Autres journaux :



mercredi 25 juillet 2018 à 06:47

Saint-Vallier : une annonce comme un coup de tonnerre !

... quid de l'avenir de Konecranes ?



 

 
 


14 fermetures, 4 restructurations dans le groupe Konecranes

 

 

Lors de la conférence de presse de mardi après-midi, les propos de l’avocat Ralph Blindauer, en charge du dossier Konecranes, ont de quoi inquiéter les salariés, les élus et la population du Bassin.

 

 

 

 

En effet, lors de l’assemblée générale des salariés de Konecranes du vendredi 9 février 2018, il avait été annoncé que les représentants du personnel et les experts pourraient se rendre au siège afin de rencontrer les personnes qui ont le pouvoir décisionnaire réel et de consulter les PV du Board concernant les orientations stratégiques du groupe.

 

Après des mois de négociations, discussions et tergiversations, les deux expertes mandatées par le Comité d’Entreprise, se sont rendues à Helsinki les 6 et 7 juillet.

 

 

Un comité central d’entreprise s’est tenu ce mardi, pour annoncer le résultat de leurs investigations aux salariés du site valloirien en présence de deux représentants finlandais qui ont découvert avec la direction locale les conclusions de cette expédition.

 

Le bilan est évocateur et sans appel : le groupe envisage 14 fermetures (Angleterre, Suisse, Autriche, Espagne, … et deux sites en France : Chalon en Champagne et Vernouillet (Eure et Loir), 4 restructurations (2 sites allemands, 1 en Amérique du sud et 1 en France)

 

Saint-Vallier figure donc dans les restructurations et devrait subir une perte de 30 à 40 emplois.

 

Il n’est également pas envisagé de plan d’investissement.

 

 

 

La consultation des orientations stratégiques n’a donc pas été validée par le CCE.

 

 

 

« Il n’y a pas de doute, dès la rentrée, la direction ne tardera pas à représenter un nouveau plan social qui sera driver par le DRH Monde du groupe. »

 

 

 

Les représentants syndicaux présents s’interrogent : « comment atteindre les objectifs de production si les effectifs baissent car il faut sortir pour l’heure 120 stackers et 150 dans l’année à venir. Et comment absorber les frais fixes de fonctionnement ? C’est bien l’énoncé de la volonté de tuer la société. »

 

 

 

Ce plan doit avoir des effets sur l’exercice 2019 et cela signifie qu’il devra être acté en amont puisqu’il devra être porteur de 140 millions d’économies sur 2019 après les 110 millions à réaliser en 2018. Le groupe a de bons résultats . Le cours de l’action se porte bien. « Ce plan n’a donc pas de justification économique. »

 

 

 

Les représentants du personnel comptent sur une forte mobilisation des salariés, des élus, des habitants du Bassin, du département, de la région,.… « L’emploi est l’affaire de tous. Un emploi supprimé, c’est deux ou trois emplois impactés. La mobilisation devra être à la hauteur des enjeux. »

 

 

Alexandre Duchêne, délégué syndical Sud Industrie affirme : « Il n’ y aura pas de licenciements à Saint-Vallier ni à Chalon-en-Champagne. On est des gaulois, on ira jusqu’au bout ! »

 

 

 

Après la fermeture de la SIAP, la fermeture programmée d’Eolane, la restructuration de Konecranes porterait un coup de massue à l’emploi sur le bassin et accélérerait in facto la désertification industrielle du territoire.

 

 

 

 

J.L Pradines

 

 

Pour mémoire : http://montceau-news.com/economie/479233-social-avenir-de-konecranes-a-saint-vallier.html

 

 

ter 0512171

 

 

Photo d’archives

 

 

 

 




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer