Autres journaux :


vendredi 15 juillet 2016 Ă  17:01

Terrorisme : attentat de Nice

La réaction de la députée Edith Gueugneau



 

« Une nouvelle fois, notre pays est endeuillĂ© par un attentat terroriste honteux qui s’est produit jeudi 14 juillet dans la soirĂ©e, Ă  Nice. Cette attaque abjecte visait des personnes innocentes durant un jour de fĂŞte et de cĂ©lĂ©bration de notre FĂŞte nationale. Le bilan est lourd : 84 morts, de nombreux blessĂ©s, dont 54 enfants sont hospitalisĂ©s. Je tiens Ă  exprimer toute ma solidaritĂ© et ma compassion Ă  l’Ă©gard des victimes et de leurs familles. Mes pensĂ©es les plus sincères sont Ă©galement tournĂ©es vers les tĂ©moins de cet acte de barbarie.

 

Près de 30 000 personnes  étaient venues participer Ă  une soirĂ©e festive et regarder les feux d’artifice du 14 juillet. C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai appris ce matin qu’un habitant de SaĂ´ne-et-Loire de ma circonscription figurait parmi les victimes de cet attentat. Il s’agit de Robert Marchand, 60 ans, prĂ©sident-entraĂ®neur du club d’athlĂ©tisme de Marcigny, commune dont il Ă©tait originaire. Que mes pensĂ©es aillent Ă  tous ses proches, notamment sa femme et sa fille.

 

AccompagnĂ©s de 19 jeunes et d’adultes accompagnateurs, Robert Marchand faisait parti d’un groupe de membres du club d’athlĂ©tisme de Marcigny qui devait assister ce vendredi au meeting d’athlĂ©tisme Golden League de Monaco. Ils avaient souhaitĂ© ensemble assister au feu d’artifice de Nice. Il n’y aurait aucun autre blessĂ© parmi la dĂ©lĂ©gation de Marcigny qui devrait effectuer son retour dès la fin de cet après-midi dans le Brionnais. Afin de prendre en charge la dĂ©lĂ©gation, le prĂ©fet de SaĂ´ne-et-Loire a mis en place une cellule psychologique.

 

Après cet acte odieux, notre pays se devait réagir. C’est pourquoi, un deuil national de trois jours a été décrété les 16, 17 et 18 juillet. Par ailleurs, le président François Hollande a déclaré vouloir rehausser encore notre niveau de protection et souhaité prolonger l’état d’urgence de trois mois, ce qui était nécessaire face à la dimension de cet acte terroriste et aux risques que peut encore connaître notre pays.

 

Aujourd’hui, c’est toute la France qui est sous la menace du terrorisme islamiste. Si le risque 0 n’existe pas, nous devons tout faire pour lutter contre ce flĂ©au. Je souhaite enfin remercier le travail de la police, de la gendarmerie, de nos militaires et nos services de renseignement qui font un travail difficile chaque jour. Quoiqu’il arrive, nous devons rester unis et forts, solidaires et fraternels. »

 

Edith GUEUGNEAU

 

Députée de Saône et Loire (2ème circonscription)

 

 

edith g 0707162

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer