Autres journaux :



dimanche 15 juillet 2018 à 11:04

Théâtre à la maison Perrusson ( Ecuisses )

« Perdus au Paradou »






 

 

 

En ce samedi de fête Nationale, l’écomusée Creusot-Montceau a proposé « Perdus au Paradou », par La Compagnie du Bonheur Vert, dans  le jardin de la villa Perrusson.

 

 

 

Cette nouvelle création de la Compagnie du Bonheur Vert est une évocation musicale et théâtrale, une adaptation de l’œuvre d’Émile Zola, « La Faute de l’Abbé Mouret ». Dans ce roman de la série des Rougon-Macquart, paru en 1875, un jeune abbé, Serge, débute sa carrière dans un petit village. Barricadé dans sa petite église, emprisonné dans les fascinations dogmatiques de sa foi, il vit plus en ermite qu’en prêtre. Pour combattre les élans qu’il sent monter en lui, l’appel de ses sens, il voue un culte suprême et mystique à la Sainte Vierge. Il tombe malade. Il est confié pour sa convalescence à Albine, une toute jeune fille qui vit dans une propriété dominant un grand jardin sauvage, le Paradou, sorte de paradis terrestre à la végétation luxuriante. Il va réapprendre à vivre. Il  découvre la vie, le désir et l’amour. Mais il doit revenir à ses fonctions en expiant ses péchés…

 

 

 

Ce spectacle emmène le public au cours des diverses déambulations dans la narration et dans la découverte littéraire de cette réécriture de la Genèse où s’affrontent le Bien et le Mal, l’Ombre et la Lumière, la Vie et la Mort. Les 130 spectateurs au fil des déplacements, découvrent ou redécouvrent les jardins de la villa Perrusson au son du violoncelle d’Anaïs Pin qui marque au plus juste et sublime l’intrigue.

 

 

 

La mise en scène est légère et juste. Gaëlle About précise «qu’elle a dû fortement réduire le texte » lors de l’adaptation. Il semble que l’essence ait été conservée ce qui donne effectivement un bon rythme à la narration.

 

 

Simon Bourgade est plus que crédible dans ce rôle de l’abbé Mouret. Il propose et met en jeu toute la palette de ses capacités et de son talent. Il prend l’espace, capte le public et l’embarque dans un flot d’émotions fortes.  Il est littéralement possédé et impose le silence par sa performance. Les spectateurs le suivent dans cette descente mortifère et prennent les émotions de plein fouet.

 

 

 

Madeleine Coësy porte une certaine naïveté, une réelle candeur qui donne à son personnage un naturel exacerbé et une aisance espiègle. « Elle n’a pas besoin d’un dieu pour respecter la vie, la nature et les êtres ». Elle survole dans la vie…

 

 

 

Découvrir Zola en plein air, au beau milieu d’un superbe jardin, ne serait-ce pas cela le Luxe ou tout simplement la Vraie Vie ?

 

 

 

 

Mise en scène et adaptation : Gaëlle About

Travail sur le mouvement : Martine Sénéchal

Comédiens : Gaëlle About, Simon Bourgade et Madeleine Coësy

Violoncelliste : Anaïs Pin

 

 

J.L Pradines

 

 

 

ccm 15071845

 

 

 

 

 

ccm 1507182

 

 

ccm 1507183

 

 

ccm 1507184

 

 

ccm 1507185

 

ccm 1507186

 

ccm 1507187

 

ccm 1507188

 

 

ccm 1507189

 

ccm 15071810

 

ccm 15071811

 

ccm 15071812

 

ccm 15071813

 

ccm 15071814

 

ccm 15071815

 

ccm 15071816

 

ccm 15071817

 

ccm 15071818

 

ccm 15071819

 

ccm 15071820

 

ccm 15071821

 

ccm 15071822

 

 

ccm 15071823

 

ccm 15071824

 

ccm 15071825

 

 

ccm 15071826

 

 

ccm 15071827

 

 

ccm 15071828

 

 

ccm 15071829

 

 

ccm 15071830

 

ccm 15071831

 

 

ccm 15071832

 

ccm 15071833

 

 

ccm 15071834

 

 

ccm 15071835

 

 

ccm 15071836

 

 

ccm 15071837

 

 

ccm 15071838

 

ccm 15071839

 

 

ccm 15071840

 

ccm 15071841

 

ccm 15071842

 

 

ccm 15071843

 

ccm 15071844

 

 

 

ccm 15071846

 

ccm 15071847

 

 

ccm 15071848

 

ccm 15071849

 

ccm 15071850

 

 

ccm 15071851

 

ccm 15071852

 

ccm 15071853

 

 

 

 

 




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer