Autres journaux :



mercredi 22 février 2017 à 06:49

Sanvignes – Commerce à propos de la boulangerie du bourg….

.. que pensent et disent les clients !



 

 

Sylvie Daubourg, la gérante de la boulangerie du bourg depuis seulement deux mois, annonce qu’elle veut déjà plier bagage, faute de clients. Cette personne, ouverte et sympathique, ne comprend pas pourquoi les Sanvignards boudent son commerce. « Si je ne vends pas plus, je ne tiendrai pas le coup et je vais m’endetter très vite » se désole la boulangère. Dans le métier depuis 30 ans, celle qui tient à présent un Tea-room à Nice (qu’elle a mis en gérance le temps de « remonter » la boulangerie), n’est pas une inconnue à Sanvignes. En effet, de 1995 à 2000, elle a exploité cette même boulangerie et était propriétaire des murs. Puis, elle a eu deux successeurs qui sont restés 8 ans chacun dans la boulangerie. 

 

 

 

L’année passée, elle rachète l’affaire qui était en liquidation et investit dans un four à 30 000 euros, fait des travaux de remise aux normes et rachète du matériel. « A la réouverture, en décembre dernier, les clients étaient nombreux, puis au fil du temps, les ventes ont régressé… » livre Mme Daubourg. Ajoutant : « C’est un réel gâchis ! Si je n’ai pas de recettes, je vais fermer la boutique très rapidement. Par contre, si les clients reviennent, je persévérerai… ».

 

La boulangère trouve dommage également que la municipalité ne la fasse pas travailler. « Pourquoi se servir à Montceau, alors qu’il y a une boulangerie au bourg ? ». Car les pertes sont conséquentes ! Ce dimanche, si elle a vendu tout son pain, les viennoiseries et pâtisseries iront à la poubelle.

 

Sylvie Daubourg voudrait bien que les Sanvignards entendent son SOS. « J’ai 1 300 euros d’électricité à régler chaque mois, et j’ai les salaires d’un boulanger et d’un pâtissier à assumer. Ce n’est pas avec le peu de marchandises que je vends que je vais tenir le coup longtemps ! » déplore la Niçoise. Concluant par « c’est triste de voir mourir un village, car les autres commerçants s’inquiètent aussi pour leurs affaires. Si la boulangerie ferme, les clients partiront aussi ! ».

 

Nous avons voulu en savoir un peu plus et sommes allés interroger quelques Sanvignards. Quand on leur demande pourquoi ils ne se servent pas à la boulangerie du bourg, les avis sont divers.

 

Ainsi, une jeune femme, Anne-Laure, répond qu’elle est habituée à sa boulangerie, qu’elle se trouve sur son chemin et que cela est bien pratique. Et puis, dit-elle, l’autre boulangerie a été fermée tellement longtemps que je ne pense même pas à y aller !

 

Pour Christophe, la raison est simple : « il y a le Maximarché qui vend du pain. C’est moins cher qu’à la boulangerie et le pain n’y est pas mauvais. Le dimanche, je vais à l’autre boulangerie, mais comme aujourd’hui il n’y a plus de pain, je vais aller voir à celle du bourg. »

 

Pour sa part, Jean-Paul a deux bonnes raisons de ne pas aller au bourg : selon lui, le pain y est plus cher et il préfère celui qu’il achète à quelques encablures de la boulangerie de Sylvie Daubourg.

 

Même son de cloche pour Louis qui sort de sa boulangerie préférée. Et Gaëtan, tout comme Anne-Laure, se sert à la boulangerie la plus près, celle qui est sur sa route.

 

Enfin, Gérard, qui se servait à la boulangerie du bourg, en apprenant qu’elle songeait déjà à fermer, se rabat déjà vers une autre boulangerie.

 

En attendant, Sylvie Daubourg ne semble pas décidée à patienter outre mesure. Soit les clients la font travailler, soit elle ferme sa boutique. Avant de crouler sous les dettes… Elle a déjà pensé s’installer dans les Alpes-Maritimes, « là où il y a du monde ».

 

Une histoire à suivre…

 

 

 

Sylvie Daubourg 21 02 17

 

 

 

Sylvie Daubourg 21 02 171

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




12 commentaires sur “Sanvignes – Commerce à propos de la boulangerie du bourg….”

  1. dodo dit :

    ça c’est le problème les gens ne font pas marché les commerces de proximité et quand ça ferme il se plaigne qu’il n’y a plus rien dans leur ville. Bon courage à la boulangère

  2. boby71 dit :

    Très franchement, je me demande qui a pu lui faire croire que son commerce attirerait les foules. Le bassin minier est « mort » et à part des kebab ou des pizzerias, plus rien ne peut fonctionner. Aujourd’hui nous voyons pousser des magasins de foire fouille ou éventuellement des enseignes existantes qui se déplacent, mais c’est tout. Les municipalités ne jouent jamais le jeu car elles sont contentes de voir un petit commerce s’ouvrir mais au fond, elles savent bien que c’est voué à l’échec. Alors chère madame, vous avez eu le courage d’ouvrir une boulangerie sur je ne sais quel conseil, et je vous dit bravo, mais partez vite car vous allez tout perdre. Bonne chance

  3. MICHMARE dit :

    Oh oui boby71, vous lui prodiguez un bon conseil. Qu’elle parte avant de se ruiner le portefeuille et la santé. Aucun politique n’est en mesure d’enrayer les désertifications, d’abord de villages, puis de petites villes et mêmes de villes moyennes maintenant. Ainsi va la vie, nous ne sommes pas loin de « la soupe aux choux ».

  4. Obi Wan Kenobi dit :

    Bien dommage, mais il est difficile aujourd’hui de changer les habitudes prises depuis des mois suite à la fermeture précédente . Pourtant vous faites du très bon pain et vos viennoiseries sont absolument délicieuses . Et une fois n’est pas coutume, pour défendre la municipalité, les marchés étaient déjà attribués lorsque vous avez ouvert et ils sont obligés d’attendre le prochain pour vous faire travailler .
    En souhaitant sincèrement que vous restiez malgré le fait que notre environnement puisse souffrir de la comparaison avec les alpes maritimes .

  5. vanille71 dit :

    depuis l,europe ont a mis le monde dans la merde alors bravo l.europe de merde faisont comme les anglais sortont de l.europe et ont sera moins dans la merde ,europe demerde tues monde bravo les politiques francais et ertangers,ouest laLIBERTEE EN FRANCEc,est pourtant la devise

  6. catenaccio2 dit :

    Vanille71, vous devez taper sur un clavier qui n’est pas européen, ont comprend rien et vous êtes hors sujet, bon courage à vous,

  7. catenaccio2 dit :

    Je pense pour ma part que géographiquement vous êtes mal placé, comparé aux boulangeries des gautherets qui sont sur un axe routier plus fréquentés , et qui sont au milieu des communes de St Vallier, Ciry Le Noble, Sanvignes Les Mines, Le Magny,

  8. pascal dit :

    A Vanille 71: Qu’est-ce que vient faire l’Europe dans ce forum . Vos propos qui ne cachent pas vos opinions Frontistes sont déplacés.Entreprendre en France est toujours possibles et l’an dernier ,il y a plus de création qu’en 2015 (comme quoi la France n’est pas forcément dans le marasme que certains veulent bien le clamer haut et fort)Pour ce qui est de l’Europe , et bien heureusement que nous en faisons partie sinon je pense que vous seriez obligé de cultiver votre potager ; sans l’Europe nos agriculteurs auraient encore plus de mal à écouler leur production.Pour la boulangerie , bon courage Madame.

  9. scania dit :

    Ce qui fout la merde c est que sur 5 personnes interrogées, 1 répond que le pain de l INTERMARCHE n’est pas mauvais. Et qu on vienne pas me dire que c est une affaire de prix . On doit parler de 50 cts d euros par jour….

  10. pat06100 dit :

    Vous avez raisons les gens se plaignent quand les commerces ferment mais quand il s ouvre y a plus personnes
    moi je donne raison a la boulangere qui est obligee de fermer le commerce il vaut mieux vegeter sur la cote d azur que de rester dans une commune dans une region qui se vide