Autres journaux :



jeudi 10 janvier 2019 à 09:43

Ils ont commencé hier mais… ( Montceau)

La ruée dans les magasins n’a malheureusement pas eu lieu



 




Vers 15h, les parkings du quai De Gaulle sont pleins, en ce jour de début de soldes à Montceau. De bon augure pour les commerçants qui commençaient à trouver le temps long après les semaines de disette d’avant les fêtes.

 

Après avoir tournicoté un bon moment pour trouver une place de parking, voilà votre serviteur enfin prêt à affronter la cohue : femmes qui se battent pour un « bout de chiffon » soldé à bas prix, ruée sur les valises en prévision des prochaines vacances à -70%, cosmétiques presque donnés…

 

 

Bref…Votre serviteur a prévu le coup et s’est armé en conséquence : baskets aux pieds, jeans pour être à l’aise et un corps affuté pour jouer des coudes en cas de foule compacte…

 

 

Mais que nenni ! J’ai oublié que nous ne sommes plus dans les années 70/80 quand les rabais conséquents déplaçaient les foules et que les gens mettaient de l’argent de côté pour « faire les soldes ».

 

 

Làs ! Au sortir de la voiture, me voici remontant la rue transversale à la rue de la République. Bizarre, je ne croise personne… Un coup d’œil à mon téléphone portable me rassure : nous sommes bien le 9 janvier, date de début des soldes.

 

 

Où sont les gens garés sur les parkings ? J’arrive au niveau de la boutique Yves Rocher, et là encore, seulement deux ou trois personnes font le tour du magasin. Pourtant, outre les promotions pratiquées toute l’année, pour les personnes en possession de la carte fidélité, tous les produits sont à -50%, hormis une petite sélection qui est à -70% me dit la vendeuse.

 

 

« Ce matin, nous n’avons pas eu grand monde. Cela a un peu plus bougé cet après-midi, mais ce n’est pas non plus la folie » me dit cette dernière.

 

Ajoutant : « Il faut dire que nous avons bien travaillé en amont avec les ventes privées sur Internet ».

 

 

Elle avoue attendre de ces soldes un bon déstockage de la marchandise et surtout des éditions limitées des fêtes de fin d’année.

 

 

Car il ne faut pas se voiler la face, les clients, depuis le 17 novembre, date de début du mouvement des Gilets Jaunes, ont déserté la ville, surtout les samedis ! C’est le constat de plusieurs commerçants. « Nous ne disons pas que ce sont les Gilets Jaunes qui sont directement responsable de cela, mais les gens étaient réticents à sortir, de peur de rester bloqués par les manifestants ou pire d’être pris dans la casse et la violence ».

 

 

D’autres tempèrent leurs propos : « Nous ne sommes pas à Paris, mais une bonne partie de la population croit que « nos » Gilets Jaunes sont les mêmes que les casseurs de la Capitale ».

 

 

Toujours est-il que les ventes ne sont pas au meilleur de leur forme et certains commerçants ne seraient pas étonnés qu’il y ait des licenciements en 2019.

 

 

Chez Chris Bag, la maroquinerie est soldée de 30 à 50%. Et quelques articles sont à -60%. Là aussi les commerçants espèrent réduire leurs stocks pour faire place à la nouvelle collection. Mais comme dans les autres commerces, seulement une ou deux personnes naviguent dans la boutique.

 

 

Petite remarque, et je reviens encore à « dans le temps », les soldes débutaient à -20 ou – 30%. Ici, on passe directement à -50, 60 et même 70% dès le premier jour…Est-ce à dire qu’au dernier jour, la population va emporter ces articles pour une bouchée de pain ?

 

 

Chez Tally Weijl (ancien magasin Mimm) Laura, la responsable et les deux autres employées ne peuvent que constater que le matin a été très calme, mais que ça commence aussi à bouger ce mercredi après-midi.

 

 

Mais attention, ce n’était pas le grand rush non plus ! Ici aussi, le stock à écouler est important et à l’image d’Yves Rocher, les ventes privées sur Internet ont bien marché. Au magasin, vous trouverez des articles de -20 à – 50%.

 

 

Retour à l’extérieur, rue Carnot : la rue est vide, hormis quelques passants. Non, vraiment, l’ambiance des soldes n’est plus là ! Aux (anciennes) Galeries, malgré l’annonce géante en vitrine de soldes à – 70%, pas un chat à l’horizon !

 

 

Au final, nos lecteurs l’auront compris, ils ne risquaient pas ce jour d’être bousculés ! Mauvais temps ? Budget en berne ? Contexte ambiant ? Peut-être un mélange de toutes ces raisons, mais en tous cas, les commerçants font grise mine…

 

 

Mais nous n’en sommes qu’au premier jour des soldes. Espérons que la situation s’améliore dans les prochains jours…

 

 

 

 

 

soldes 10011910

 

soldes 1001193

 

 

soldes 1001194

 

 

soldes 1001195

 

 

soldes 1001196

 

 

soldes 1001197

 

 

soldes 1001198

 

 

soldes 1001199

 

 

 

 

soldes 10011911

 

 

soldes 10011912

 

 

 






Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




6 commentaires sur “Ils ont commencé hier mais… ( Montceau)”

  1. josiane49 dit :

    peut être les gens n’ont-ils besoin de rien !

  2. VALLOIDIEN dit :

    normal,,,, on a plus un sou,,! et les gilets jaunes avaient raison de se manifester! quand on n’arrive plus à joindre les deux bouts, ,,ce n’est pas les soldes même 50% , que l’on va les acheter des fringues

  3. Loulou1 dit :

    soldes ou pas les magasins et les rues sont déserts toute l’année ! Étrangement les parkings sont pleins mais personne sur les trottoirs. Les véhicules doivent être la propriété des personnes qui travaillent au centre ville et non pas ceux des chalands !

  4. misha dit :

    Ben quand on a plus de sou ! J’ai ouvert les tiroirs mais rien …..

  5. jeff71 dit :

    Depuis des dizaines d’année,les J-T ouvraient leur journaux avec la ruée dans un grand magasin à villeneuve d’ascq .

    Cette année…personne (vu dans le « quotidien » hier soir sur TMC) , aucunes autres chaines n’en a parlé .

    Ce n’est pas la faute des gilets jaune, mais comme le dit Valloidien, les gens non plus d’argent

  6. LibEgFra dit :

    Peut-être aussi que les gens comme dit Josiane49 ont achetés sur Internet car les GJ foutent le commerce en l’air dans toute la France (58000 chômage partiel )