Autres journaux :



lundi 9 novembre 2015 à 05:53

« La langue française à fleur de peau »… Voir la vidéo

... avec Gaétan Leclerc et notre ami Creusotin : Emilio Armillès à Espace Félix-Leclerc, Île d’Orléans !



 

 

Un mail reçu de notre ami, du temps où nous avons travaillé ensemble au Festival de Blues du Creusot et qui nous écrit :

 

« Comment va ? Un peu de chemin a été fait en musique pour moi depuis l’époque du festival de Blues. Je reviens du Québec, et on vient  de sortir un CD avec le neveu du grand Félix Leclerc, Gaétan Leclerc, avec qui je tourne depuis 2012.

 

Ce CD se nomme « la Rencontre ».

 

 

 

 

 

Gaétan Leclerc – Emilio Armillès – Salle Jean Genet à Couches 17 octobre 2014 – from EArmillès on Vimeo.

 

 

Le duo « RUE LEPIC » en concert au Québec

 

 

Et celui-ci de nous demander de préciser encore :

 

« Si vous pouvez en dire quelques mots, ca serait sympa, je l’ai mis au Centre Culturel Leclerc de Montceau, en attendant la distribution nationale.

 

 

Merci ! »

 

Salut l’ami et merci d’avoir pensé à nous malgré le temps qui passe !

 

Annabelle et Pascal

 

Maintenant arrivons-en à l’essentiel !

Deux guitares et deux voix, une fraternelle complicité autant sur scène que dans la vie, et un incontestable amour de la langue française… Pas facile de résumer en quelques mots ce qui s’est passé ce vendredi 23 octobre 2015 sur l’île d’Orléans, à l’Espace Félix Leclerc.

Car il arrive souvent que les mots soient réducteurs quand on tente de raconter, d’expliquer sans caricaturer…

 

La rencontre Fanco-Québécoise

L’histoire de Gaétan et Emilio a commencé à Pralognan-la-Vanoise, lorsque qu’Emilio a remplacé au pied levé un artiste qui devait faire la soirée avec Gaétan.

 

Les deux artistes ne se connaissaient pas, et de cette rencontre est née une belle amitié, ainsi que des concerts et tournées donnés tant en France qu’au Québec.

 

Le lancement de leur premier album intitulé « La rencontre » bénéficie en ce moment de diverses escales à travers le Québec. Cet opus rassemble 12 titres dont certains ont été offerts à l’assistance avec d’autres chansons de France et du Québec.

 

Durant plus d’une heure, divers classiques de la chanson québécoise étaient au rendez-vous de ce concert : « La Manic », « Je reviens chez nous », « Le phoque en Alaska », etc.

 

Débutée avec entrain et avec « Train du Nord » (Félix Leclerc), la soirée a été aussi ponctuée par des titres moins connus auprès du grand public : Lysandre, Ton visage, Le retraité, La Guitare de Jérémie, etc.

 

Alternant le plus souvent les couplets entre les deux voix, le spectacle est un efficace synonyme de respect réciproque : ici personne ne veut tirer la couverture à lui.

 

Des refrains à reprendre ensemble….

 

En chantant l’inoubliable « amourette » chère à Leny Escudero et « Etat d’urgence » de Roger Tabra, Emilio Armillès a suscité des frissons dans l’assemblée.

 

Très à l’aise, Gaétan sait s’y prendre pour chanter son oncle, sans tomber dans un dangereux mimétisme.

 

Et voilà comment, vendredi soir, en présence de la caméra de TVA, le public s’en est vraiment donné à cœur joie, savourant des chansons plein de (bon) sens, des mélodies, des refrains à reprendre ensemble, des paroles qui touchent sans effets spéciaux.

 

Deux titres non prévus dans la liste déposée au technicien ont, eux aussi, suscité de vifs applaudissements : « Moi, mes souliers » interprété suite à une demande du public et « La langue de chez nous » d’Yves Duteil…

 

Final en beauté avec le tour de l’île…

Et ce tour de chant aux accents franco-québécois des plus fraternels s’est achevé par deux classiques ; « Quand les hommes vivront d’amour » évidemment et aussi « Le tour de l’île », refrain de circonstance à l’Espace Félix Leclerc !

 

Ce titre est d’ailleurs aussi le dernier du CD La Rencontre… et ces paroles en guise de conclusions prennent assurément une signification particulière quelques jours après les élections fédérales remportées par le parti libéral de Justin Trudeau !

 

« Pour célébrer l’indépendance
Quand on y pense c’est-y en France,
C’est comme en France
Le tour de l’ile, quarante-deux milles
Comme des vagues, les montagnes
Les fruits sont mûrs,
Dans les vergers de mon pays,
Ca signifie, l’heure est venue,
Si t’as compris…

 

Texte et photo Albert Weber

 

 

EMILIO 081115

 

 

Photo : http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/arts-spectacles/201511/02/01-4916531-gaetan-leclerc-et-emilio-armilles-lancent-la-rencontre.php

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer