Autres journaux :



vendredi 29 décembre 2017 à 11:55

Projet de loi de finances pour 2018 et le Projet de loi de finances rectificative pour 2017 (France)

La satisfaction de M. Edouard PHILIPPE, premier ministre



Le communiqué officiel :

 

 

Le Projet de loi de finances pour 2018 et le Projet de loi de finances rectificative pour 2017 viennent d’être déclarés conformes à la Constitution par le Conseil Constitutionnel dans leur quasi intégralité.

 

Cette décision va permettre l’entrée en vigueur de réformes majeures comme la suppression progressive de la taxe d’habitation pour 80% des Français, la mise en place du prélèvement forfaitaire unique et la transformation de l’ISF en un impôt sur la fortune immobilière. Le conseil constitutionnel a également validé la réforme des APL.

 

Le Premier Ministre se félicite de cette décision et souligne la qualité du travail accompli par le Parlement ces dernières semaines sur ces projets de loi.

 

La mise en Å“uvre de ces mesures soutiendra le pouvoir d’achat des Français, la croissance économique et permet d’engager la transformation du pays, conformément aux engagements du Président de la République. »

 

 

 

 

Edouard Philippe 17 05 17

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Projet de loi de finances pour 2018 et le Projet de loi de finances rectificative pour 2017 (France)”

  1. loupblanc dit :

    Le budget 2018 de la France est mal présenté.
    Ce qui suit est extrait du « projet de loi de finance pour 2018 » que n’importe qui peut télécharger.
    A moins que nous ne soyons dans un pays marxiste, l’Etat n’a pas la mainmise sur la totalité du PIB.
    Pour financer ses dépenses (425 Mds€ prévues en 2018), l’Etat dispose de ses recettes fiscales. Pour compléter, il émet de nouvelles dettes qui représentent des impôts différés.

    Le déficit doit donc être exprimé par rapport aux recettes et non pas au PIB.
    Les recettes fiscales prévisionnelles s’élèvent à 289 Mds€ (auxquelles se rajoutent 13 Mds€ de recettes non fiscales). Ce qui nous fait des rentrées de 302 Mds€.
    Le déficit, les dépenses non financées, est donc de 425 – 302 = 123 Mds€ (et non pas 83 Mds€ comme repris servilement par les medias).
    Les arguties entre déficit structurel ou conjoncturel, les dépenses du budget général ou les dépenses pilotables, etc. ne sont là que pour noyer le poisson. Laissez-les aux énarques de Bercy, aux coupeurs de cheveux en quatre. N’oubliez pas que l’arme favorite de la Parasitocratie est la complication. Souvenez-vous de l’expression de la Cour des comptes, qualifiant le dernier budget Hollande d’insincère…
    Les tableaux ont beau être verts, ce nouveau budget est en réalité rouge sang.
    Le vrai déficit est le rapport de 123 (dépenses – recettes) à 302 (recettes).
    Le reste est baratin.
    Ceci nous promet, à nous contribuables, de la sueur, du sang et des larmes car ce n’est pas une croissance mirobolante de 1,8% qui va remplir les caisses de la République.

    article analysant le budget issu d’une autre source financière…….
    Qui croire , après le Père Noel