Autres journaux :



jeudi 11 octobre 2018 à 07:21

Réaction à l’incendie du centre Trait d’union

La "réponse" de M. BENKAHLA à Mme JARROT



 




Elle vient de la même personne qui nous avait annoncé le rassemblement devant le commissariat de police après la mort de Jamel !

 

 

 

 

« Nous sommes attristés que le centre Trait d’union ait été incendié, la décision judiciaire n’excuse en rien cet acte.

 

Si elle ne l’excuse pas, elle permet toutefois de l’expliquer et j’y reviendrai plus tard.

 

Je suis autant attristé que vous Madame Jarrot pour cet incendie. Habitant depuis toujours à Montceau les mines, ce sont mes impôts et ceux de tous les montcelliens qui ont permis de le construire et ce sont aussi nos impôts qui permettront de lui rendre la vie, mais je suis encore plus attristé que vous soyez attristée pour un local brûlé et que sur un crime qu’a subi un de vos administrés, vous ne semblez guère prendre la mesure de ce qui s’est joué. Rien ne pourra rendre la vie à Jamel, pas même nos impôts.

 

Nous aurions aimé, Madame Jarrot, que vous soyez du côté de vos administrés lorsque l’un d’entre eux est lâchement assassiné et que vous soyez attristée lorsque les services de police de votre ville relâchent le criminel après dix heures seulement de garde à vue.

 

Nous aurions aimé que vous soyez du côté de la famille pour exiger la vérité, que des réponses à leurs questions légitimes soient apportées.

 

Certes nous avons été reçus par le commandant du commissariat et nous avons échangé au téléphone avec Monsieur Le Procureur, mais à nos questions très peu de réponses, secret de l’instruction ou simplement la vie de Jamel ne valait rien.

 

Les questions étaient pourtant simples :

 

 Pourquoi l’inspecteur a refusé de recevoir la seule témoin qui a tout vu et qu’elle ait due raconter son histoire à des journalistes et pas à un inspecteur de police ?

 

 Quel dossier le commissariat a-t ’il pu transmettre au juge pour qu’il prenne une telle décision ?

 

 Pourquoi le criminel a été relâché seulement après dix heures de garde à vue sans que la lumière sur ce dossier soit faite ? et qu’aucun témoin n’ait été auditionné ?

 

Le Procureur a fait appel, et nous le remercions pour cet acte. Il nous a dit que cela risquait de prendre jusqu’à quinze jours pour que l’appel soit traité. Alors faisons confiance à la justice (nous dit-on). Nous attendrons calmement, certes pas sereinement car la tension est palpable et légitime.

 

Beaucoup de Montcelliens sont venus soutenir la famille, l’aider à passer ce cap où leur fils a été assassiné deux fois, une fois par l’assassin et une deuxième fois par la justice.

 

Madame Jarrot, nous vous demandons de condamner le meurtre, de condamner cette justice à deux vitesses et ensuite nous nous associerons avec vous pour condamner toute violence, incendie ou autre, car elle ne sera jamais faite au nom de Jamel.

 

J’appelle chacun à respecter le calme, à respecter l’engagement pris devant la famille et devant le procureur de laisser le temps à la justice de réparer son erreur.

 

Laissons la famille faire son deuil sereinement et ensuite nous exigerons, en tant que tout citoyen, que la justice se fasse, que ce soit pour un animal brûlé, le vélo du fils de Sarkozy ou Jamel.

 

Madame Jarrot, ainsi qu’à tous les montcelliens, dans quinze jours, soyons au côté de la famille pour qu’elle obtienne la vérité et que Montceau redevienne cette belle ville où il a toujours fait bon vivre.

 

Respectueusement. »

 

Mr BENKAHLA

 

 

 

 

police 09101812




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




14 commentaires sur “Réaction à l’incendie du centre Trait d’union”

  1. Daniel BOBIN dit :

    Ce n’est pas la police qui emprisonne ou qui « relâche » !!!
    La police interpelle.
    C’est la justice qui décide de la détention préventive, qui ne préjuge en rien de la culpabilité de quelqu’un.
    Il y a des principes en droit.
    La liberté est un principe.
    La présomption d’innocence est un principe.
    L’indépendance de la justice est un principe.
    La détention est l’exception.
    La détention préventive ne se justifie qu’en cas de risque de fuite, de non représentation, de pression sur d’éventuels témoins, de risques de récidive, de concertation avec d’éventuels complices et, de troubles de l’ordre public. Là, puisque vous expliquez l’incendie criminelle, vous avez gagné le pompon…
    La justice ne se rend pas au nom des victimes. Ça c’est la vengeance.
    La condamnation n’est le fait ni de la police, ni du juge d’instruction mais d’un tribunal après une enquête.
    Que la famille se porte partie civile à l’instruction, elle pourra demander des actes et en contester d’autres.
    Il n’y a pas à justifier l’incendie du Trait d’Union.
    Il n’y a pas à l’expliquer, ce qui est une manière de le justifier…
    Et ceux qui ont commis cet acte criminel (l’incendie criminel est de fait un acte criminel en droit) devront en répondre devant la justice.
    J’espère que mon commentaire sera publié car je suis outré par de tels comportements, outré qu’on puisse essayé de les justifier en les expliquant et outré que l’on tente de mouiller Mme Jarrot (pour qui je n’ai pas d’affinités politiques, c’est le moins que l’on puisse dire…) de ce qui ne la regarde en rien.

  2. Realiste dit :

    Voilà une réponse très explicite …. Que je cautionne pleinement !

  3. virginie85 dit :

    DANIEL BOBIN……trés bien dit…..qu ils se renseignent sur les lois avant de s en prendre a qui que se soit…..c est un tribunal qui jugera ….pas la police ni Mm JARROT…..

  4. Montceau-Ma-Vie dit :

    Monsieur,
    Comme l’ensemble des Montcelliens, nous condamnons bien sur ce meurtre et nous comprenons fort bien le chagrin et le désir de justice de la famille.
    Par contre nous condamnons tout aussi fort ces actes de lâche violence qui consistent à détruire le bien commun.
    C
    Ce n’est qu’à la justice de condamner le meurtre et le meurtier.

    • Daniel Z dit :

      «  »Il existe des différences entre un homicide, un meurtre et un assassinat. Un homicide est le fait de tuer quelqu’un, volontairement ou non, un meurtre est un homicide volontaire et un assassinat est un meurtre avec préméditation » »

      C’est très grave mais affirmer qu’il s’agit d’un meurtre, n’est pas déjà diffamant ?

  5. kilukru dit :

    Daniel BOBIN – Quel com bien rédigé. Et tellement réaliste. Tout à fait de votre avis.

  6. lenoir dit :

    monisieur
    vous n etes pas procureur pas juge mais citoyen come nous tous heureusement que presonne ne se fait justice soit meme sinon le far west

  7. lenoir dit :

    arretez de mettre md jarrot toujours sur le ban des accuses
    si je crois bien le meutre a eu lieu a saint vallier

  8. SCUTINET dit :

    « MONSIEUR » Daniel BOBIN : félicitations !

    Quant à Montceau Ma vie: NON ! Nous ne condamnons pas ce meurtre mais tous les meurtres !

    La France en a marre de la racaille qui tue, vole, viole, incendie …. qui se fout de la gueule de la République Française.

  9. maestro71 dit :

    Daniel Bobin
    Vous avez exprimé mon ressenti
    Dans votre commentaire tout est dit
    Il n’y a rien à rajouter.

  10. Nicole Lavirotte dit :

    Tout à fait d’accord Daniel Bobin.
    Laissons la justice travailler.
    Rien ne justifie de s en prendre aux biens d autrui. Que les coupables soient punis.

  11. gilbert71 dit :

    Mr BOBIN a raison , mais Daniel Z explique bien aussi les différences importantes

  12. 43anandree7 dit :

    bien dit Mr Bobin, merci
    Et pourquoi s’en prendre à Madame Jarrot et aux habitants de Montceau, alors que le décès est arrivé à Saint Vallier?

  13. sivas dit :

    Il y a des principes en droit, et personne ne le conteste.
    Votre leçon est donc un peu hors sujet.
    Ce qui est demandé dans ce courrier, c’est de savoir comment est-il possible que quelqu’un de fragile et à terre se fasse frapper jusqu’à que mort s’en suive et que l’enquête puisse être bouclée en dix heure de garde à vue.
    Sachant que dans ce genre de crime, les informations collectés se font dans les premières heures pour éviter les disparitions de preuves.
    Dans ce cas, les témoins n’ont pas été entendus, ce qui est inconcevable dans une enquête.
    La demande porte donc bien sur la légèreté de l’enquête et l’absence de relevé des témoignages.
    Combien de temps Jamel a-t-il été battu, combien de coups, sur quel parties du corps, le tueur l’attendait-il, avait-il préparé son coup, y a t-il eu bagarre ou seulement des coups a sens unique ur quelqu’un sans défense.
    La recherche de ces informations est un minimum, et cela ne se fait pas en 10 heures.
    Concernant la dangerosité de cet individu, elle semble évidente.