Autres journaux :



vendredi 8 mars 2019 à 09:16

Conseil de communauté – Territoires d’industrie…

Coopération pour le développement et l’innovation des entreprises industrielles






 

La communauté urbaine Creusot Montceau, la Communauté  de communes Le Grand Charolais, la Communauté de communes  Entre Arroux, Loire et Somme et la Communauté de communes Le Grand Autunois Morvan s’engagent ensemble pour le développement économique du secteur industriel de leurs territoires, dans le cadre de la labellisation « Territoires d’industrie » accordée par l’Etat et pilotée par la Région Bourgogne-Franche-Comté.

 

Présentation

 

La Communauté urbaine Creusot Montceau, la Communauté de communes Le Grand Charolais, la Communauté de communes Entre Arroux, Loire et Somme et la Communauté de communes Le Grand Autunois Morvan ont ainsi été labellisées « Territoires d’industrie » par l’Etat, qui articule cette démarche autour de quatre objectifs : simplifier, innover, attirer et recruter.

 

 

Engagées dans des démarches de développement économique en lien avec le tissu industriel, ces quatre structures intercommunales représentent un territoire cohérent pour une coopération économique et un accompagnement des entreprises industrielles. Leur proximité et la complémentarité de leurs filières industrielles permettent, au travers du projet « Territoires d’industrie », de confirmer la pertinence d’une démarche partagée d’accompagnement des entreprises et de mutualisation des moyens d’ingénierie financière et humaine.

 

 

C’est un enjeu fort pour la première région de France par le taux d’emploi. Sous le pilotage de la Région Bourgogne-Franche-Comté, ce dispositif vise à constituer un effet levier permettant de soutenir les entreprises locales sur l’innovation, l’émergence et le soutien de leurs projets, mais aussi l’animation de filières et la reconnaissance de leur savoir-faire aux niveaux local, régional et national.

 

 

Ce contexte permet la définition de 3 axes de coopérations.

 

 

Développer des espaces d’accompagnement de l’innovation industrielle et renforcer la proximité entre entreprises et université.

 

Les établissements d’enseignement supérieur situés sur le territoire de la Communauté urbaine Creusot Montceau comptent plus de 1.700 étudiants. Le site universitaire accueille 2 masters labellisés Erasmus Mundus (le master Vibot, spécialisé dans le traitement des images et la robotique, et le master Maia, spécialisé dans l’imagerie médicale), qui attirent de nombreux étudiants étrangers, et deux laboratoires labellisés CNRS qui travaillent en partenariat avec de grandes entreprises : le Laboratoire électronique, informatique et image (LE2I), spécialisé dans la vision 3D, et le Laboratoire interdisciplinaire Carnot de Bourgogne (ICB), qui étudie le laser et le traitement des matériaux.

 

Le développement d’un Campus des métiers et des qualifications et l’accueil prochain d’un nouveau département de l’école d’ingénieur ESIREM sont des terreaux pour les entreprises qui ont des difficultés de recrutements mais qui souhaitent aussi la localisation de programmes d’innovation.

 

Afin de les accompagner sur ces approches et de favoriser la convergence avec les sphères de la formation locale, la communauté urbaine Creusot Montceau s’engage dans la réalisation et le développement d’un site technopolitain de l’innovation. Le projet d’une dimension de 4000 m² environ concentrera les aménagements nécessaires aux développements de synergies locales en lien avec l’innovation dans les entreprises.

 

 

Organiser l’économie de la ressource en lien avec une démarche de valorisation des potentiels du territoire et des produits de l’industrie locale.

 

La valorisation endogène des potentielles ressources du territoire restent une hypothèse pertinente d’accompagnement des industries du territoire.

 

Le cadre de l’économie circulaire mais aussi la transition énergétique à favoriser pour les sites industriels locaux sont des accompagnements nécessaires. Ils favorisent la pérennité des implantations locales, diminue l’empreinte énergétique et minimise l’impact dans les coûts d’exploitation. Ils constituent par ailleurs un gisement de développement des territoires qui, selon les cas, peut être un facteur déterminant pour l’attractivité locale : utilisation de la chaleur fatale par exemple.

 

Dans cette perspective et afin d’accompagner au mieux les entreprises, toutes les démarches économiques mises en œuvre dans le cadre des Plans Climat Air Energie Territoriale pourraient permettre un accompagnement spécifique des entreprises dès lors que des convergences d’intérêt public/privé seront identifiées.

 

Une étude des potentiels à l’échelle du territoire et la mise en œuvre de stratégies spécifiques en fonction des filières d’utilisation pourraient par ailleurs être réalisées : utilisation des sédiments limoneux dans la filière céramique par exemple, en lien notamment avec les potentiels 3D du territoire.

 

 

Conduire des politiques d’animation de filières industrielles locales et développer des synergies sur les principales industries de la transformation et de la distribution.

 

Le territoire a été fortement industrialisé durant les derniers siècles, subissant de manière successive les périodes de développement, les récessions et les revitalisations.

 

Actuellement, le tissu économique demeure homogène sur certaines filières identifiées : sidérurgie, métallurgie, textile, automobile, ferroviaire, bois, textile… Elles constituent des potentiels d’implantations exogènes et de nombreux projets émergent, permettant ainsi de renforcer la sous-traitance et les savoir-faire locaux.

 

Dans la continuité de l’accompagnement des entreprises que les intercommunalités organisent, une démarche de valorisation des filières existantes pourraient être constituée. Une animation des potentielles filières doit être organisée afin de favoriser l’émergence et la reconnaissance de partenariats, voire de clusters d’entreprises.

 

Ces démarches contribuent à organiser les approches industrielles locales dans des logiques de pôles territoriaux mais nécessitent de repenser certaines problématiques avec une massification générant des possibilités de réponses nouvelles… En termes de recrutement par exemple, l’ampleur des recherches de profils spécifiques peut trouver des réponses dans le développement de la formation.

 

Les projets

 

Onze projets matures et opérationnels peuvent constituer les prémices d’une démarche contractuelle dans le cadre de la labellisation « Territoires d’industrie ».

 

 

Communauté urbaine Creusot Montceau

 

 

Mecateamcluster : une offre unique en France pour la filière ferroviaire

 

Le site des Chavannes à Montceau accueille la plateforme mutualisée de maintenance des engins de travaux mobiles de la filière ferroviaire, portée par Mecateamcluster. Né de la volonté d’industriels locaux et regroupant aujourd’hui plus d’une centaine de membres (PME, grands donneurs d’ordre, collectivités…), cette plateforme apporte aux acteurs du ferroviaire un réseau coordonné d’industriels et de sous-traitants ainsi qu’une réponse mutualisée en termes de compétences techniques, de formation et d’infrastructures dédiées.

 

L’intérêt pour les entreprises est notamment de bénéficier d’une concentration de services dans un même lieu et ainsi de réduire les délais d’immobilisation de leurs engins de travaux ferroviaires.

 

Après l’ouverture de la halle de maintenance mutualisée des engins de travaux ferroviaires et le lancement de la construction du campus de formation, Mecateamcluster poursuit son développement avec l’implantation de la société Erion France, qui a choisi ce site pour y construire son premier centre de maintenance de locomotives diesel à forte puissance en France.

 

 

Un site technopolitain pour favoriser l’innovation et l’entrepreneuriat

 

Le territoire de la communauté urbaine Creusot Montceau bénéficie de toutes les composantes constitutives d’une dynamique technopolitaine : de grands groupes industriels, un tissu dense de PME, un site universitaire, une plateforme technologique, des laboratoires publics et privés.

 

Si la capacité d’innovation est réelle au sein des grands groupes, les marges de progression demeurent cependant importantes. De même, la dynamique entrepreneuriale sur le territoire reste à renforcer et à coordonner au regard du potentiel offert par la qualité et le nombre des acteurs présents.

 

C’est pourquoi la communauté urbaine a décidé de porter la création d’un site technopolitain afin de renforcer l’offre d’ingénierie en matière d’innovation et d’entrepreneuriat. Il a pour objet la constitution d’un pôle d’excellence et d’innovation, en phase avec la réalité industrielle locale, associant des fonctions de formation, de recherche et de transfert de technologie, d’incubation et de création d’entreprises innovantes. Ce site technopolitain vise ainsi à créer les conditions nécessaires pour répondre aux attentes des jeunes entreprises qui y seront présentes, mais également à créer un écosystème entreprises – start-up – enseignement supérieur visant à exploiter pleinement le potentiel de création présent sur le site.

 

 

Le « Village apprenant ressource », une brique du site technopolitain

 

Sous la tutelle de l’université de Bourgogne et de l’Académie de Dijon, le Campus des métiers et des qualifications ITIP a pour ambition de créer un lieu d’apprentissage, de rencontre, d’émulation, d’interaction, de transformation : le « Village apprenant ressource ». Centre de ressources humaines et technologiques autour de l’industrie 4.0, ce lieu accueille les apprenants qui répondront aux besoins du monde socio-professionnel en construisant leur formation personnalisée dans un environnement d’émulation et de transformations.

 

Cet espace ouvert en perpétuel mouvement accueillant des jeunes, du lycée à l’université (continuum bac-5 / bac+5) à travers une pédagogie « auteur – projet » interdisciplinaire et agile permettra aux entreprises de détecter des talents et de collaborer avec les différents acteurs du territoire.

 

Le « Village apprenant ressource » sera situé au sein du site technopolitain (Le Creusot), à proximité des plateaux techniques des laboratoires de recherche et de la Plateform3D.

 

Le périmètre initial de cette expérimentation concerne le site universitaire du Creusot, les lycées et collèges du bassin, les entreprises et collectivités et associations du périmètre géographique « Territoires d’industrie ». Cet espace ouvert sera également en interaction avec les territoires voisins (accueil de classes) et pourra collaborer avec les autres Campus des métiers et des qualifications de Bourgogne-Franche-Comté dans une logique d’essaimage.

 

 

Communauté de communes Entre Arroux, Loire et Somme (CCEALS)

 

 

Territoire à dominante rurale, la Communauté de communes Entre Arroux, Loire et Somme est très fortement marquée par la présence de deux sites industriels internationaux :

 

le site FPT de Bourbon Lancy (marque de CNH Industrie) dédié à la fabrication de moteurs industriels avec une orientation complémentaire de sa production vers les moteurs à gaz (production de 52 000 moteurs par an avec un effectif d’environ 1.200 emplois directs),

 

le site APERAM de Gueugnon spécialisé dans la production d’acier inoxydable (objectif de production annuelle de 350 000 tonnes avec un effectif d’environ 700 emplois directs).

 

 

Le secteur industriel local comprend également un tissu de PME et de TPE spécialisées dans les métiers de l’industrie ou des services à l’industrie (usinage, mécanique…). Le territoire compte également plusieurs entreprises innovantes relevant d’autres secteurs d’activités telles que Focal (ébénisterie spécialisée dans la fabrication de coffrets d’enceinte Wi-Fi), Terres d’Or (agro-alimentaire), Parfums de France (produits cosmétiques)…

 

 

Pour assurer leur pérennité mais aussi leur développement, certaines entreprises, dont APERAM et FPT, ont d’ores et déjà engagé des investissements lourds pour moderniser leurs outils de production et limiter également leurs impacts sur l’environnement local. Les programmes d’investissement, en cours de réalisation ou de réflexion, doivent leur permettre de faire face à deux enjeux majeurs liés d’une part à l’innovation (Industrie 4.0) et d’autre part à la transition écologique.

 

 

Cette politique de développement, dont la communauté de communes sera le relais local, devra conduire à la transformation de l’écosystème local.

 

 

Des projets privés en faveur de la transition écologique et de l’innovation

 

Porteur(s) de projet : entreprises à titre individuel (FPT, APERAM…)

 

Principaux secteurs industriels concernés :

 

Métallurgie

 

Fabrication de pièces automobiles et filière gaz naturel

 

TPE et PME des secteurs correspondants

 

Description des projets et objectifs :

 

Les projets déposés répondent à 2 enjeux prioritaires partagés :

 

Assurer la modernisation des outils de production vers l’industrie du futur en lien avec le développement du numérique,

 

S’engager dans la transition écologique à travers la transformation des outils de production mais aussi l’offre de produits et de services qui répondent davantage à ces enjeux.

 

A titre d’exemple, l’usine FPT souhaite bénéficier d’un accompagnement pour la finalisation d’un projet global autour de la production de moteurs à gaz. Ce projet concerne le produit mais aussi le process :

 

Au niveau du produit, FPT souhaite consolider son expertise technique en fournissant au secteur prototypes les installations nécessaires au développement des nouvelles motorisations gaz.

 

Au niveau du process de production, l’objectif est triple :

 

Consolider les acquis technologiques en étendant et industrialisant les preuves de concepts (RFID, robots collaboratifs…),

 

Déployer des méthodologiques innovantes dans des domaines ciblés comme prioritaires,

 

Poursuivre les activités de recherche appliquée.

 

 

La mise en place d’un Centre de ressources technologiques local dédié à l’industrie et à ses acteurs

 

Porteur(s) de projet :

 

Les entreprises industrielles y compris les PME et TPE

 

La CCEALS mais également les EPCI voisins

 

Forme de partenariat à définir pour associer les acteurs économiques et publics.

 

Objectif principal : inciter les acteurs économiques à s’intégrer dans un réseau local dédié au développement industriel.

 

Description du projet : ouvrir, sous l’impulsion de la communauté de communes, une structure locale dédiée « Centre de ressources technologiques » afin d’inciter les entreprises locales à partager leurs expériences et à réfléchir à la mise en place de solutions mutualisées dans des domaines variés : recherche/innovation, besoins d’expertise technique, emplis/formations…

 

 

Afin d’assurer le rayonnement sur l’ensemble du territoire, cette structure pourrait être une antenne du site technopolitain du Creusot porté par la Communauté urbaine Creusot Montceau.

 

 

Communauté de communes Le Grand Autunois Morvan

 

 

Le Grand Autunois Morvan est un territoire de lien et d’équilibre entre l’arc urbain composé de la vallée de la Saône et du secteur rural du massif du Morvan, au contact de deux logiques de développement économique : un territoire d’industrie historique et une économie résidentielle structurant un vaste secteur rural.

 

 

Etude des potentiels photovoltaïques sur les zones d’activité économique

 

L’étude des potentiels photovoltaïques sur les ZAE s’inscrit dans un projet de développement durable pour la gestion économe des ressources et la valorisation des déchets, suivi d’actions de sensibilisation et de formation sur l’autoconsommation d’énergie et la mobilité électrique. Elle s’intègre dans un projet global de partenariat avec les entreprises pour permettre une gestion économe des ressources énergétiques et la valorisation des déchets. En matière d’écologie industrielle, il s’agira donc de lancer une étude afin d’évaluer les potentiels photovoltaïques des bâtiments industriels de ces zones d’activité et l’implantation de bornes de recharge photovoltaïques. Cette étude sera accompagnée par un ensemble d’actions de sensibilisation, de formations, dans les domaines de l’écoconception et du recyclage des matériaux. Il s’agira également de co-construire des réponses en matière de déplacement à travers le développement de la mobilité douce et de l’électromobilité avec l’implantation d’équipements : bornes de recharge photovoltaïque dans les espaces publics et/ou privés dans l’ensemble des zones d’activité économique gérées par la CCGAM.

 

Le projet est porté par la CCGAM et les entreprises implantées sur les zones d’activité économique communautaires réunies au sein de l’association FASE et l’association des entreprises de la ZAE de Saint-Pantaléon-Lorme (AZA Autun Saint-Pan).

 

 

Construction d’un nouvel outil de transformation des produits alimentaires locaux

 

La CCGAM porte depuis plusieurs années une politique de valorisation des ressources locales. Cela s’est traduit en particulier par un accent porté sur la valorisation des filières industrielles, des filières bois et des filières agroalimentaires. Les enjeux de l’alimentation et de l’environnement sont actuellement au cœur des débats publics. Ils interrogent également l’adaptation des productions agricoles et se révèlent des opportunités potentielles de diversification des activités pour les exploitations.

 

La CCGAM s’est engagée dans un programme de mise en place d’un système alimentaire local et de valorisation des productions agricoles locales : de l’exploitation à la vente en passant par la transformation et la structuration des filières.

 

Le projet consiste en la construction d’un nouvel outil de transformation des produits alimentaires locaux en lien avec le futur nouvel abattoir et la nouvelle cuisine centrale.

 

 

Territoire expérimental pour la simplification administrative et les dérogations règlementaires

 

Il s’agit de solliciter des accompagnements et des dérogations (à titre expérimental) à des normes réglementaires bloquant le développement de projets porteurs de perspective d’activité et d’emploi.

 

La CCGAM conduit des programmes d’aménagement et de requalification des zones dans une démarche d’économie circulaire afin d’accompagner les projets d’entreprises.

 

 

Les projets concernent les zones d’activité économique (ZAE) communautaires et intègrent l’ensemble des entreprises présentes sur ces zones. Ils visent à étendre le concept de Développement d’éco-zones industrielles et de recherche (DEZIR) initié avec la réhabilitation de la friche industrielle du Parc d’activités de Saint-Andoche (PASA-DEZIR 1), à l’ensemble des zones industrielles du territoire de la CCGAM.

 

 

Communauté de communes Le Grand Charolais

 

 

Territoire industriel et agricole ayant pâti de l’arrêt d’activités de grosses entreprises manufacturières, la Communauté de communes Le Grand Charolais abrite des activités industrielles à forte identité patrimoniale, marquées par les gisements de ressources naturelles: terre + eau (filière céramique), bois (filière bois), élevage (et ses déclinaisons industrielles).

 

Pour maintenir et restaurer une attractivité industrielle, ses enjeux sont le maintien des savoir-faire et structures existants et leur adaptation aux défis technologiques et écologiques, sa capacité à valoriser ses gisements de ressources naturelles et ses savoir-faire comme leviers de développement, sa capacité à valoriser sa localisation et ses infrastructures de communication dans la géopolitique nationale et européenne.

 

 

Les 4 projets présentés dans cette phase pilote sont co-construits avec les acteurs de terrain, pour des actions concrètes à destination des entreprises, et reposent sur l’insertion et la cohérence dans un maillage territorial plus vaste, une vision d’avenir pour les industries, mais aussi une impérieuse nécessité de sauvegarder les entreprises existantes.

 

 

Sauvegarder les entreprises de la filière céramique

 

Porté par la Communauté de communes Le Grand Charolais, avec les industriels et opérateurs publics, il s’agit d’une mobilisation d’urgence de moyens pour accompagner des repreneurs et dirigeants d’entreprises en grande difficulté.

 

 

Objectifs :

 

Construire un plan de sauvegarde d’urgence de l’emploi, l’outil industriel et le patrimoine

 

Puis un plan de développement et de structuration stratégique mutualisée

 

 

Besoins :

 

Ingénierie externe

 

Investissement : outil de production et fonds de roulement

 

Recrutement management de production et commercial

 

Rachat foncier

 

Moratoire et simplification administrative

 

 

Transition numérique TPE / PME

 

Le projet est porté par une association, le Groupement des manufacturiers sud Bourgogne (industriels de la céramique et de secteurs connexes, la communauté de communes Le Grand Charolais, la plate-forme technologique 3D du Creusot, des particuliers experts).

 

 

Le Centre de ressources technologiques (CRT) sera un lieu d’animation, d’accompagnement, de formation, de prestations auprès des PME (3 emplois directs) sur les enjeux et moyens de la numérisation, et de prestations de numérisation et prototypage en impression 3D.

 

En lien avec la PFT3D Le Creusot, ce sera aussi un relais des prestations PFT3D qui hébergera un parc machines impression 3D céramique.

 

 

Besoins:

 

Ingénierie

 

Investissement local et machines

 

 

Site pilote de production et métrologie pour gamme locale de produits CLT feuillus

 

Le projet est porté par l’Association Bois Croisés de Bourgogne (producteurs et prescripteurs), en partenariat avec :

 

ENSAM Cluny

 

Interprofession Fibois

 

Conseil Régional Bourgogne-Franche-Comté

 

Communauté de communes Le Grand Charolais

 

 

Il s’agit :

 

d’accélérer et soutenir l’installation d’un site pilote de production CLT feuillus local (14 emplois directs),

 

d’accompagner les opérateurs dans la mise au point des référentiels techniques et des équipements nécessaires pour structurer une véritable filière locale de production.

 

 

Besoins :

 

Investissement foncier, équipements

 

Ingénierie externe spécifique

 

Simplification administrative

 

 

Base logistique multimodale

 

Le projet est porté par la Communauté de communes Le Grand Charolais pour relais à des porteurs privés.

 

 

Une base logistique multimodale évolutive :

 

à court terme : cellules standards et spécialisées, accès à un mix énergétique par évolution de l’infrastructure existante d’accès gaz, infrastructures d’accueil adaptées pour les utilisateurs, entrepôt sous douane,

 

à plus long terme : réouverture de l’accès ferroviaire historique, aménagements de l’accès aux canaux.

 

 

Besoins :

 

Ingénierie

 

Accompagnement et simplification administrative

 

Investissements : foncier, équipements, accessibilité

 

L’accès aux canaux

 

 

Jean-Claude Lagrange

 

Territoire industrie en Bourgogne Franche Comté, c’était évident. Au Creusot, encore plus ! Pour dire qu’effectivement, la communauté va être pilote. Cela va dire que l’on va être étudié pour servir de référence à tout le territoire.

Il fallait une réactivité. Les industriels sont associés à ce dispositif avec le monde universitaire. C’est une reconnaissance qui redonne de la visibilité nationale. Le Creusot est connu par ces grandes entreprises. Encore de l’économie qui va être associée à ce territoire. Je coupe l’herbe à Mme Jarrot avec les entreprises du textile aussi à Montceau. On sait travailler avec nos voisins, un territoire qui n’e »st pas contraint uniquement dans ses limites administratives. La volonté du gouvernement est aussi de montrer que les industries ne sont pas uniquement concentrées dans les métropoles. Un message que j’ai d’ailleurs adressé aux deux ministres présents. Heureusement qu’il y a des présidents d’EPCI et des maires qui s’emparent de tels projets dont l’État n’a pas su se saisir à une époque.

Il faut redonner envie aux jeunes de revenir dans l’industrie. Là encore une belle reconnaissance de ce que le territoire peut offrir comme emploi. On est tous conscient de ces défis qui nous attendent dans ces semaines.

 

 

Marie-Claude Jarrot

Jean-Claude a évoqué la filière textile. Il y a une fiche action là-dessus. C’est un bon moyen de relier Autun avec Dim. C’est un moyne de montrer que nous avons des territoires d’excellence. Il faut un savoir-faire industriel et des formations. Sur le territoire, nous avons la possibilité de porter  une demande de formation. Nous pourrions le faire.

 

David Marti

 

Les territoires qui sont avec nous dans Territoire d’industrie ont été portés par la communauté. Et c’est très bien. Il y a une cohérence. Quand on nous accuse de manquer de vision, concernant notre rapprochement avec Gueugnon, on nous a rit au nez. Conclusion aujourd’hui ces convergences sont reconnues par l’État. Tout ça pour dire que l’histoire nous donne raison. Je renvoie à ceux qui pouvaient éventuellement douter et nous dire une fois de plus que nous étions dans l’incohérence. Une fois de plus, nous sommes passés à côté de quelques chose d’historique. Et ceux qui n’ont pas suivi portent la resposanbilité.

 

Nous allons bien entendu défendre le territoire en tant que territoire pilote. Si je reprends le dispositif Coeur de vile, c’est un dispositif qui condense les moyens financiers. C’est du droit commun. On a tout intérêt à être les premiers. Les premiers arrivés seront les premiers servis. C’est le cas pour Territoire d’industries. Je salue le travail des élus qui l’ont porté à la Région. Aujourd’hui ceux qui pilotent Territoire d’industries, reconnaissent qu’il s’agit d’un dossier le plus avancé.

Le textile, la communauté y travaille déjà. J’ai parlé d’Excalibur. S’il y a une possibilité de filière sur le textile, nous travaillerons sur la formation bien entendu.

 

 

 

ccm 0703197

 

 

 

 






Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer