Autres journaux :


mardi 2 juin 2015 à 11:08

Protocole vigilance citoyenne à Sanvignes…

... c'est ce qu'ont souligné toutes les parties prenantes !



 

 

… c’est ce qu’ont souligné

 

toutes les parties prenantes !

 

 

 

  1. Un protocole signé, en premier lieu par le maire : Jean-Claude Lagrange mais aussi par le sous-préfet de Charolles : M. Philippe Saffrey, le directeur départemental de la police : Stéphane d’Hayer, et le commissaire de Montceau-les-Mines : M. Philippe Dussaix.

 

 

Honneur au « maître des lieux », en l’occurrence M. Lagrange !

 

 

Unanimité !

 

 

 

« Je tiens à souligner que, c’est effectivement, à l’unanimité que les membres du conseil ont décidé d’adhérer à cette idée de protocole... »

« Opération montée par mon adjoint, Christian Lhote, en relation avec le commissaire de police... » a-t’il déclaré d’emblée ! Précisant ensuite : « nous appartenons, déjà au CISPD (Conseil Intercommunal de prévention de la délinquance) mais avec ce type d’action, nous franchissons un nouveau pas. Vous êtes 20 à avoir accepté de devenir des « référents » mais, comme vous le savez, c’est en collaboration avec la police nationale que vous devez oeuvrer…

 

 

Discours sur lequel a « rebondi » le directeur départemental : M. Stéphane d’Hayer : « Je me réjouis de voir ce type de protocole arriver en milieu urbain car jusqu’ici, ce n’était qu’en zone gendarmerie que ceux-ci existaient… Ces actions doivent être menées avec la 17, sachez que vous ne dérangez jamais les forces de l’ordre lorsque vous composez ce numéro. Au contraire, même, ajouterais-je…. »

 

 

Propos confirmés ensuite par la résolution de deux affaires à Mâcon, dont l’une avait débuté à Louhans : « c’est grâce un portrait-robot établi par la gendarmerie et largement diffusé sur tout le territoire que nous avons interpellé, quasiment en flagrant d »lit, un homme qui a reconnu une trentaine de cambriolages. Sans ce portait, élaboré grâce à la coopération d’un témoin ! D’où l’importance de votre rôle dans cette commune. »

Le commissaire Dussaix n’a pas été moins dithyrambique quant à ce type de protocole : « C’est aussi grâce à un témoin que nous avons pu interpeller les auteurs des braquages de Maximarché et du bureau de tabac de Sanvignes…

 

 

Plus de polémique !

 

 

 

Ce sont les propres termes employé par M. le sous-préfet.

 

 

Représentant de l’Etat qui a ajouté : « la démultiplication de ces initiatives sont la preuve qu’elles sont « entrées dans les moeurs ». Vous n’êtes pas des cow-boys, ni une milice, vous êtes des citoyens qui vous engagez au service des autres… Je ne peux que vous féliciter de votre engagement citoyen, je suis persuadé que vous mènerez vote tache avec tout le sérieux et la responsabilité, requises ! Je sais aussi que cette approche, nouvelle, de la prévention de la délinquance sera appréciée de tous vos concitoyens… Comme il l’a été dit, précédemment, en composant le 17, vous ne dérangerez jamais les forces de l’ordre. Au contraire, même car, de ce fait, les personnes les plus « fragiles » (je pense aux personnes âgées) seront rassurées de votre présence et de la vigilance que vous leur accorderez… »

 

 

 

Quelques explications…

 

Protocole vigilance citoyenne :

 

 

 

Historique

 

Le dispositif de participation citoyenne s’inspire du concept “neighbourhood watch” (“voisins vigilants”) mis en oeuvre depuis de nombreuses années aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne notamment.

 

Expérimenté dans 29 départements en France, il s’appuie sur une circulaire du ministère de l’intérieur du 22 juin 2011.

 

 

Il consiste à l’installation d’une chaîne de vigilance et de diffusion améliorant la prévention de proximité vis-à-vis de tous les habitants et facilitant l’échange d’informations entre la population et les forces de sécurité.

 

Qui est concerné ?

 

 

Il repose sur un partenariat entre les services de l’Etat (préfecture, gendarmerie,police), les communes et les habitants.

 

 

Quels sont les objectifs ?

 

 

Ce dispositif permet de :

 

 

• de lutter plus efficacement contre la délinquance,

 

• de rassurer et protéger la population,

 

• de resserrer les liens sociaux et développer l’esprit civique,

 

• de renforcer le tissu relationnel entre les habitants d’un même quartier,

 

• d’améliorer la réactivité des forces de sécurité contre la délinquance d’appropriation,

 

• d’accroître l’efficacité de la prévention de proximité,

 

• d’encourager les habitants à la réalisation d’actes de prévention élémentaires,

 

• de constituer une chaîne d’alerte entre les référents de quartier volontaires et les acteurs de la sécurité.

 

 

Comment mettre en oeuvre ce dispositif ?

 

 

Les étapes préalables à la mise enoeuvre du dispositif sont :

 

 

• l’identification des communes et quartiers susceptibles d’être affectés par des actes de délinquance,

 

• l’adhésion des maires des communes concernées,

 

• l’information de la population et la recherche de l’engagement des habitants,

 

• la signature d’un protocole entre le préfet de département, le maire et le  le directeur départemental de la sécurité publique de la Saône-et-Loire.

 

 

 

■ Un outil efficace pour lutter contres les attentes aux biens 

 

 

Dans les communes ou quartiers où le dispositif a été mis en oeuvre en Saône-et-Loire, une baisse encourageante de la délinquance d’appropriation a été observée.

 

L’efficacité de ce concept suppose :

 

 

• l’entretien d’un dialogue constant entre les référents et la population et des échanges réguliers entre ceux-ci et la police.

 

• l’intervention pertinente des forces de l’ordre en fonction des informations reçues,

 

• la communication périodique de la police sur certaines mesures de prévention et sur certains faits ou phénomènes de délinquance,

 

• le retour d’expérience régulier entre les différents acteurs.

 

 

■ Le rôle du référent !

 

Fondé surla solidarité de voisinage et la prévention, les référents volontaires contribuent à la vigilance collective à l’égard des événements suspects.

 

 

Ils diffusent l’information vers les habitants de leur quartier et la remonte vers les policiers, jouent un rôle d’interface.

 

 

En aucun cas, bien entendu, le référent ne se substitue aux forces de sécurité.

 

La police, dans le cas, présent) en liaison étroite avec le maire, alerte les référents de la détection de faits ou de phénomènes particuliers visant un quartier ou un secteur considéré.

 

Le rôle du maire 

 

Le maire, partenaire incontournable, il valide le concept et identifie en collaboration avec les services de sécurité les quartiers. Il organise les réunions publiques d’information et participe à la communication et à la promotion de la démarche.

 

 

 

 

Annabelle Berthier

 

 

 

 

Protocole vigilance citoyenne sanvignes 0206159

 

Protocole vigilance citoyenne sanvignes 0206152

 

 

 

Protocole vigilance citoyenne sanvignes 0206153

 

Protocole vigilance citoyenne sanvignes 0206155

 

 

Protocole vigilance citoyenne sanvignes 0206154

 

 

 

 

 

Protocole vigilance citoyenne sanvignes 0206156

 

 

Protocole vigilance citoyenne sanvignes 0206157

 

 

Protocole vigilance citoyenne sanvignes 0206158

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




3 commentaires sur “Protocole vigilance citoyenne à Sanvignes…”

  1. marius8 dit :

    Bravo monsieur le maire avec vous nous pouvons dormir en toute sécurité

  2. Fil dit :

    Vous parler de vigilance monsieur le maire,qu’avez vous fait pour les nuisances a la piscine? Et vous monsieur le préfet! Les forces de l’ordre se déplacent mais ne peuvent rien faire.alors nous les riverains sommes condamnés à ne pas dormir pendant la saison.il y’a des travailleurs et des gens âgés qui ont besoin de repos pendant la nuit.
    Alors vous me faites bien rire avec votre plan vigilance

    Une lectrice en colère