Autres journaux :


samedi 18 avril 2015 à 05:43

C’est arrivé un 18 avril… (Voir notre vidéo)

1904 : le premier numéro du quotidien l'Humanité !



Vous ne serez sans doute pas sur pris d’apprendre que nous sommes, une fois de plus, inspiré de Wikipédia (l’encyclopédie libre) mais aujourd’hui, nous allons parler média et, en l’occurrence d’un confrère national qui s’appelle :

 

 

 

HUMANIT2 17 04 15

 

Photo : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k253902z.langFR

 

 

 

« L’Humanité est un journal français — socialiste jusqu’à fin 1920, puis communiste — fondé en 1904 par le dirigeant socialiste Jean Jaurès. Organe central du Parti communiste français de 1920 à 1994, il en reste très proche malgré l’ouverture de ses pages à d’autres composantes de la gauche. »

 

Ainsi commence l’article mais nous allons nous « intéresser » qu’aux deux premiers chapitres : 

 

Historique du journal

 

La naissance du quotidien socialiste L’Humanité (1904)

 

« Le premier numéro de L’Humanité paraît le lundi 18 avril 1904. Pour Jean Jaurès, son fondateur, ce nouveau quotidien socialiste (qui avait comme sous-titre « Journal socialiste quotidien ») doit être dans un premier temps un outil pour l’unification du mouvement socialiste français et, par la suite, un des leviers de la lutte révolutionnaire contre le capitalisme.

 

 

Dans son premier éditorial, Jaurès souhaite fixer deux règles de fonctionnement à son nouveau journal : la recherche d’information étendue et exacte pour donner « à toutes les intelligences libres le moyen de comprendre et de juger elles-mêmes les événements du monde », et l’indépendance financière.

 

 

L’Humanité de Jaurès (1904 –1914)

 

« Lors de sa naissance en 19044, L’Humanité ne représente qu’une partie du mouvement socialiste français. Au sein de sa rédaction figurent notamment René Viviani, Aristide Briand, Léon Blum, Jean Longuet, Lucien Herr, Jean Allemane, Octave Mirbeau, Henry de Jouvenel, Abel Hermant et Albert Thomas.

L’unification des socialistes français au sein de la SFIO en 1905 ouvre le journal à l’ensemble du mouvement socialiste français (notamment aux guesdistes). En 1911, la SFIO fait de L’Humanité son organe officiel lors du congrès de Saint-Quentin.

 

 

Dans le contexte international de plus en plus tendu du début du xxe siècle, le journal de Jaurès défend résolument des positions pacifistes et antimilitaristes en accord avec l’internationalisme du mouvement ouvrier. Le journal est également très présent dans le combat pour la laïcité et se veut le défenseur de la classe ouvrière.

 

 

Ces dix premières années sont difficiles économiquement pour le journal. Après un lancement réussi à 140 000 exemplaires, le journal tombe à 15 000 exemplaires en 1905. Il remonte ensuite lentement avec 80 000 exemplaires en 1912.

 

 

Durant l’été 1914, la vie du journal est totalement bouleversée par deux événements :

 

 

– l’assassinat de son directeur Jean Jaurès par le nationaliste Raoul Villain au café du Croissant le 31 juillet 1914.

 

– le déclenchement de la Première Guerre mondiale…« 

 

Pour lire l’article complet, cliquez sur :

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Humanit%C3%A9

 

Signé : queuqlqu’un qui aurait été un lecteur du temps de Jaurès !

 

 

 

 

 

 105 ans : l’âge de la plus vieille cégétiste de Saône-et-Loire 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “C’est arrivé un 18 avril… (Voir notre vidéo)”

  1. catalogne dit :

    Vous avez raison de ne pas publier tous les chapitres de l’histoire de ce journal, en particulier quand il a continué de paraître alors que tous les autres journaux étaient interdits. Je veux parler de la période de l’occupation avant l’entrée en guerre de l’URSS. Epoque peu glorieuse pour lui.