Raymond Samuel, né le 31 juillet 1914 à Vesoul et mort le 10 avril 2012 à Paris, est un résistant français à l’Occupation nazie et au régime de Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale.

 

 

Ingénieur civil des Ponts et Chaussées (promotion 1937), il est spécialement connu pour s’être engagé avec son épouse Lucie dès 1940 dans la Résistance intérieure française. Sous le pseudonyme Aubrac, aux côtés d’Emmanuel d’Astier de La Vigerie, il participe, dans la région lyonnaise, à la création du mouvement Libération-Sud, plus tard intégré dans les Mouvements unis de la Résistance (MUR) dont le bras armé fut l’Armée secrète : Aubrac y secondera le général Delestraint.

 

 

À la Libération, il est nommé commissaire de la République à Marseille, puis responsable du déminage au ministère de la Reconstruction. Compagnon de route du PCF, il crée ensuite BERIM5, un bureau d’études investi dans les échanges Est-Ouest avant de devenir conseiller technique au Maroc et fonctionnaire de la FAO.

 

 

Ami d’Hô Chi Minh depuis 1946, il est sollicité par Henry Kissinger pour établir des contacts avec le Nord Viêt Nam, pendant la guerre du Viêt Nam entre 1967 et 1972.

 

 

À la fin de sa vie, il s’engage en faveur des droits du peuple palestinien et adhère à l’Union juive française pour la paix.« 

 

Lorsque nous employons le terme de « départementaliser » ce n’est pas une simple « argutie » mais une réalité car nous avons souvent rencontré cet homme remarquable, dans tous les sens du terme, ainsi que son épouse : Lucie !

 

Du très long article qui lui est consacré, nous avons conservé cette infirme partie :

 

 

Derniers engagements, prises de position et reconnaissances

 

 

« En juillet 2003, il participe à l’appel « Une autre voix juive », qui regroupe des personnalités juives solidaires du peuple palestinien, pour une paix juste et durable au Proche-Orient.

 

 

Il continue à participer à la vie citoyenne, prenant des positions tranchées comme lorsqu’il signe ainsi, à l’appel de plusieurs organisations dont l’Union juive française pour la paix (UJFP) dont il est adhérent, en août 2006, un appel contre les frappes israéliennes au Liban, paru dans Libération et L’Humanité. Il est membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine dont les travaux ont commencé le 4 mars 2009.

 

 

En octobre 2008, il devient un des premiers membres du comité de soutien des vétérans des essais nucléaires et participe à une marche vers Matignon pour remettre au Premier ministre 16 000 pétitions en faveur de la reconnaissance et de l’indemnisation des vétérans des essais nucléaires.

 

 

Il a également signé l’appel collectif de résistants de la première heure à la commémoration du 60e anniversaire du Programme du Conseil national de la Résistance du 15 mars 1944. Ce texte enjoint notamment « les jeunes générations à faire vivre et retransmettre l’héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle. »

 

 

Avec son épouse, il signe la préface du livre collectif L’Autre Campagne (La Découverte, 2007) faisant des propositions alternatives à celles des divers candidats aux élections présidentielles de 2007.

 

 

Le 17 mai 2009, à l’occasion du rassemblement citoyen organisé par le collectif CRHA (Citoyens résistants d’hier et d’aujourd’hui), il prononce un discours au plateau des Glières et accepte, aux côtés de Stéphane Hessel, de devenir parrain de l’association.

 

 

L’association Claude Guyot a été créée à Arnay-le-Duc (Côte d’Or) en août 2010. Raymond Aubrac, ancien élève de Claude Guyot à Dijon, en fut membre fondateur et président d’honneur.

 

 

Raymond Aubrac a été nommé citoyen d’honneur de la ville de Villeneuve-d’Ascq le 10 janvier 2012.

 

 

La République lui rend les Honneurs, le 16 avril 2012, au cours d’une cérémonie dans la cour de l’Hôtel des Invalides. En cette occasion, le juriste Jacques Vistel, fils du résistant Alban Vistel, président de la Fondation de la Résistance et Jean-Louis Crémieux-Brilhac, ancien Français Libre, prononcent des discours.

 

 

Il a été incinéré puis rejoint les cendres de son épouse Lucie, décédée en 2007, au cimetière de Salornay-sur-Guye (Saône-et-Loire) le 12 mai 2012. »

 

 

Pour lire l’article complet, cliquez sur :

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Raymond_Aubrac

 

Signé : quelqu’un qui a été beaucoup troublé par « l’affaire de Caluire »…

 

 

Nous n’en voulons pour preuve que ces modestes vidéos tournées il y a quelques années :

 

 

 


Résistance : Raymond Aubrac témoigne à… par montceaunews

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer