Autres journaux :



vendredi 12 mai 2017 à 06:37

Le Bon coin à Montceau, déjà 7 années !

Et bientôt 600 salariés pour le groupe !



 

 

 

 

 

 

Ce jeudi matin, les bureaux du Bon Coin de Montceau-les-Mines ont accueilli plusieurs élus de la CUCM et de la région, David Marti, Président de la CUCM, Marie-Claude Jarrot, Maire de Montceau-les-Mines et Jean-Claude Lagrange, Vice-président du conseil régional.

 

 

A l’ordre du jour : visite des locaux et premiers bilans de l’activité du groupe français.

 

 

94 personnes sur le site de Montceau-les-Mines

 

 

C’est Alexandre Collinet, Directeur général adjoint du Bon coin qui a accueilli les élus et la presse dans les locaux du Bon coin. Ces locaux, il faut les connaître, car l’entreprise a choisi de ne pas faire figurer son logo dessus. Pourquoi ? Pour éviter aux usagers de venir déposer leurs annonces en main propre. Ces locaux ne sont en effet pas à usage des particuliers comme vous allez pouvoir le comprendre.

 

 

 

Mais revenons-en à l’aventure du Bon coin, site connu de tous. En 2010, l’entreprise venait installer une petite équipe dans les bureaux de Webhelp, équipe comprenant 5 commerciaux sédentaires et deux autres personnes.

 

 

 

Forte de sa croissance, l’entreprise a aménagé dans ses propres locaux en décembre 2012, lesquels accueillent aujourd’hui 94 personnes ! Sur les 7 personnes de l’équipe initiale, 6 sont restées, preuve s’il en est de la qualité de vie dans l’entreprise.

 

 

 

Au niveau national, l’entreprise a débuté avec 2 personnes. Et le groupe devrait bientôt atteindre le nombre de 600 salariés. Ce succès, le groupe le doit en partie à son travail avec les collectivités comme l’indique son directeur général adjoint : « On a toujours eu un grand sens de l’accueil des collectivités. Ici il y a près de 100 commerciaux qui travaillent et présentent un vrai levier de travail. Plusieurs dizaines de milliers d’euros sont signés par les commerciaux ici ».

 

 

 

Et d’ajouter : « On est fiers que 800000 emplois aient été trouvés l’an dernier via notre site ».

 

 

 

Une activité qui a évolué

 

 

 

Ce qui peut être surprenant en effet est de découvrir l’entreprise. On a l’image d’un site internet sur lequel on dépose son annonce en tant que particulier pour vendre son canapé ou ses pneus d’hiver. Bien sûr cette activité existe toujours. Mais le site s’est diversifié en 7 années et ce malgré une concurrence américaine croissante.

 

 

 

Son plus ? « Je crois qu’on a une connaissance des clients. On a une pertinence par rapport aux services proposés. Ce qui est important : la confiance, la compréhension, l’écoute du client et que ce ne soit pas universel. On adapte le produit aux besoins des clients. » explique Alexandre Collinet.

 

 

 

Et de poursuivre au sujet de la formation : « On a 4 formateurs à plein temps pour faire progresser les équipes. On investit lourdement en formation interne et externe avec au moins une formation externe par an. La rémunération est attractive et comprend un fixe et des primes qui peuvent atteindre plusieurs fois le SMIC. On n’est pas sur les mêmes rémunérations que les centres d’appel. »

 

 

 

L’entreprise cherche constamment à recruter. Elle travaille aussi avec l’IUT du Creusot. Si la rémunération est attractive, c’est parce que le métier est exigeant et demande engagement et concentration. Les profils recherchés sont pour assurer des postes de commerciaux sédentaires. Trois postes sont à pourvoir d’ici le mois de juillet prochain. En moyenne, l’entreprise recrute une dizaine de personnes par an.

 

 

 

Une activité B to B

 

 

 

Depuis plusieurs années, l’entreprise a développé plusieurs activités en direction des professionnels : publicité, immobilier, emploi. « On a gardé la base pour le particulier et nous avons ajouté des services pour les professionnels » nous explique-t-on.

 

 

 

La majorité de l’effectif du groupe est concentré sur le Bon Coin.fr qui devrait rassembler près de 500 salariés à la fin de l’année sur ses trois sites : Reims, Montceau-les-Mines et Paris. Mais le groupe possède également le site Agriaffaires.com qui propose du matériel agricole et de BTP. 70 personnes travaillent aujourd’hui pour ce site. Et ils ont lancé ledenicheur.fr, site comparatif sur plusieurs catégories de produits grand public. 4 personnes travaillent pour ce site.

 

 

 

Le groupe commence aussi à avoir des commerciaux de terrain en plus des commerciaux sédentaires qui travaillent sur plateforme.

 

 

 

Globalement les personnes postulant sur les poste du site de Montceau-les-Mines sont issues du territoire communautaire : Montceau-les-Mines, le Creusot, Blanzy, Saint Vallier. Et environ 30 % des effectifs habitent à plus de 40 km (secteur chalonnais etc.).

 

 

 

Un site structuré autour de 8 équipes

 

 

 

Le site de Montceau-les-Mines comprend actuellement 8 équipes réparties selon les activités suivantes : 2 équipes pour le marché automobile, 3 équipes pour l’immobilier, 2 équipes pour l’emploi et une équipe multicatégories.

 

 

Le site de Reims est dédié à la publicité ultralocale alors que Montceau-les-Mines gère les petites annonces et Paris toute l’activité informatique du groupe.

 

 

 

Si on fait le compte, chaque équipe comprend entre 7 et 9 commerciaux et un chef d’équipe. Et un chef de plateau gère le site.

 

Le rôle du manager est de piloter l’activité. Il va regarder les chiffres, lancer l’activité avec es objectifs à atteindre et donner un axe de progression. Mais insiste-t-on : « Il faut que ce soit bien vendu, le bon produit adapté à la personne ou à l’entreprise. »

Le manager va coacher le vendeur en l’aidant à s’améliorer. La majeure partie de la clientèle est développée par la prospection. Et sur l’automobile et l’immobilier, le site cherche plutôt à fidéliser ses clients. Selon l’entreprise, plus de 90 % des clients se réabonnent.

 

 

 

Un service de conseil auprès des professionnels

 

 

 

Dans ce sens, l’entreprise peut apporter ses conseils dans la rédaction des annonces : « On conseille le client sur le message, en utilisant des verbes d’action. On s’adresse à des TPE, PME. Beaucoup sont novices dans la communication. »

 

 

Dans le bâtiment, un open space rassemble les commerciaux sédentaires qui travaillent de 9h à 18h30 avec une pause déjeuner d’une heure. Les locaux accueillent aussi un espace « appels entrants » permettant de répondre aux sollicitations des clients soit en cas de problème ou de renégociation de contrats par exemple.

 

 

Au final, il semble y avoir assez peu de turn-over dans l’entreprise. Les responsables expliquent ce phénomène par plusieurs facteurs : des challenges réguliers, la rémunération mais aussi le bien-être au travail.

 

 

« On fait venir régulièrement une masseuse. Chaque semaine, on met à disposition des employés des paniers de fruits frais » nous indique-t-on. Et les locaux accueillent aussi une salle de pause confortable. Les employés sont encouragés à faire leur pause en dehors de l’open space.

 

 

 

Témoignage d’une employée

 

Annabelle Léotier travaille pour le Bon coin depuis 2014. Auparavant à son compte pendant 10 ans, elle a choisi cette activité notamment pour pouvoir mieux s’occuper de ses enfants. Elle travaille spécifiquement sur le marché immobilier.

Comme elle explique : « Tout se fait par téléphone. Cela demande beaucoup d’adaptabilité. On travaille sur la France entière et même les DOM-TOM. Il faut écouter les clients et adapter l’offre à leurs attentes. Il faut être rigoureux. Le délai moyen de traitement d’un client est de 10 à 15 minutes. C’est donc très rapide. On a différentes campagnes : des campagnes d’acquisition pour obtenir de nouveaux clients et d’autres à destination des clients ayant déjà des abonnements. »

 

 

 

Elle poursuit : « Il faut creuser pour bien cerner les besoins des clients. ».

 

 

 

Malgré un travail intense, elle assure que l’ambiance de travail lui convient parfaitement : « On a de la chance d’avoir une entreprise comme celle-ci. On s’attache à l’humain. On a plein d’avantages. On prend soin de nous avec des fruits frais chaque semaine, un CE (comité d’entreprise) qui fonctionne bien. »

 

 

 

Cette maman de deux enfants a été recrutée à l’âge de 42 ans, preuve s’il en est que le métier est ouvert à tous !

 

 

 

Des élus à l’écoute

 

 

 

L’an dernier l’entreprise a développé 210 millions d’euros de chiffres d’affaire. Et le groupe espère bien poursuivre sa progression.

 

Pour accueillir les entreprises, Montceau-les-Mines et le bassin minier entendent bien poursuivre leur développement du parc immobilier.

« On a eu une problématique, celle de l’offre d’accès à l’immobilier locatif. A Montceau-les-Mines, on a un problème d’offre d’accès à la propriété pour les classes moyennes. » a indiqué Marie-Claude Jarrot.

 

Jean-Claude Lagrange pour sa part montre une attention particulière à l’adéquation de la population avec les besoins des entreprises : « La difficulté est d’avoir un bassin d’emploi qui puisse répondre à vos besoins et aux besoins des entreprises venant s’installer. Il faut qu’on soit très réactif au niveau de la formation ». Pour l’élu régional, il indique que cet axe est déjà développé actuellement par la région.

 

D’autres débouchés pourraient voir le jour pour le Bon coin.fr notamment à travers l’accompagnement par exemple du développement des boutiques en ligne pour les commerçants de proximité ou le rapprochement avec l’étranger.

A suivre…

 

EM

 

 

 

boncoin 1205175

 

 

boncoin 1205178

 

boncoin 1205172

 

 

boncoin 1205173

 

 

boncoin 1205176

 

boncoin 1205177

 

 

 

 

boncoin 1205179

 

 

boncoin 12051710

 

 

boncoin 12051711

 

 

boncoin 12051712

 

 

boncoin 12051713

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer