Autres journaux :



mercredi 7 septembre 2016 à 19:23

Relations sexuelles forcées à Montceau ?

Oui, si l'on en croit une jeune femme !



 

Les « faits » remontent à la nuit de jeudi à vendredi dernier.

 

Ce soir là, deux jeunes gens majeurs se rencontrent sur la fête foraine et décident d’aller en ville.

 

Que s’est il alors passé ?

 

 

Selon la jeune femme elle aurait été contrainte à pratiquer des fellations au jeune homme qui l’accompagnait.

 

Mardi matin des fonctionnaires du commissariat de police, se sont rendus à Chalon-sur-Saône, pour procéder à l’interpellation du jeune homme dans son lycée. Jeune mais majeur, rappelons-le. Ramené au commissariat à Montceau, ce lycéen a reconnu les relations en question mais conteste qu’elles aient été non consenties par la jeune femme. 

 

Le parquet qui semble souhaiter un complément d’enquête a demandé à ce que le jeune homme soit relâché !

 

 

 

A suivre donc…

 

 

Annabelle Berthier

 

 

fait divers 0308162

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




2 commentaires sur “Relations sexuelles forcées à Montceau ?”

  1. Marie1404 dit :

    Pourquoi ne pas mettre le vrai mot : viol avec un point d’interrogation, bien sur.
    Une relation sexuelle forcée, ça n’existe pas. Soit, c’est une relation sexuelle, soit c’est un acte sexuel forcé donc un viol.
    Le mot relation = notion de lien consenti entre des personnes; relation amicale, relation professionnelle. Je ne pense pas qu’il y ait lien consenti si cette personne porte plainte.

  2. alex71210 dit :

    Ce que je n’ai encore jamais compris, en tant surhomme, c’est de forcer une femme à faire une fellation.ne serait il pas simple à la dame de serrer des dents?Je n’imagine même pas la douleur et les marques sur les parties intimes…deux raisons de le faire:d’une, l’homme mis en cause risque fortement de se tordre de douleur et ainsi ne rien pouvoir faire.de deux, le mis en cause ne pourrait pas nier les faits.
    Je tiens à préciser que ce commentaire n’a nullement pour but de dénigrer la personne forcée, acte que je condamne sérieusement, et qui pour moi n’a jamais eu de peines assez lourdes.