Autres journaux :


jeudi 20 août 2015 à 07:28

Point d’août à La briqueterie

Ciry-le-Noble accueille Mr le Conte



 

 

Vous pensiez peut être que nous allions laisser passer août sans faire un point sur la Briqueterie de Ciry le Noble ? Que Nenni, notre plaisir est de vous informer et de faire des points. Donc, voici le point sur un mois à la Briqueterie.

 

 

 

 

D’abord la fréquentation, a-t-on eu des chinois, des Coréens, des Malgaches ou des Fuégiens de la terre de feu ? NON, mais pourtant, outre nos Japonais de Juillet, moult nationalités passent l’entrée de la briqueterie.

 

 

Les 15 premiers jours d’août ont été plus fréquentés que tout le mois de juillet. On avance les enfants, on avance.

 

 

Les Cirysiens, leurs élus, les associations, ont la volonté farouche de faire vivre ce lieu de haute mémoire industrielle. Ils lui donnent vie, vigueur et espèrent beaucoup de la communauté urbaine pour que vive et profite l’écomusée et ses salles de spectacle et d’exposition.

 

Par cet été de la Briqueterie et les activités nombreuses qu’ils y ont accueillies, ils entendent prouver que ce site est viable à l’année.

 

 

La fréquentation en hausse permanente semble bien leur donner raison. Et c’est bien reparti pour septembre puisqu’un bus de visiteurs Allemands a retenu une visite guidée. Ach !!! Gute Nachrichten !!!

 

 

C’est Marion qui est aux commandes de l’accueil, Caroline assume les visites, et justement voila un trio de visiteurs qui la cueille juste comme elle revient de sa précédente prestation.

 

Ces filles toutes en sourire sont rejointes par Ophélie Bey, Adjointe au Maire de Ciry connue pour sa volonté de faire vivre ce lieu. Avec un accueil pareil comment voulez vous ne pas venir visiter ce lieu magique. Et encore il manque Chloé.

 

 

A partir du 18 août (et jusqu’au 20 septembre) une exposition a pris la succession de celle d’Isabelle Nugues. Il s’agit d’une expo de peintures, dessins et assemblages décoratifs de l’Atelier des jumelles.

 

 

Valérie et Christine Macraigne ont suspendu aux murs de la salle d’expo des portraits d’Alicia Keys, Arnaud Tsamère, Bruno Todeschini, Hugh Jackman, Kev’ Adams, Jules Verne, Colplay, Amy Winehouse, Jean Gabin, Louis de Funès et compagnie, plus des décos.

 

 

Ça vaut vraiment le déplacement. Venez nombreux visiter cette expo intéressante.

 

 

A signaler que Valérie Macraigne est aussi écrivaine et qu’elle a écrit « Le Monde à l’envers », publié aux Editions du NET.

 

http://www.leseditionsdunet.com/roman/3554-le-monde-a-l-envers-valerie-macraigne-9782312037240.html

 

 

Et comme le dit Ophélie Bey, faisons d’une brique deux coups et intéressons nous à la compagnie des « Conteurs à gaz ».

 

 

Ces quatre conteurs ne sniffent pas des effluves bizarres mais le nom de leur troupe laisse dubitatif. Comme toujours il y a deux versions.

 

 

La première, soft, intellectuelle, fait appel à une séance de brainstorming un soir pour trouver un nom au groupe qui se formait. Les contes sont comme l’éther du temps, si volatiles, ils permettent l’oubli du réel et sont légers comme le vent, un gaz qui s’évapore. On ne peut les comptabiliser, alors idée géniale, les « conteurs à gaz ». Vous avez bien noté le plan B, voici le plan A.

 

 

La seconde est plus triviale, il y a bien du gaz mais c’est celui des bulles du champagne. Il y a bien eu brainstorming mais dans le sens littéral du terme, une tempête dans le cerveau – que l’on appelle aussi « mal de but » ou gueule de bois-. Entre les deux, je trinque et je prends un Alka Seltzer, dans l’euphorie de la création de la troupe et du champagne qui coule à flot : idée géniale, les « conteurs à gaz ».

 

 

En fait la première version est venue étayer la réflexion après la poche de glace. Fallait bien se sortir du mauvais pas et expliquer aux gens cette appellation géniale.

 

 

Trêve de plaisanterie, voila une fine équipe qui travaille (le terme est mal choisi) ensemble depuis 18 ans. Ça a commencé il y a 20 ans par un stage de contes organisé par la CCUM au cours duquel ils se sont rencontrés et ont pris le virus. Ensuite ils ont continué dans un groupe d’une quinzaine de personnes pendant deux ans avant de fonder (hips !) « Les Conteurs à gaz » le 25 mars 1997.

 

 

Leur première fois, on n’oublie jamais sa première fois, c’est dans un four de la Briqueterie (maintenant fermé au public) qu’ils l’ont jouée. Public aux dimensions du four bien sur. Depuis ils ont progressé dans leur art mais aussi dans la fréquentation de leurs spectacles (une dizaine l’an tout de même).

 

 

Au début ils étaient 5, mais au bout de 8 ans l’une d’entre eux est partie à Paimpol. Quelle drôle d’idée lorsque l’on vit en Bourgogne du sud… M’enfin c’est la vie…

Depuis 10 ans ils restent à 4 et ne se voient plus accueillir quelqu’un en plus. Ils sont à « leurs dimensions », à leur équilibre. C’est comme une fratrie en fait.

 

 

La présidente, Madeleine Boyer, et ses compagnons et compagnonnes répètent aujourd’hui le spectacle qu’ils vont donner samedi soir à la Briquèterie.

 

 

Soyez à l’heure, 20H30, vous êtes attendus.

 

 

Le thème de la soirée c’est l’arbre. Ne nous cachons pas derrière la forêt, c’est le merveilleux de l’arbre qui tisse le fil rouge des contes qui seront dits, vécus, par nos quatre artistes. Madeleine Boyer a réécrit, retravaillé, disons le –sublimé-, les frères Grimm et Andersen au travers d’un conté intitulé « les 7 signes ».

 

 

Jean Jacques Dazy est branché Bucheron et bucheronnage au travers de deux contes, l’un Irlandais, l’autre de sa composition. Cet homme tranquille qui fume sa pipe courbe est un redoutable conteur qui ne s’en laisse pas compter. Il vit sa passion avec sérénité et par la plume semble-t-il.

 

 

Josette Pallot est moins tranchante et plus fleur bleue tout en étant ésotérique. Son premier conte parle de l’arbre de vie, sans aucune connotation religieuse. Son second est suisse et plus romantique. Une jeune promeneuse est ensorcelée et son bien aime doit la délivrer du sort grâce à une goutte de rosée magique. Ce n’est pas un conte érotique, mais bon, vous vous ferez votre idée vous-même. Mais quand même des questions se posent, comme par exemple, nous n’avons pas pu savoir ce que fumait Josette lorsqu’elle a choisi et adapté ce conte.

 

 

Danielle Demonté devait tirer les mêmes bouffées car son 1er conte narre l’histoire d’un jeune homme un peu beuzenot qui sauve une belle princesse grâce à un chêne magique. Un gland devient un preux chevalier, j’adore. Le second conte parle d’un forgeron-maréchal-ferrant qui entre au Service de St Pierre et passe son éternité à embêter le diable avec une baguette magique.

 

 

Honnêtement vous feriez une grosse bêtise de ne pas venir écouter, voir, ces artistes habités par leur passion.

 

 

On attend une centaine de spectateurs minimum, je vous vois mal ne pas en être.

 

 

Ils vont vous offrir une soirée inoubliable.

 

 

 

Gilles Desnoix

 

 

 

briq ciry 2008155

 

 

briq ciry 2008152

 

 

briq ciry 2008153

 

 

briq ciry 2008154

 

 

 

briq ciry 2008156

 

 

briq ciry 2008157

 

 

briq ciry 2008158

 

 

briq ciry 2008159

 

 

briq ciry 20081510

 

 

briq ciry 20081511

 

 

briq ciry 20081512

 

 

briq ciry 20081513

 

 

briq ciry 20081514

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer