Autres journaux :



mardi 5 avril 2016 à 10:35

Bunny Godillot en toute sincérité

Géniale, belle, etc.



 

La réalisatrice de « Riche, belle, etc. » sera là, dans la ville chère à son cœur, Montceau, pour assister à la pièce de théâtre tirée de son film par la jeune actrice devenue comédienne qui tenait le rôle de Lola.

 

 

Bunny Godillot considère que cette comédienne Lola Naymark lui a fait « le cadeau de l’année, voire de la décennie » en adaptant son film pour la scène.

 

 

Pendant 17 ans ces deux femmes ne se sont pas vues, puis un jour la petite Lola devenue grande et reconnue par la profession* vient la voir pour lui demander l’autorisation de transposer le film sur les planches.

 

 

Bunny n’a pas encore vu la pièce, elle tenait à le faire, pour des raisons filiales évidentes, à Montceau. Elle va découvrir avec nous tous cette pièce tirée de son œuvre.

 

 

Bunny Godillot, il n’est plus besoin de la présenter, sa biographie parle pour elle.

 

 

Attention il ne s’agit en rien d’une liste et d’une chronologie exhaustives

 

 

 

 

bunny 0504165

 

Photo d’archives

 

 

 

Au Théâtre :

 

 

 

« Marie Antoinette l’étrangère » de Bunny Godillot, « Nietzsche, Wagner et autres cruautés » de Gilles Tourman, « L’ère du témoin » d’Annette Wieviorka et Maria-Cristina Mastrangeli : « Vol au-dessus d’un nid de coucou » Elle y joue l’abominable, autoritaire et cynique Miss Ratched., « Le diner de con » de Francis Weber, « Cyrano de Bergerac » d’Edmond Rostand (mise en scène R Hossein), « La Présidente » Jean Poiret, « La prise de Berg of zoom » de Sacha Guitry, « Le dindon » de Feydeau, « Chacun pour soi » de Daniel Colas, « Grand père de Raymond Forlany, « L’amour tue » de Vladimir Volkoff, « Mangeuse d’hommes » de Daniel Colas, « Jacques a dit » de Philippe Ferran, « Les papas naissent dans les armoires » de de Giulio Scarnicci et Renzo Tarabusi, « si Molière m’était conté » Francis Huster, « Côte d’Azur » Francis Huster, « coups durs et ruptures » de Jacques Villeret, « Joyeuses Pâques » de Jean Poiret, «Tiercé gagnant » de John Chapman, « Un beau salaud »de Pierre Chesnot, « Sexe et Jalousie » de Marc Camoletti , « Chat et Souris » de Ray Cooney, « La Dame de chez Maxim »de Georges Feydeau, … et pour commencer la carrière grâce à son prof Francis Huster « Le Cid » de Corneille.

 

 

 

 

Au cinéma que du grand, du beau, du bon avec Claude Lelouch, François Leterrier,  Étienne Chatiliez, Roschdy Zem, Pierre Jolivet, Laurent Platiau, Dominique Morlotti

 

 

 

A la télévision du solide, de l’expert et de la référence : Yamina Benguigui, Francis Perrin, Laurent Heyneman, serge Korber, Marc Simenon, Patrick Tribois, Jean-Michel Ribes, Marlène Bertin, Yves Robert, Raymond Jerome.

 

 

 

Encore une fois nous prévenons les nombreux afficionados que cette liste n’est pas exhaustive. Pour mémoire rappelons que Bunny Godillot est aussi une scénariste prolixe, qu’elle a créé un spectacle sur la danse « Nijinski, la dernière danse », qu’elle s’est lancée dans la photographie, le One Woman Show… etc., etc., etc.

 

 

 

Nous avons posé un certain nombre de questions à Bunny Godillot qui a bien voulu y répondre avec beaucoup de gentillesse.

 

 

 

bunny 0504162

 

 

 

Montceau News : Dans les articles qui vont ont été, ou vous sont, consacrés 4 termes reviennent pour vous caractériser : beauté, éclectisme, culture, imagination. Votre carrière est là pour en attester. Mais cela n’est qu’une vision extérieure. Vous, comment vous définiriez vous vraiment ?

 

 

 

 

Bunny Godillot : C’est très gentil, même si je ne me vois pas comme cela. Je répondrai par d’autres termes qui, je pense, correspondent à ce que je sens de moi. Courage : Il en faut dans la vie, dans notre métier.

 

 

J’y ajouterai Ténacité : c’est la qualité principale qu’il faut mettre en avant. Ces deux qualités sont véritablement indispensables car il faut toujours des mois et des mois, voire des années pour faire aboutir, pour monter un projet, pour avancer. Dans notre métier tout est toujours remis à zéro. Vous pouvez être arrivé à un très haut niveau dans votre carrière, vous devrez sur chaque projet repartir de zéro. C’est le conseil que je pourrais donner aux jeunes, ou à tout un chacun, « soyez tenaces, parce que pour réussir dans la création artistique il faut toujours se battre, tenir bon ». Quelque part, il n’y a pas de vraie progression, surtout si vous ne restez pas dans une case et si vous voulez vous intéresser à plein de sujet, faire plein de choses.

 

 

Autre terme, la Fidélité : Il faut être fidèle à sa famille, à ses familles artistiques. Voyez par exemple, je rejoue Marie Antoinette, je le fais de nouveau avec le même musicien. C’est important d’être fidèle dans la vie, dans le travail. Ce qui est extraordinaire c’est que la petite Lola de mon film (Riche, belle, etc.) adapte ce dernier pour le théâtre. Nous ne nous sommes pas vues pendant 15/16/17 ans et la voilà qui vient me proposer ce merveilleux cadeau. C’est une forme de reconnaissance.

 

 

 

Montceau News : Lorsque je parle d’éclectisme je ne fais pas seulement mention des arts dans lesquels vous excellez, mais je veux aussi parler des sujets et domaines abordés. Beaucoup de personnes ont une inclination forte vers un domaine en particulier, vous semblez être surtout mue à la fois par la curiosité et par le besoin d’embrasser de votre regard l’ensemble du monde de la culture.

 

 

 

Bunny Godillot : Oui, c’est vrai, je suis tellement curieuse, gourmande, affamée, de tout ce qui fait la vie. Mon rêve ce serait de conjuguer tous les arts et l’artisanat. Dans le théâtre nous côtoyons des artisans qui sont de grands artistes, comme François Lesage et la broderie, les créateurs de vitraux, les ébénistes.

 

 

Montceau News : Vous voudriez être le Bartabas de l’art et de l’artisanat ?

 

 

Bunny Godillot : C’est tout à fait ça. A travers le théâtre et le cinéma, créer un langage, un mode d’expression qui mélange tout et parle à l’âme. Vous savez, le rêve c’est que, chaque jour que l’on vit, on puisse ce dire… « Cet instant, je m’en souviendrai toute ma vie ».

 

 

C’est ce qui rend la démarche de Lola aussi remarquable et aussi excitante. J’attends un véritable choc. Cette jeune femme a vécu toute sa jeunesse avec mon texte et l’adapte ensuite pour le théâtre. Cela va être pour moi une réelle découverte sur ma terre pour laquelle j’ai un attachement filial.
Pour en revenir à l’écriture c’est Francis Huster, mon professeur, qui m’a dit « toi, tu devrais écrire ». Je n’y pensais pas, mais cela a eu un énorme impact sur ma vie. D’ailleurs lui aussi m’a écrit une pièce « côte d’azur ».

 

 

Montceau News : la pièce que nous verrons le 7 avril n’est-elle pas le maillon suivant de l’histoire, dans le cadre d’une chaine de fidélité ?

 

 

Bunny Godillot : on peut voir cela comme ça, Lola me fait un cadeau comme Francis Huster m’en a fait aussi.

 

 

 

Montceau News : Vous avez tourné et joué avec les très grands et vous les avez mis en scène. L’un a-t-il nourri l’autre ? Le théâtre, en qualité d’adaptatrice, de metteuse en scène a-t-il bridé votre créativité cinématographique, votre passage derrière la caméra ?

 

 

Bunny Godillot : Je suis d’accord avec l’idée que les deux m’ont nourrie, et qu’ils se sont nourris aussi. J’aime les textes, le théâtre, j’adore le cinéma. Mais ce qui m’importe par-dessus tout c’est « qu’est-ce que l’on va transmettre ? » Et pour revenir à Lola Naymark qui joue la petite Rose dans mon film, je trouve merveilleux la réponse qu’elle apporte à ce questionnement. C’est pour moi comme un rêve éveillé.
J’aime le cinéma d’auteur, Woody Allen par exemple, c’est extrêmement intelligent et l’on peut s’amuser et rire beaucoup.

 

 

 

Montceau News : la période actuelle vous inspire-t-elle ?

 

 

 

Bunny Godillot : nous vivons une période vraiment géniale, avec Internet par exemple. Nous assistons là au foisonnement des idées, des créations, des modes d’expression. Il y a des aspects négatifs avec le Net, mais il y a là quand même une vraie révolution qui va remettre à leur place ceux qui ont pris le contrôle de l’art, qui le tirent vers le bas. Les indépendants sont très pénalisés parce qu’ils sont pilonnés par la grosse artillerie de la communication. Les créateurs ont du mal à mener à bout leurs projets. Le Net va changer la donne et renverser les barrières. Et les procureurs d’aujourd’hui n’auront plus d’importance.

 

 

 

Propos recueillis pour Montceau News par Gilles Desnoix

 

 

 

 

Allez faire un tour à cette adresse, Lola Naymark le mérite vraiment : https://fr.wikipedia.org/wiki/Lola_Naymark

 

 

 

 

 

 


bunny 0504163

 

 

bunny 0504164

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Bunny Godillot en toute sincérité”

  1. Stopok71 dit :

    Formidable comedienne.Trés attachante et avec beaucoup de sympathie