Autres journaux :


jeudi 10 décembre 2015 à 12:09

R.S.I.

La CGPME contre une explosion des cotisations sociales des travailleurs indépendants



« Le Ministre de l’économie Emmanuel Macron a posé la question de la fusion du régime du RSI avec le régime général de sécurité sociale.

 

 

« Le postulat de départ était qu’il fallait un régime spécifique pour les Travailleurs Non Salariés (TNS) dont les revenus, variables, ne sont connus qu’à la clôture du bilan, fait remarquer Gilles Penet – Pdt CGPME 71.

 

 

De plus, précise-t-il, les chefs d’entreprise souhaitent avoir un régime souple avec un socle minimal de prestations moins complet que dans le régime général, mais avec des cotisations plus modérées.

 

 

Ceci laisse au chef d’entreprise de TPE-PME la possibilité de compléter sa protection sociale via des assurances privées. »

 

 

« Les attentes des chefs d’entreprise en termes de protection sociale sont différentes de celles des salariés, rappelle Gilles Penet. Ce schéma favorise la liberté et la responsabilisation. La CGPME croit en ces orientations.

 

 

Il convient en outre, conclut-il, de ne pas perdre de vue que l’intégration du RSI au régime général se traduirait par une forte augmentation des cotisations des indépendants de l’ordre de 30% de l’aveu même du Premier Ministre, Manuel Valls, ce matin.

 

 

Alors oui le RSI doit changer, insiste Gilles Penet, c’est le sens des propositions CGPME pour ne pas laisser les choses en l’état et sortir enfin de l’ornière un grand nombre d’indépendants.

 

 

Est-ce une raison pour imaginer une explosion des cotisations sociales des Travailleurs Non Salariés (TNS) ? La réponse est non, triple non. »

 

 

 

AG CGPME 3006123

 

Photo CGPME

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




3 commentaires sur “R.S.I.”

  1. dess dit :

    Et après on s’étonne de se faire battre aux scrutins.
    RSI 80 % de dysfonctionnement reconnu dans l’enquête parlementaire, texte retoqué par les sénateurs (à se demander « a qui profite le crime ?)
    Pour certain c’est déjà trop tard pour les autres c’est pour plus tard.
    En 1789 les sans culottes étaient au départ essentiellements des artisans….

  2. eve dit :

    il faut dire que la plupart des petites entreprises qui mettent la clé sous la porte le doivent aux abus et incompétences (voire aux …) du RSI ! ; même si vous n’avez pas de revenu, (ce qui peut arriver malheureusement), vous payez quand même !… avec quoi ? vos économies !…
    De plus, ce ne sont pas les artisans qui se mettent en arrêt maladie, ils ne peuvent pas se permettre d’être malades ! et ne se mettent pas en retraite à 55 ou 60 ans !… faites le compte de ce qu’ils payent et de ce qu’ils coutent, vous aurez des surprises !

    pas étonnant que le travail au noir prospère et tant mieux !

  3. rosemicjar dit :

    Vous pouvez quitter votre artisanat, devenir salarié..Rien ne vous oblige..Vous ne pouvez qu’adhérer, et vous pliez aux règles..D’autre s’y plie, tire des bénéfices en toute légalité, système prévu pour des citoyens responsables.. et non pour ceux qui ne le sont pas..