Autres journaux :



vendredi 12 février 2016 à 06:26

Le Public de l’Embarcadère adoube « Le Système » avec Lorànt Deutsch

Standing Ovation du Public Montcellien au salut des acteurs..




Ce jeudi soir à l’Embarcadère de Montceau Les Mines, se tenait à 21h, la représentation de la pièce d’Antoine RAULT, dénommée « Le Système ». C’est un casting de haut niveau qui était présenté au public, qui a répondu présent, la salle étant au trois quart remplie. En effet, autour de la Guest-star du jour, Lorànt DEUTSCH, très sympathique au deumeurant, on trouvait Dominique PINON, Eric METEYER, Julie MARBOEUF et Urbain CANCELIER.

 

Les décors pour commencer, sont somptueux. La scène, immense de l’Embarcadère, change au gré des situations jouées d’une main de maître par les acteurs du jour. Ces derniers ont joué une partition sans fausse note, le jeu d’acteur étant à son apogée. Le théatre est un lieu d’évasion, un moment que l’on vit détaché du quotidien, avec légèreté et humour par moments.

 

 

bull 1202162

 

 

Et pourtant, c’est tout l’inverse qui nous a été proposé ce soir, tant les scènes jouées, au temps des Grands Rois de France du 18ème siècle , nous rappellaient notre quotidien. Le parallèle est saisissant, entre les élucubrations de John LAW, rôle dans lequel Lorànt DEUTSCH a rayonné de par sa prestance, et la politique économique telle que nous la vivons aujourd’hui. Nous souffrons aujourd’hui des maux d’hier, disait un célèbre funambule.

La pièce puisqu’il faut en parler, nous ramène 300 ans en arrière, à l’époque de la mort de LOUIS XIV. La France est ruinée. Et vient alors la question : Comment renflouer les finances publiques? John Law, Écossais joueur de cartes de génie, prétend avoir une méthode imparable pour éviter la faillite. Son système est simple, faire du commerce avec de la monnaie papier et des actions. C’est alors que le Régent, interprété avec brio par Urbain CANCELIER,

 

bull 1202167

 

 

accepte de le recevoir, sur conseil de son Abbé personnel, perfide personnage à l’humour noir hilarant. Ce dernier, joué par le remarquable Dominique PINON (qui a joué dans DIKKENEK notamment pour les puristes), a donné à cette pièce une pointe d’humour très appréciable à l’heure où le public, non initié, s’attendait à rire aux trubliations de l’acteur de « Trois Zéros ».

 

 

Introduction du billet de banque dans l’économie Française en 1715

 

 

Que neni, au contraire Lorànt DEUTSCH a donné à son personnage toute la hauteur et la prestance que lui même dégage dans ses films ou dans ses interventions médiatiques. Avec lui, tout va vite, comme son élocution. Le personnage de John LAW lui sied et ça se voit, il vante les mérites de la création monétaire à l’aide de Billet, l’idée du siècle. Oui mais lequel ?

 

 

À la manière de l’histoire de l’orfèvre, à l’origine de la création des établissements bancaires, il propose au Régent, qui dirige le pays, de donner une chance à son « Système ». D’abord basé, sur la création de billets de papiers. Ensuite par un système d’actions, John LAW vient de créer la première Bourse. Contre lui, le collecteur d’impôts, Monsieur Pàris, joué magistralement par Éric MÉTAYER, qui souhaite que rien ne change.

 

 

Cette pièce écrite par Antoine Rault, est avant-gardiste. Certains clins d’oeil à la politique actuelle sont subtilement introduits, avec une arme imparable qui les rendent tranparents, l’humour. Entre histoire réelle et comédie, entre convictions et réalités, la pièce est vivante. Agréable à suivre, on y rit plus qu’il n’en faut. Les acteurs sont à la hauteur de la mise en scène, très réussie. Pas de temps mort, ni d’entract, tout s’enchaine et ça aide à ne pas décrocher.

 

 

Le méchant est finalement un gentil ou presque, à l’image de l’hilare Abbé devenu Évêque et qui se rêve cardinal, on s’y perd un peu et c’est tant mieux quand les sentiments se mêlent. Ce mélange des genres nous rappellent notre quotidien.

 

 

Le bilan que je peux modestement en faire, c’est que je viens de voir une très belle pièce de Théatre, je félicite au passage la programmation de l’Embarcadère pour sa force de proposition, on apprend beaucoup sur l’Histoire, on rit et on a finalement un autre regard sur le billet de Vingt euros qui se trouve dans notre poche. Après tout, et s’il ne valait vraiment rien ?

 

 

Mustapha Sofi

 

 

 

 

 

bull 1202163

 

 

bull 1202164

 

 

bull 1202165

 

 

bull 1202166

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Le Public de l’Embarcadère adoube « Le Système » avec Lorànt Deutsch”

  1. de Berfant dit :

    Très belle pièce, néanmoins on peut toujours trouver déplaisant de constater que des places en milieux du théâtre sont vides parce qu’elles sont offertes et réservées aux élus qui s’imaginent ne pas avoir de compte à rendre en ne prévenant pas de leur non présence… Vous obligeant à être placé sur le côté de la scène figeant votre visibilité sur les coulisses, alors que vous avez déboursé le prix fort pour votre venue !
    Il est aussi très triste de constaté que le Montcellien ne se déplace pas pour voir de tels bijoux avec quand même des têtes d’affiches du cinéma très connues. Ce n’est pas comme si cela était le cas souvent sur notre mini commune !! Cela donne hélas l’image de la ville…