Autres journaux :


mercredi 26 octobre 2016 à 07:08

Communauté urbaine Creusot-Montceau

Villa Perrusson, bilan de la saison touristique



 

C’est au café de la Villa Perrusson que Philippe Baumel avait invité la presse ce mardi après-midi afin de tirer un bilan de la première saison touristique de la Villa Perrusson inaugurée au mois de juin dernier.

 

 

Et chiffres à l’appui, le Vice-président de la CUCM chargé de la coopération territoriale et du patrimoine avait le sourire aux lèvres. Il a d’ailleurs rappelé l’ambition du site d’accueillir en nombre. Et pour cette première ouverture du mois de juin au mois de septembre, la Villa Perrusson a vu défilé 6100 visiteurs dans ses jardins.

 

 

Et ce sont les mois de juin et de septembre qui ont été les plus remplis de visites.

 

 

6100 visiteurs ! « C’est un excellent chiffre pour un site qui ouvre et qui a à se faire repérer. On sait que le site internet de la Villa Perrusson a largement été visité. A partir de là, de nombreuses visites se sont organisées. »

 

 

 

Des améliorations en vue

 

 

 

Grâce aux questions posées aux visiteurs, plusieurs constats ont pu être réalisés sur la provenance de ceux-ci. D’abord, 5990 visiteurs sont Français. Il reste donc à faire un effort à faire en direction des touristes étrangers. Ensuite les Allemands ont été les premiers visiteurs étrangers à visiter le site.

 

 

 

En outre, il y a eu assez peu de groupes scolaires qui ont visité la Villa. Et pour cause, la majeure partie de l’ouverture du site étant estivale, elle laisse peu de place aux périodes scolaires.

 

 

 

Toutefois, Philippe Baumel a indiqué souhaiter développer davantage de partenariats avec les écoles, les collèges et les lycées.

 

 

 

 

L’un des premiers sites visités de Saône-et-Loire

 

 

D’après les résultats obtenus en 4 mois de visite, Philippe Baumel nous indiquait que la Villa Perrusson a été l’un des premiers sites visités de Saône-et-Loire. Et encore ! Le site n’ouvre pas toute l’année.

 

 

Certaines animations ont particulièrement fonctionné, tel le fantastic pic-nic qui a réalisé 157 entrées.

 

 

Le site poursuit son développement

 

 

 

Et pour continuer d’attirer des visiteurs, Philippe Baumel compte bien rééditer des animations sous d’autres formes.

 

 

Le site poursuit son développement avec une deuxième phase de restauration, cette fois-ci à l’intérieur du bâtiment. C’est « fort du succès de l’été et de financements non prévus que la CUCM a pris la décision de débuter la deuxième phase de la restauration du bâtiment » annonçait-il ce mardi après-midi.

 

 

La CUCM travaille actuellement les dossiers afin de rassembler les financements pour la restauration de l’intérieur du bâtiment.

 

 

Alors que les travaux de l’extérieur ont déjà fait beaucoup coulé d’encre et ont beaucoup fait parlé, une nouvelle phase est entamée qui selon Philippe Baumel n’a pu être possible que grâce à la création d’une nouvelle ligne de crédits par le gouvernement.

 

 

Sinon le projet aurait été repoussée à plus d’une dizaine d’années.

 

 

Et l’étude des financements semble déjà bien avancée puisque Philippe Baumel nous annonçait un budget total de 1,334 millions d’euros pour la restauration de l’intérieur du bâtiment de la Villa Perrusson. Ce budget devrait être financé à hauteur de 610000€ par le Fond de Soutien à l’Investissement aux Collectivités Locales, de 366000€ par une aide de la Direction Générale des Affaires Culturelles de Bourgogne- Franche Comté et de 244000 € à la charge de la CUCM.

 

 

 

Et Philippe Baumel d’ajouter au sujet du financement : « On ne s’interdit pas de renforcer le mécénat. »

 

 

Une restauration en deux phases

 

 

 

C’est sous la supervision de Frédéric Didier, Architecte en chef des Bâtiments de France que la restauration intérieure de la Villa Perrusson devrait être réalisée.

 

 

Une première phase sera réalisée sur la partie Desfontaines, laquelle correspond à un logis patronat de la fin du 19e siècle, début du 20e siècle. L’idée de cette restauration est de remettre en situation le logement. « On vivait là pour y faire des affaires. On rentre dans une salle à manger, en face de laquelle se trouve le bureau. » a expliqué Philippe Baumel. L’idée est donc de transmettre l’expérience vécue dans ce bâtiment. A cela s’ajoutent céramiques, fresques et peintures.

 

 

La deuxième phase de la restauration touchera la partie Perrusson laquelle aura un but muséal. Dans ce sens, on pourra y trouver des collections actuellement conservées dans ces caisses et des expositions temporaires. Il y aura sûrement un ascenseur dans ce bâtiment afin de permettre l’accessibilité de celui-ci à tous.

 

 

Une ouverture du bâtiment au public pour 2020

 

 

D’après nos informations recueillies ce mardi, les travaux devraient être engagés à l’intérieur de la Villa au début de l’année 2018, l’année 2017 ayant permis le montage des dossiers. La fin des travaux est estimée en 2020.

 

 

Pour rappel, les travaux à l’extérieur du bâtiment avait duré deux ans.

 

 

Philippe Baumel compte sur l’avis éclairé de l’Architecte en chef des Bâtiments de France afin de conseiller les meilleurs choix dans le respect du bâtiment estimé comme fragile actuellement.

 

 

 

L’ouverture du bâtiment se fera en une seule fois et à l’issue de la restauration de l’intérieur. Toutefois, la visite de l’extérieur du bâtiment restera possible pendant toute la durée des travaux, nous ont indiqué Philippe Baumel et les membres de l’équipe de l’Écomusée présents sur place.

 

 

Ces derniers nous ont précisé plusieurs points au sujet de la restauration de la Villa Perrusson. L’objectif de ces travaux est de restituer les pièces « dans leur jus ». Dans ce sens, l’équipe de l’Écomusée compte affiner ses recherches sur ces éléments patrimoniaux. S’agissant des collections que pourrait abriter la partie muséale de la Villa, ils nous ont précisé : « On possède des produits de fabrication issus des entreprises jouxtant le canal du centre. » L’idée est donc de raconter l’histoire du milieu du 19e siècle au milieu du 20e siècle à travers des éléments de céramique architecturale et alimentaire.

 

 

Pour l’équipe de l’Écomusée, ce nouveau challenge est passionnant car il s’agit ainsi de retracer un tiers de la vie industrielle du territoire, les deux autres tiers étant déjà largement compter à travers la sidérurgie et la métallurgie. L’industrie céramique était en son temps l’un des plus gros employeurs de notre territoire. Dans ce sens, l’Écomusée travaille à la collecte de témoignages, afin de retracer la vie quotidienne d’une partie du territoire autour des industries de la céramique.

 

 

Il sera aussi question de l’histoire de patrons, d’ouvriers et de familles.

 

 

En ouvrant les portes de la Villa Perrusson en 2020, c’est l’histoire de notre territoire qui devrait enfin se compléter afin de reconnaître les métiers et la vie quotidienne sur l’ensemble du territoire communautaire.

 

 

Raconter l’histoire du territoire

 

 

Et si Philippe Baumel nourrit des ambitions pour la Villa Perrusson, il est bien hors de question de faire n’importe quoi avec notre territoire. Qu’on se le dise « on ne fera jamais Halloween à la Villa Perrusson. Ici, on raconte l’histoire d’un territoire ».

 

 

S’il paraît difficile de chiffrer les ambitions du site en terme de visiteurs, Philippe Baumel entend bien faire du site l’un des premiers visités du département.

 

 

ET d’ajouter : « Petit à petit, on lui donne des atouts. Le jardin sera labellisé comme remarquable dès l’année prochaine. On est en train de jouer cette carte. On cible aussi un public intéressé par l’histoire industrielle, mais aussi l’histoire de cette maison et de ceux y ayant vécu. Les expositions seront renouvelées. Quand on aura tout ouvert, il faudra dépasser les 10000 visites annuelles. C’est tout à fait jouable. On est en train de trouver notre place. Il nous faut renforcer notre partenariat avec les offices de tourisme, avoir une démarche marketing. On va s’engager à l’aménagement du potager, un terrain donné par la Mairie d’Ecuisses. Il sera loué à des personnes, des entreprises, des organismes. ».

 

 

Pour l’instant, l’ouverture actuelle du site restera estivale avec une ouverture du mois de juin au mois de septembre.

 

 

Philippe Baumel explique : « Pour l’instant, on travaille comme ça. On est dans une phase de développement. On ne l’ouvre pas plus car le parc vient juste d’être planté. Il faut que tout tourne bien. Il a fallu élaguer, planter. La vie a repris son cours, notamment dans le bassin. Ce site constitue un vrai enjeu historique, de territoire et pour l’avenir. »

 

 

Et de conclure : « Je salue le partenariat avec Ecuisses ».

 

 

Le quartier de la Villa Perrusson devrait lui-aussi faire l’objet de plusieurs aménagements notamment au niveau de la voirie afin de permettre un meilleur accueil et une meilleure circulation des visiteurs.

 

 

Dossier à suivre donc !

 

 

EM

 

perrusson-2610162

 

 

perrusson-2610163

 

 

perrusson-2610164

 

perrusson-2610165

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer