Autres journaux :



vendredi 6 janvier 2017 à 06:45

Du côté de la librairie…

Envie de lire… pour le plaisir



 

Florilège après vacances de romans, histoire d’en trouver un pour lire au coin du feu !

 

 

Dès les premières pages du premier livre d’Emma Cline, l’ambiance est posée : en pleines années 60, Evie Boyd se lit d’une amitié malsaine avec un groupe de filles qui l’attirent comme un aimant.

 

 

 

livre-1912168

 

 

 

Des filles désoeuvrées, livrées à elles-mêmes mais regroupées autour d’un leader charismatique, Russell. Sous le charme de Suzanne, la leader du groupe, Evie va partir vivre dans un ranch délabré où trainent des enfants dont on ne sait à qui il sait. Au fil des jours, Evie se laisse entraîner vers une pente dont elle ne perçoit pas la dangerosité, la perversité et bientôt, l’horreur. Malgré la plume de l’auteur, le malsain est omniprésent et rend presque les pages difficiles à tourner. Compliqué.

 

 

 

livre-0301173

 

 

Emma Cline. The Girls. Paris : Quai Voltaire, 2016. 331 p. 21 €

 

 

 

Amy n’a que quelques jours lorsque la jeune Aurelia Vennaway fille d’une riche famille aristocratique anglaise, la découvre couchée dans la neige en janvier 1931. La prenant sous sa protection contre l’avis de sa mère, elle va élever la petite fille jusqu’à en faire sa dame de compagnie et surtout son amie. Mais cette amitié va se révéler lourde à porter pour Amy qui se retrouve seule et jetée dehors lors du décès d’Aurelia, malade du cœur. Contre toute attente, celle-ci a laissé des messages à Amy qui va devoir partir en quête du secret de la jeune aristocrate. Un secret qui va la conduire à changer, à s’interroger sur le sens de sa vie et sur son avenir. Construit comme un jeu de piste mêlant passé et présent, cette romance nous entraîne dans les pas d’Amy qui retrace, petit à petit, les dernières années de son amie et sa nature profonde. Une jolie énigme en forme d’amour.

 

 

 

livre-0301172

 

 

Tracy Rees. L’oiseau des neiges. Paris : Presses de la Cité, 2016. 494 p. 21.50 €

 

 

 

Irena Sendlerowa a mené une action exemplaire pendant la Seconde guerre mondiale en sauvant pas moins de 2500 enfants enfermés dans le ghetto de Varsovie à partie de 1942.Aidée par les équipes du Comité d’aide sociale de Varsovie, la jeune femme va , au péril de sa vie, tenter par tous les moyens de lutter contre l’injustice faite aux Juifs et sortir les enfants de cet enfer par tous les moyens. Cachés dans des boîte transportées par ambulance, via les égouts, le tribunal, des valises, les plus petits vont parvenir à sortir et trouver refuge aux près de familles polonaises ou dans des institutions religieuses qui les dissimuleront jusqu’à a fin de la guerre. Méconnue, l’histoire de cette résistante décédée en 2008 qui a été déclarée Juste en 1965, est aujourd’hui rappelée à la lumière par Gilbert Sinoué, qui en dresse un portrait humain et engagé. A méditer.

 

 

livre-0301174

 

 

 

Gilbert Sinoué. Irena Sendlerowa, Juste parmi les nations. Paris : Don Quichotte, 2016. 296 p. 19.90 €

 

 

 

Petit opuscule co-écrit avec Jean-Louis Debré, « Je tape la manche » nous transporte dans la rue, aux côtés d’un homme comme ceux que l’on croise au pied de l’immeuble ou près de la boulangerie. Jean-Marie Roughol, co-auteur, nous raconte sa vie, celle qui l’a conduit à vivre de tant en tant dehors, maintenant dedans, mais toujours en « tapant la manche ». Sans faux-semblants, il retrace son enfance près d’un père alcoolique, les placements, la première nuit dans la rue et son apprentissage de la manche. Au fil des années, il va trouver et perdre des amis, avoir un enfant, trouver un logement, et rencontrer Jean-Louis Debré qui va le pousser à raconter son histoire. Une histoire bien utile, à quelques jours des fêtes, pour voir autrement ceux que l’on essaye de ne pas voir.

 

 

 

livre-0301175

 

Jean-Marie Roughol et Jean-Louis Debré. Je tape la manche. Paris : Livre de Poche, 183 p. 6.90 €

 

 

 

Drôle d’histoire que celle traitée dans ce livre écrit en 1934 et réédité par Calmann-Lévy. Au sein du foyer français L’Avenir, des enfants allemands dont les parents se sont exilés ou ont été déportés en camp de concentration et ne pouvant plus en prendre soin, se retrouvent en pension. Il y a Dédé le Voleur, Mathilde aux Polypes et tous leurs copains… qui reproduisent les comportements des adultes en organisant, par exemple, des sortes de réunions syndicales chaque semaine afin de décider de la vie dans la pension. Le jour où l’un d’eux vole du chocolat, ils vont jusqu’à mettre en place un tribunal pour le juger. Au fil de leurs discussions, on découvre la société contemporaine avec ses exactions, ses déportations et toute la compréhension ou l’incompréhension des enfants.

 

 

 

livre-0301176

 

Arthur Koestler. Les tribulations du camarade Lepiaf. Paris : Calmann-Lévy, 2016. 366 p. 21.50 €

 

 

Et pour terminer, une jolie trouvaille de cette année. Peter Kilburn, fils d’un comédien du cinéma muet et orphelin de mère, part en pension dans le New Hampshire. Sur place, il se lie d’amitié avec Jordan Legier, un jeune garçon malade du cœur. Mais le directeur de l’établissement, M. Hoyt, un protestant puritain aux penchants inavoués et malsains, ne supporte pas ce rapprochement amical entre Peter pour lequel il a des sentiments et Jordan qu’il exècre. Au fil des jours, il va mettre en place une sorte de goulet d’étranglement dont ni les uns, ni les autres ne sortiront vainqueurs, voire vivants. Captivant grâce à sa narration à la limite du thriller et son style narratif, voici une proposition littéraire d’exception.

 

 

 

livre-0301177

 

James Kirkwoo. Meilleur ami/Meilleur ennemi. Paris : Editions Joëlle Losfeld, 2016. 25 €

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer