Autres journaux :



lundi 25 janvier 2016 à 05:40

Nouveau « Coup de gueule  » (mais Consommation, cette fois)

Et les saisons dans tout ça ?



« J’adore les fruits. Presque tous les fruits, et à toutes les saisons. Mais de préférence de saison. J’ai grandi auprès d’un papa agriculteur qui m’a appris que les poires étaient mûres en été, les pommes en septembre, les cerises en juin et que les bananes ne poussaient pas dans l’Hexagone.

 

Comme beaucoup, à une période, j’ai apprécié de voir arriver les premières fraises en avril même si elles n’avaient aucun goût. Ca fait été, c’est sympa, c’est joli, mais ça ne sent rien. Au fil des années, j’ai commencé à réfléchir au réel intérêt de manger des fraises en hiver ou des oranges en été, et j’ai cessé d’acheter des fruits (et des légumes !) hors saison. J’ai essayé de consommer de plus en plus local, pas bio pour autant, mais en respect avec les saisons et en pensant aux kilomètres parcourus par mes aliments.

 

Avec le climat qui s’emballe, les sources d’énergie qui s’amenuisent, le pouvoir d’achat qui chute, faire attention à ce que l’on consomme est devenu une mode, puis une tendance, puis du bon sens, et aujourd’hui, j’oserai dire une nécessité. Les grandes surfaces, même si elles ne jouent pas toutes le jeu, l’ont compris et ont misé sur cette carte de la saisonnalité et des produits locaux. On publie de plus en plus de livres et d’article sur le consommer local, le cuisiner de saison, l’anti-gaspillage, le produire local. C’est d’ailleurs devenu un argument de vente, une sorte d’exonération, une manière de prouver que l’on se préoccupe du consommateur et de la planète… et bonne manière d’augmenter ses ventes ! La pédagogie avance, les sacs plastiques à usage unique sont (censés) être interdits, les jardins se multiplient… J’ose espérer que nous sommes sur la bonne voie.

 

Myrtilles, groseilles et autres cerises

 

Quelle n’a pas été ma surprise cette semaine quand, en faisant mes courses chez un grand primeur montcellien, je suis tombée dès les premiers mètres sur un étalage de… myrtilles (été), framboises (été et automne) et raisins (automne). En plein mois de janvier. En regardant de plus près, bien sûr, ces fruits viennent de loin, de très loin forcément, de l’autre hémisphère. Normal, c’est pas la saison chez nous !

 

Mais s’il semble normal qu’en cette saison, on trouve en France des agrumes ou des fruits exotiques qui ne poussent pas chez nous en temps normal, quel intérêt d’acheter des myrtilles ou des framboises, produits habituels sous nos latitudes. Le goût ? J’en doute. Qui les achète ? Le primeur dégage-t-il une grosse marge sur ce produit ? Si ce n’est pas vendu, il les jette ? Ce serait le comble…

 

Poursuivant mon chemin, j’ai cherché les légumes de saison : des panais, des carottes, du céleri… Il n’y en avait pas, ou si peu… Par contre, des courgettes marocaines, des tomates quasi sans couleur, des poivrons espagnols… Les présentoirs en sont pleins. Et en faisant le calcul, les produits français représentaient à peine un tiers du magasin. Je suis donc repartie avec ma liste de courses sous le bras, puisque je n’ai pas trouvé les ingrédients pour réaliser la recette du journal, constituée de légumes racines… de saison.

 

Un kilo de carottes, SVP… non, pas des tomates !

 

Tout cela pour vous dire quoi ? Que je ne comprends plus comment on peut à la fois tenir un discours sur nos produits locaux, sur l’intérêt d’être et de consommer Français, sur le rejet de l’Etranger qui, surtout en ce moment, n’a plus beaucoup de bons côtés, et dans un même temps de mettre dans son assiette des fruits et légumes qui viennent de l’étranger. »

 

 

coup 24 01 15

 


coup 24 01 152

 

 

coup 24 01 153

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




4 commentaires sur “Nouveau « Coup de gueule  » (mais Consommation, cette fois)”

  1. Nonmerci dit :

    Bjr
    Les tomates poussent toute l’année dans des serres,donc que ceux soient celles de janvier ou juillet…!
    Les haricots du Kénia ont triste mine.Alors que ceux de nos jardins font d’excellentes salades quand c’est la saison.
    Ce n’est pas encore le temps de sortir la bêche !

  2. Nonmerci dit :

    Un oubki :
    Je voudrais saluer le commentaire d’Electron libre dans l’article ‘Y a pas de saison’ paru samedi.
    Enfin le bon sens qui parle.

  3. catalogne dit :

    Si les gens ne les achetaient pas, ils disparaitraient des gondoles. C’est aussi simple que ça.

    • Natchou dit :

      Je suis bien d’accord et c’est ce que j’essaye de faire au maximum. Mais cela ne dédouane par les commerçants de faire également un effort, tout comme nous les consommateurs, et d’être eux aussi plus raisonnables dans les propositions qu’ils nous font. Cela doit fonctionner dans les deux sens. C’est comme si on dit aux gens de ne pas manger de chocolat et qu’on en met dans tous les rayons….