Autres journaux :



vendredi 8 juillet 2016 à 08:53

La mère en gueule en représentation ; Chagotville (Montceau)

Bonjour les symboles : Chagotville au Syndicat des mineurs



 

160 ans, ce n’est pas l’âge de la doyenne des français, ou du panope du Pacifique (168 ans) ou du Lamellibrachia luymesi (170ans), non c’est l’âge de notre ville… que dis-je ? De notre magnifique ville, avec son passé glorieux comme diraient nos élus.

 

 

19 ans c’est l’âge de la compagnie « la mère en gueule ». Bientôt 20 ans, mais de toute façon sans âge ou alors celui de l’histoire… de l’histoire sociale du bassin minier, de l’histoire des luttes de l’homme contre la société.

 

 

200 c’est le nombre de personnes invitées à cette générale, et lorsque la pièce commence tout le monde est là.

 

 

La pièce débute par un moment extraordinaire rappelant le théâtre antique avec des techniques modernes où des masques lumineux viennent jouer sous la férule d’un coryphée allias Léonce Chagot…

 

 

Toute la philosophie paternaliste, l’hygiénisme, le catholicisme social, la quête compassionnelle de la bourgeoisie industrielle sont déployés en quelques minutes au travers d’un récit halluciné en canon.

 

 

On voit naître l’homo Montcellienicus… Il est du côté droit, mais c’est le côté gauche du corps social qui fera vibrer la fibre montcellienne qui tissera l’ADN du Bassin minier. On sent naître la ville, monter son âme, rugir ses douleur, exulter ses victoire, ahaner ce grand corps social qui n’en finit pas de s’inventer et de lutter, de grappiller les molécules de son souffle de vie et d’avenir. Le fil historique est prétexte à la transcendance… comme disait Antoine Blondin…l’homme descend du songe… c’est une sorte de songe social d’une nuit d’été.

 

 

Comme à l’accoutumée avec cette compagnie c’est la fibre sociale, la mémoire des luttes, l’histoire du plus faible et donc du plus courageux qui renforce la trame du propos

 

 

Comme à l’accoutumée avec la Mère en Gueule nous ne sommes pas dans l’amateurisme, mais dans le haut de gamme. Il y a une qualité, une patte, une étoffe et surtout une sincérité qui touche.

 

 

Bien sûr que dans moult occasions, moult déambulations nous nous sommes mis des scènes de Chagotville dans la trompe d’eustache, mais d’abord on ne s’en lasse pas et ensuite la mise en scène est extraordinaire, les acteurs et actrices au meilleur de leur forme… Bravo à tous indistinctement

Un, c’est le succès, deux c’est la réussite, 3 c’est l’honnêteté sociale de la reconstitution théâtrale.

 

 

A ne rater sous aucun prétexte, vous n’aurez pas forcément souvent le loisir de voir un spectacle de ce niveau…

 

 

Souvenez-vous de ce couplet du chant révolutionnaire d’Eugène Potier intitulé : le 21 janvier (date ‘anniversaire de la mort de Louis Capet, ci-devant Louis XVI.)

 

Quels rois puissants que ces milliardaires !
Œil de vautour, entrailles de métal,
Ces financiers pesant sur les salaires,
Des vols légaux forment leur capital.
Sachez-le bien, typhus et fièvre jaune
Sont des agneaux auprès de ces matois ;
Tas de gogos, Macaire est sur le trône ;
Vous n’avez pas guillotiné vos rois !

 

 

 

Pour l’anecdote. 20 maires se sont succédé en 160 ans à la tête de la commune, de François Léonce Chagot en 1856 à Marie-Claude Jarrot en 2014. Et 2 « passèrent » particulièrement mal auprès de la société des houillères car ils furent des maires issus de la société civile Montcellienne et non de la bourgeoise industrielle ou minière… le Dr Jeannin, un républicain (de l’époque s’entend… quasiment un rouge), Jean Bouveri (un socialiste donc un rouge).

 

Allez-vous ressourcer votre « Montceaunité» en allant voir cette excellente pièce.

 

 

 

Gilles Desnoix

 

 

PS : Premières représentations au Syndicat des mineurs à Montceau les Mines les 8, 9,14, 15 et 16 juillet 2016 à 21h et le dimanche 10 juillet à 16h. (Places numérotées, Tarif 15€ et 10€)

 

 

 

gilles 0807166

 

gilles 0807162

 

 

gilles 0807163

 

gilles 0807164

 

gilles 0807165

 


gilles 0807167

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “La mère en gueule en représentation ; Chagotville (Montceau)”

  1. galipote dit :

    La Mère-en-Gueule, fidèle à elle-même, possède ce je ne sais quoi de magie qui fait que le passé du peuple montcellien résonne à nos oreilles d’aujourd’hui.
    Pourtant avec Chagotville, on partait de loin ! Mais chiche que plus d’un spectateur au fait des affaires de la commune n’a pu s’empêcher de penser à quelqu’un de très actuel en voyant s’agiter le maire. Léonce Chagot (interprété par une femme) n’avait d’existence que par son aïeul Jules et l’invoquait en permanence, vivant ou mort… Personnage nerveux et désordonné, il avait une âme damnée, le curé Béraud (celui qui comme la Mère-en-Gueule faisait peur aux petits enfants – mais ça c’est du passé seulement). Surtout il menait la vie dure à ses ouvriers, avec son méchant nervi de la bande à palis.
    En résumé un spectacle à recommander à tout le personnel communal ! Une pièce à clef en quelque sorte… merci la Mère-en-Gueule !