Autres journaux :


lundi 25 janvier 2016 à 12:06

Tribunal correctionnel de Chalon une « affaire » de Montceau-les-Mines

Trois mois de prison avec sursis pour avoir écrasé involontairement un piéton



 

 

Elle est petite, brune, menue, elle a les lèvres serrées et contient mal son émotion, ce vendredi 22 janvier  face aux juges chalonnais. En 2012, elle n’a pas vu un piéton engagé sur un passage protégé, rue Jean-Didier. Une faute de conduite incontestable. Le piéton, un octogénaire, n’a pas survécu.

 

 

« Je pense à la veuve de ce monsieur tous les jours depuis quatre ans », raconte d’une voix blanche. la prévenue. Ce soir de janvier 2012, il pleut beaucoup sur Montceau. Marisol  (prénom changé) a une course à faire en ville, emprunte, ce qui n‘est pas son habitude, la rue Jean-Didier. Elle est incapable de se souvenir à quelle allure elle roule, ne pense pas toutefois aller vite. Il fait sombre, la pluie est forte, la visibilité basse. A la hauteur d’un passage piéton surélevé, mal éclairé, elle n’apercevra que fugacement « une jambe de pantalon ». Trop tard. Percuté, le vieil homme décède dans la soirée.

 

 

Son affaire a déjà été examinée, mais Marisol n’a pu être jointe à l’époque et a été jugée par défaut. Son permis a été annulé par le tribunal. Elle apprend que l’audience a eu lieu par la presse,  fait valoir son droit d’opposition et demande à être rejugée. La voilà, quatre ans après le tragique accident, à la barre. La famille de la victime est dans la salle : sa veuve, sa fille et le mari de celle-ci. La fille veut se porter partie civile. Les assurances ont joué leur rôle et indemnisé la famille. La victime habitait dans la rue de l’accident, sa veuve y vit toujours. Dans toutes les affaires d’homicide involontaire au volant, l’émotion forte est partagée par les deux parties. Rien ne peut évidemment réparer la faute, ramener le disparu à la vie, mais famille endolorie et responsable ont besoin d’être là, dans cette salle d’audience, pour tourner la page.

 

 

La prévenue se décrit pourtant comme prudente au volant. Elle a douze points sur douze sur son permis de conduire, dit respecter les limites de vitesse, les analyses post-accident n’ont révélé ni drogue ni alcool dans son sang. Des voitures sont garées des deux côtés de la rue ce soir-là, la pluie battante brouille la vision…. Le piéton a traversé de gauche à droite. Les analyses ont révélé qu’il avait bu un peu. La conductrice ne l’a vu qu’au dernier instant.

 

 

« Ce sont des affaires très délicates et chargées d’émotion pour les deux parties, commence le procureur Rode. Sur les faits, on a peu d’explications, pas de témoin. Elle n’a pas eu le temps de freiner mais à 30 km/h, le choc voiture/piéton est toujours terrible ». Christophe rode requiert la même peine que lors du premier procès –  l’annulation du permis de conduire avec interdiction de le repasser pendant huit mois.

 

 

Me Sabine Millot-Morin, qui défend la conductrice fautive, insiste sur la parfaite conscience qu’elle a de la douleur qu’elle a causée, et aussi, sur sa situation personnelle fragile. Elle habite à huit kilomètres de son lieu de travail,  à la campagne, avec un compagnon dépressif, a dû elle aussi affronter des deuils familiaux douloureux. « Le permis de conduire, c’est sa bulle d’oxygène. Elle ne peut pas s’en passer. Elle aurait dû rouler encore plus doucement, certes.  Elle ne le voit que quand il est dans les phares. L’annulation de son permis de conduire ne changera rien, je crains même que cela rende la situation plus fragile. »

 

 

Le tribunal a mis à néant le jugement du premier procès.  Il a reconnu la conductrice coupable d’homicide involontaire et l’a condamné à une peine de trois mois de prison avec sursis et à une amende de 100 € pour « refus de priorité à un piéton ». Les juges n’ont pas trouvé opportun d’annuler le permis de la prévenue. Un autre procès, au civil, est prévu dans cette affaire.

 

Pour mémoire :

http://montceau-news.com/faits_divers/58734-ce-jeudi-soir-a-montceau-les-mines.html

http://montceau-news.com/faits_divers/58734-ce-jeudi-soir-a-montceau-les-mines.html

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




5 commentaires sur “Tribunal correctionnel de Chalon une « affaire » de Montceau-les-Mines”

  1. Kikidilui dit :

    Chacun doit rester maître de son véhicule,certes…mais je vois ci-dessus qu’il n’y a qu’une seule circonstance atténuante …:le piéton octogénaire avait un peu bu…mais a-t-on vérifié,l’état de son ouîe,de sa vue…parce-que au-delà de 80 ans,beaucoup de personnes sont sourdes et malvoyantes,et cette personne a très bien ou s’engager sur le passage piéton,sans rien voir ni entendre,et quand nous sommes devant ces passages piétons,si les véhicules de droite et gauche,n’ont pas l’air de ralentir et s’arrêter,il ne vaut mieux pas traverser,bien que nous ayons la priorité.

  2. gazelle70 dit :

    Bonjour, pourquoi ne pas faire comme en Allemagne! éclairer au DESSUS du passage « piétons »? courage aux deux familles,

  3. dodo dit :

    c’est vrai que c’est triste il y a eu malheureusement un mort, mais c’est vrai aussi que lorsqu’il pleut et qu’il fait nuit, on y voit rien, moi je traverse tous les jours le bourg de st vallier le matin tôt, les lampadaires n’éclaire rien du tout et c’est ma hantise que quelqu’un traverse et que je ne le vois pas. Je souhaite un bon courage à tous

  4. rabies dit :

    courage aux deux familles…

  5. Daniel Z dit :

    C’est triste et nous ne pouvons que souhaiter bon courage aux deux familles…..

    Maintenant, nous ne sommes que des humains !!!
    Faites le test
    http://secouchermoinsbete.fr/1613-le-point-aveugle-dans-la-vision

    Alors, quel juge va poursuivre la nature pour mise en danger de la vie d’autrui ?

    Amités