Autres journaux :



mercredi 22 avril 2015 à 09:02

Sanvignes

Empoisonnements de félins



La Fondation Brigitte Bardot et la Fondation « Trente millions d’amis » sont prévenues ainsi que le Commissariat de police de Montceau des faits suivants :

 

Des empoisonnements de chats ont eu lieu dans le quartier de la rue Paul Bert à Sanvignes, c’est d’autant plus lamentable que ces félins étaient en cours de stérilisations et castrations dans ce cas : certificat du vétérinaire qui constate l’empoisonnement dépôt de plainte au commissariat de police expédition de la photocopie de ces deux documents à :

 

 

La fondation Brigitte Bardot

28, rue Vineuse

75116 – Paris

 

 

 

qui suivra l’affaire. Il faut savoir qu’en fonction de l’article 515-14 du Code Civil les tortures sur animaux coûtent chères

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




8 commentaires sur “Sanvignes”

  1. Fernier guy dit :

    Habitant moi-même Sanvignes,et étant donateur à la FBB,et 30 millions d’amis,j’apporte mon soutien total au gens de la rue paul Bert,qui ont envoyé les photo-copies du dépot de plainte à ces deux fondations.Il y a d’autres moyens pour éviter certaines gênes causées par les animaux…(j’ai entendu à la télé il y a 2 jours,que certains avaient porté plainte à cause du chant du coq le matin..mais qu’ils retournent en ville!!!)

    • chimel dit :

      bjr ,

      j’ai une courette de 10/15 m2 recouverte de gravillons ,elle est devenue une sorte de latrine pour la bonne douzaine de chats qui vivent a proximité :record de la collecte matinale:17 crottes . j’ai répandu des produits répulsifs sans grand succés . svp connaissez vous un autre « remede » puisque vous dites qu’il existe d’aurtres moyens?

      merci d’avance et bonne journée

  2. VALLOIDIEN dit :

    à fermier,,,
    ok avec vous,,
    pour les chant de coqs,,,
    ici,,,,,
    on est à la campagne et non pas en ville,,
    toute personne qui se plaignent des volatiles,qu’ils aillent dans les grandes villes (Lyon,Paris,Marseille,Lille,etc,etc,,,,,c’est superbement extra,

  3. chrisfmc71 dit :

    J habite a 200m du lieu.
    je trouve inacceptable d empoisonner des chats mais cela devient invivable dans le quartier. Il y a beaucoup trop de chats et cela est du a une dame qui vient tous les matins les nourrir vers 7h30.
    je suis partisan de la sterilisation mais aussi de l arret du nourrissage sinon le probleme va perdurer et des personnes excedees agiront betement.

  4. roadrunner71300 dit :

    Si il est interdit de tuer les animaux, et c’est bien normal, il est également interdit à leurs propriétaires de les laisser divaguer partout comme ils le font. C’est un peu trop facile d’avoir des animaux et de faire subir aux voisins les déjections d’animaux qui ne sont pas les leurs !

    • lalkana dit :

      Vous ne pouvez pas interdire aux chats de divaguer partout, c’est dans leur nature.
      Et quand des maitres laissent leurs chiens faire leur besoin sur les trottoirs ou uriner sur nos portails et nos haies, personne se plaint, c’est bizarre!!!

      • roadrunner71300 dit :

        Non, on peut très bien garder un chat à l’intérieur d’un logement, c’est ce que font les personnes respectueuses de leurs voisins.
        Le cas que vous évoquez concernant les chiens est tout aussi déplaisant, mais ces derniers ne viennent pas jusque dans nos plantations.
        Si personnellement j’allais faire mes besoins dans la cour du propriétaire d’un chat, je ne pense pas qu’il apprécierait, pourtant mes déjections ne sont pas plus sales que celles de leur animal

  5. FBB dit :

    Boris Cyrulnik, apôtre de la résilience, psychologue et pionnier de
    l’éthologie parle dans son étude, du regard insoutenable des animaux malades de l’homme. Lorsque l’on n’a pas de compassion
    pour un animal qui a faim, on détourne son regard de l’être hu-
    main en détresse. Pour en revenir aux félins, il faut penser lorsque l’on prend un châton pour amuser les enfants, que l’ani-
    mal devra être soigné et à six mois stérilisé ou castré, c’est un
    devoir pour le chat et le voisin, car une femelle a trois portées
    par an à raison de 5 ou 6 châtons chaque fois. Et ces animaux qui
    naissent dans la nature meurent souvent de corysa ou de maltrai-
    tance.Depuis le 6.4.2011 un texte a été voté par les députés et en
    seconde lecture par le Sénat : obligeant le propriétaire de chat né
    après le 1er janvier 2012 et âgé de 7 mois à le faire identifier par
    un vétérinaire. Et cela évite, lorsque l’on tient à son animal, de le
    laisser trapper par la fourrière pour une destination bien sombre.
    C’est d’ailleurs pour éviter toute cette souffrance animale qu’en avril 2014 la Fondation 30 Millions d’amis a proposée aux mairies
    de France d’établir une convention afin de les aider à raison de 80€
    pour une stérilisation et 60 €pour une castration, cette offre est reconduite pour 2015 et s’intitule non à l’euthanasie oui à la sté-
    rilisation. C’est un devoir des propriétaires et des communes d’éviter la prolifération par la stérilisation et la castration des chats
    sans pour cela les laisser mourir de faim.