Autres journaux :



vendredi 2 juin 2017 à 05:25

Clap final des élèves du lycée Parriat (Montceau)

Ultime retour sur une expérience inoubliable



 

 

 

 

 

 

C’est au cœur même du lycée Parriat que nous sommes allés rendre visite aux élèves de 1er option audiovisuel. Et c’est encore des étoiles plein les yeux, mais aussi un peu de fatigue qu’ils ont bien voulu revenir une dernière fois sur cette expérience du festival de Cannes qu’ils ont partagé avec nous durant leur séjour.

 

 

 

Un objectif pédagogique

 

 

 

Comme ils l’ont rappelé, ainsi que leurs enseignants, ce séjour à Cannes avait avant tout un objectif pédagogique : voir des films, s’intéresser à la pratique, voir des professionnels de l’image et aiguiser leur regard.

 

 

 

Et c’est entre trois à quatre films par jour qu’ils ont visionné. Force était de constater le dur labeur. Sans rire ! Car on n’imagine pas le challenge que c’est de rester éveillé dans une salle noire, avec un regard affiné toute la journée.

 

 

 

Ils nous ont donc bel et bien avoué, que cela a été particulièrement difficile de rester éveillé en salle de projection surtout sur la fin du séjour. Personne N’y est vraiment arrivé.

 

 

Pour autant, plusieurs d’entre eux nous ont indiqué qu’ils aimeraient « faire la même chose et finir au même endroit. »

 

 

Ils ont aussi vu des films qu’ils n’auraient sans doute jamais eu l’idée de voir s’ils n’avaient pas été à Cannes. D’après leurs propres mots, ce séjour leur a permis de porter un nouveau regard sur les longs métrages. « On n’a pas le même point de vue sur les longs métrages à présent » ont-ils reconnu.

 

 

 

Des films sélectionnés par des professionnels

 

 

 

Ce qui changeait, c’était effectivement qu’ils avaient l’opportunité de visionner des films sélectionnés par des professionnels : courts et longs métrages, documentaires, films commerciaux etc.

 

 

 

Au sujet des courts métrages, ils ont reconnu « On a eu du mal. C’était bizarre ». Un véritable choc culturel donc avec cet univers précisément.

 

 

Et de poursuivre : « Avec les films, on était obligés de réfléchir. On a découvert le cinéma d’auteur à haute dose. »

 

 

Et leur professeur, M. Rémond d’indiquer : « On ne peut pas les préparer à cela ».

 

 

Pour autant, ces élèves rêvent de travailler dans le cinéma.

 

 

 

La première, option audiovisuel est plutôt orientée documentaire, genre qu’ils ont pu aussi voir au festival de Cannes.

Et aux yeux des élèves, l’objectif pédagogique est rempli : « On apprend vachement. C’est une ouverture culturelle sur d’autres cinémas. On ne regarde plus les films de la même manière après ça. »

 

 

« C’est pratiquer le regard » poursuit leur enseignant.

 

 

 

La palme d’or des élèves

 

 

 

Avec leur regard neuf et pourtant déjà affûté, les élèves ont décerné une palme d’or à… Good Time des frères Safdie. Ce qui leur permet d’être en accord parfait avec le rédacteur en chef de la revue très réputée Les Cahiers du cinéma.

 

 

Quels étaient leurs critères d’évaluation ? Que le film leur ait plu !

 

 

 

Et d’autres souvenirs inoubliables ?

 

 

 

Pêle-mêle : la montée des marches, de grosses émotions quand une des élèves se retrouve à une dizaine de mètres seulement de son réalisateur préféré. Ce séjour, ils l’ont qualifié « d’ascenseur émotionnel » !

 

 

 

Autre souvenir marquant : n’avoir que 30 minutes pour se préparer et enfiler les tenues de soirée. « C’était trop court » s’est exprimée une élève.

 

 

Et ce que témoignent aussi ces élèves, c’est leur gratitude : « A l’unanimité, on peut remercier M. Rémond et M. Leblanc. C’était nos papas de la semaine. ».

 

 

Et pour M. Rémond, le bilan était extrêmement positif. Les enseignants eux-aussi ont témoigné leur gratitude car le festival a sélectionné leur dossier. Ils ont aussi été soutenus par de nombreux partenaires et commerçants. Sans levée de fond, le séjour aurait coûté 450 € par personne. Les élèves ont payé au final 125 €.

 

 

Enfin M. Rémond a tenu à rappeler le travail de sa collègue de l’option en seconde et terminale, Madame Burlier, qui organise elle-aussi des séjours vers d’autres festivals, comme à Beaune ou à Annecy par exemple.

 

 

Les élèves de 1er, eux, aimeraient redoubler uniquement l’option, juste pour retourner à Cannes et revivre l’événement.

 

 

On leur souhaite de faire carrière et comme disait un chanteur d’aller jusqu’au bout de leurs rêves !

 

 

 

 

 

EM

 

 

 

lycee 0206172

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer