Autres journaux :



mercredi 5 octobre 2016 à 19:50

Une rencontre « virtuelle » qui coûte cher…

.. 14 000 euros "s'envolent" pour le Burkina Faso !



 

 

« Nous avons été saisis de plusieurs plaintes… Toutes déposées par des femmes célibataires ou veuves » nous a expliqué, ce mercredi soir, le commissaire de police de Montceau : M. Jérôme Besse.

 

 

 

 

Une escroquerie rendue possible grâce aux Carte de paiement prépayées (PCS) et sans compte bancaire, il faut le souligner.

 

L’explication :  les cartes PCS se créditent par des coupons recharges PCS, elles aussi disponibles dans les bureaux de tabac. A la manière d’une carte cadeau ou d’une recharge téléphonique, un coupon recharge PCS est une carte créditée d’un certain montant (20€, 50€, 100€, 150€, 250€). Une carte PCS se recharge en entrant le code du coupon recharge. Cet aspect est pratique pour les honnêtes utilisateurs qui voient là un moyen d’avoir une carte de paiement dont le plafond est limité par le montant que l’on crédite via ces fameux coupons de recharge. C’est aussi un aspect très intéressant pour les escrocs. En effet, lors des correspondances avec leurs victimes, les escrocs demandent à leurs cibles d’acheter des coupons recharges et de leur envoyer les codes. De cette façon, les escrocs créditent leur carte PCS avec l’argent de leurs victimes. Cette opération étant anonyme et irréversible, il est impossible pour les victimes de se faire rembourser ou de retrouver les escrocs en question..

 

La technique est simple : des hommes contactent des femmes à la recherche de l’âme soeur, via des sites de rencontres. Une fois une victime « ferrée » et cela avec un « profil » plus que flatteur : architecte, employé d’ambassades et Le « prétendant » séduit sa victime (mais sans la rencontrer ») et, lorsque le « fruit est bien mur », prétexte un incident assez grave pour demander de l’argent à la candidate au mariage. C’est ainsi qu’une habitante du bassin minier ‘a pas hésité à envoyer une somme de 14 000 euros, via une de ces cartes prépayées. « Le problème avec ces cartes, c’est que l’acheteur n’est pas obligé de présenter une pièce d’identité au revendeur de ces cartes. Dans le cas qui nous occupe, l’on sait seulement que l’argent a été encaissé au Burkina Faso. L’escroc se prétendait architecte et devait débourser cette somme afin de débloquer du matériel destiné à la construction d’un hôpital… »

 

En tout cas, le commissaire Besse estime à plusieurs dizaines de milliers d’euros le montant de ces arnaques « aux rencontres » depuis le début de l’année et juste pour le seul bassin minier. A combien au niveau national, européen… ? Impossible de répondre à cette question mais au vu de la crédulité de certains cela doit se compter en centaines de millions, voire plusieurs milliards d’euros.

 

Méfiance avec ces fameuses cartes et ne donnez, en aucun cas votre code : ni par SMS, ni sur Facebook, Skype etc. puisque, ci-dessous, nous allons vous relater d’autres arnaques mais pour de tout autres achats.

 

Annabelle Berthier

 

 

 

new police 19 07 161

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




2 commentaires sur “Une rencontre « virtuelle » qui coûte cher…”

  1. jere71 dit :

    Après moult et moult reportages TV a ce sujet, mise en garde dans les journaux, site d’information etc….. comment être naïve a ce point, cela restera un très grand mystère pour moi !!
    L’amour rend aveugle, OK, mais cela rend, ecusez moi du terme, c** aussi apparemment !!

  2. loupblanc dit :

    la naiveté n’a pas de frontière , mais dès que vous versez de l’argent à l’étranger ( type Afrique – Asie – banque type Western Union et autres , tout le monde serait banquier dans ces organismes , reportages tv instructif et bien connu des gendarmes ….. ) c’est gagné à tout les coups pour l’encaisseur et aucun recours . Qui dit argent en jeu dit tentation , et vu le niveau de reçu au BAC les escrocs auront la vie belle , sans parler de nos anciens qui sont des proies faciles