Autres journaux :



jeudi 10 mars 2016 à 07:22

Economie (Pouilloux)

Les courbes plutôt que les lignes droites



Une souche d’arbre, vous en faîtes quoi d’ordinaire ? Pas grand-chose à vrai dire. Du feu ou la laisser pourrir sur place. Et pourtant, à Pouilloux, Nadine Spohr ramasse des souches comme d’autres, autrefois, cherchaient des pépites d’or. Promenons-nous dans les bois… à la rencontre de la « fée du bois ».

 

 

L’endroit est exigu mais charmant. « Je commence à me sentir à l’étroit » mentionne la maîtresse du lieu. Ce petit coin un brin ludique, Nadine Spohr l’occupe depuis 2005 au bourg de Pouilloux. Elle y réalise et expose ses créations en bois. « Je suis artiste dans le bois » dit-elle pour mieux se définir. Elle a toujours aimé ce rapport avec la matière noble même si avant d’arriver chez nous, elle était dans la plasturgie à Dijon. « Je fabriquais des carénages d’ULM en plastique. J’ai aussi été assistante maternelle à mon arrivée en Saône-et-Loire ».

 

 

jb 1003162

 

 

 

La native de Lorraine, autre bassin minier, adore travailler de ses mains, transformer, créer alors quand l’occasion s’est présentée, elle s’est installée dans l’ancien tabac-presse de la commune. D’un côté la boutique, de l’autre l’atelier et les machines à bois. « Je suis autodidacte, c’est un ami qui m’a appris à tourner » raconte-t-elle. « Et puis le bois, c’est beau, ça sent bon ». D’une souche ou d’une racine, elle en fait une lampe. « Dans les bois on fait de belles trouvailles ». Elle aime aussi le bois flotté qu’elle récupère dans le Midi. Bref de toutes les matières, c’est le bois qu’elle préfère. Comme être sur ses machines, elle aime ça « même si ce n’est pas un métier de nana » dit-elle avec un sourire. Qu’importe, le résultat est là et sans être assaillie par les clients, elle façonne beaucoup sur commande. « Je ne fais pas de meubles, les lignes sont trop droites, je préfère les choses tordues ».

 

 

 

Cette passion du bois, elle le transmet également aux enfants et aux adultes. « J’organise des ateliers et puis je fais aussi du péri-scolaire dans les écoles de Blanzy depuis cette année.  J’y vais avec ma machine ».

 

 

Comme quoi l’artisanat n’a pas dit son dernier et n’est ni un conte de fée mais bien « la fée du bois ».

 

 

J.B.

 

 

 


jb 1003163

 

jb 1003164

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer