Autres journaux :



mercredi 21 septembre 2016 à 10:01

« Feu vert britannique pour HPc » (Industrie nucléaire)

Pour la CFDT : "une opportunité et une responsabilité historique pour la filière française"



« Après s’être logiquement accordé quelques semaines afin d’analyser en détail le projet, le nouveau gouvernement britannique vient d’annoncer sa décision de valider un processus engagé depuis bientôt une décennie.

 

La CFDT d’EDF, d’AREVA et l’UFSN CFDT (Union Fédérale des Syndicats du nucléaire) tiennent à commenter ensemble cette annonce car ce n’est rien de moins que le plus important chantier industriel européen qui se profile, à un moment critique pour une filière française qui se réorganise pour rebondir.

 

Soulagement ! Le risque de destruction de valeur en cas d’échec du projet était considérable vu le travail déjà cumulé par les diverses équipes tertiaires et techniques, les jalons franchis avec succès, les lourds investissements déjà engagés. L’indispensable maintien des effectifs et compétences au sein des entreprises fournisseurs et sous-traitantes indispensables à la pérennité de la filière est consolidé avec le lancement du projet HPC.

 

Fierté de travailler dans les entreprises pivots du chantier qui se double d’un important sentiment de responsabilité. Lucides, nous savons que ce projet doit impérativement être LE projet qui incarne une capacité restaurée d’une meilleure maîtrise technique, d’une coordination efficace, pour tenir les coûts et délais.

 

La CFDT d’EDF, d’AREVA et de l’UFSN CFDT tiennent à saluer le travail des équipes qui ont permis à la filière France d’être choisie et donc de rester dans le cercle restreint des acteurs mondiaux du nucléaire civil. Sans oublier celles investies sur Fla3, OL3 et Taishan 1-2, ces chantiers très compliqués, si ils restent encore à finaliser, ont déjà largement permis de capitaliser un rex de préparation puis conduite ‘grands chantiers’ qui sera précieux pour HPc.

 

La CFDT espère que HPc devienne désormais un sujet de savoir-faire français reconnu plutôt que de polémique. Il a été normal de questionner, de douter, car par définition tout projet majeur pose question.

 

Le temps est venu de rebondir, de consolider une capacité de construire des tranches neuves, et donc d’être pleinement opérationnels, comme dans les années 70-80, lorsque le renouvellement du parc français se profilera.

 

C’est le défi qui est devant nous, il est possible de le relever, les collègues britanniques sont motivés et compétents, nous allons donc, avec eux, transformer l’essai. »

 

 

cfdt-nucleaire-21-09-16

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




3 commentaires sur “« Feu vert britannique pour HPc » (Industrie nucléaire)”

  1. Daniel Z dit :

    Je comprends votre point de vue mais le petit béotien que je suis se pose des questions !

    En ce qui concerne les commandes d’ EPR , je me demande quel sont les motivations justifiant ces contrats.
    Les possibilités et objectifs des financiers et politiciens ne sont parfois pas évidents, mais toujours orientés dans le même sens, non ?

    Petit bilan actuel, du concret mis en évidence par des journalistes d’investigation et pas des œufs comptés dans le cul de la poule :
    L’EPR de Flamanville accumule les déboires …Son coût…a plus que triplé par rapport au devis initial et sa mise en service (prévue en 2012) a été repoussée à fin 2018 «
    « L’EPR finlandais…la facture a explosé, passant de 3,5 à 8 milliards d’euros.
    Ne parlons pas des indemnisations réclamées pour non-respect des délais, livraison prévue 2009, estimée 2018….

    Vu de l’extérieur, la filière française ressemble fort à un bricolage depuis les responsables (qui se sont fait la guerre) jusqu’aux méthodes industrielles ?

    « Le travail a été confié à Creusot Forge, filiale d’Areva. Cet aciériste – qui semble avoir perdu une bonne partie de son savoir-faire – s’est avoué incapable de fabriquer le cylindre central. Celui-ci a donc été réalisé…par le japonais Japan Steel Works ! ….. Des tests menés par l’ASN ont révélé des anomales de fabrication. Comble de la honte, ces « anomalies » ne concernent que le fond et le couvercle, donc la partie française de la cuve ! »

    Peut-on rattacher ces faits au constat que désormais, il n’est pas rare que les clients soient les cobayes essuyant les « plâtres » des mises au point ?

    En aparté, très belle émission T.V. hier mettant en avant le fait que la filière nucléaire actuelle n’aurait été choisie que parce qu’elle permettait de fabriquer des armes atomiques.
    Une autre option serait plus prometteuse, moins polluante (réacteurs à sels fondus). Elle n’aurait pas été exploitée car les subventions étaient été orientées vers la filière pourvoyeuse d’explosifs nucléaires !

    J’aimerais connaitre l’avis de notre ami Électron Libre à ce sujet.
    Amitiés

  2. gilbert71 dit :

    feu vert Britannique c’est gratos pour eux mais çà risque de couler EDF et meme AREVA AREVA comme ALSTOM des monopoles ,intouchables pourvus que le gouvernement paie
    oui il y a des autres solutions (emission tv hier) réacteurs à sels fondus ou en est on du prototype en Norvege d(une centrale osmotique ,,? les camarades disent tenir les couts et délais çà c’est pas du tout gagné

    • Daniel Z dit :

      Bonjour Gilbert.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9acteur_nucl%C3%A9aire_%C3%A0_sels_fondus

      Il semblerait bien que « ça » fonctionne.
      Mais le problème n’est peut être pas technique.
      Les lobbys seraient ils à l’œuvre ?

      Dans le même registre, entendu ce matin : où les autorités sanitaires découvrent que les bactéries sont devenues résistantes….. et qu’il existe des virus qui les tuent…

      Voilà plus de 10 ans que S et V avait publié des articles.
      Et c’est une technique utilisée dans les pays de l’ Est.
      En France, on va jusqu’à amputer, là bas, ils utilisent des macrophages.

      Le problème : les laboratoires ne pourraient pas faire des superprofits, il existe une loi interdisant de breveter le vivant ….

      Amitiés