Autres journaux :


jeudi 28 mai 2015 à 15:43

Agence de l’Urbanisme Sud Bourgogne…

... la ville de Montceau-les-Mines "candidate" à un diagnostic !



 

 

… la ville de Montceau-les-Mines

 

« candidate » à un  diagnostic !

 

 

Cette agence ne travaillant, pour l’instant que pour des EPCI, Montceau a donc fait appel à la Communauté Urbaine Creusot-Montceau qui a chargé l’agence d’un diagnostic !

 

 

Comme bon nombre vous ignorez que les villes et même petites communes ont perdu toute prérogative, au profit des groupements de communes que ce soit en matière d’urbanisme, de développement économique, de transports etc. D’où ce choix fait par la municipalité de Montceau de s’adresser à la CCM.

 

Juillet…

 

La demande de notre cité concerne son projet de développement stratégique, développement qui a, dans un premier temps, donné lieu à un diagnostic et c’est en juillet que l’agence présentera le fruit de ses réflexions.

 

Fruits qui consisteront en un certain nombre de propositions, que ce soit en matière d’habitat, de qualité du bâti, du commerce (de centre-ville en particulier), de transports (donc de déplacements)… Bref : un outil de référence pour accroître son attractivité.

 

Si c’est M. Philippe Baumel, président de l’agence qui a tenu une conférence de presse, ce jeudi matin, à Coriolis, il n’en n’a pas moins laissé largement la parole à Mme Anne-Michèle Donnet, sa directrice.

 

Directrice qui a beaucoup insisté sur cette notion d’attractivité sur laquelle nous allons revenir car, pour le moins « étonnante » mais très judicieuse en fin de compte !

 

Conférences !

 

La première a eu lieu le 22 mai dernier à Chalon-sur-Saône: conférence animée par M. Pascal Madry, économiste et urbaniste qui a fait part de ses réflexions et surtout études, sur le commerce.

 

L’avenir du petit commerce mais également la naissance de centres commerciaux en centre-ville dont l’exemple de Mulhouse (un échec, soit dit en passant) mais aussi de nombreuses réussites plus probantes, les unes que les autres, étaient au programme de cette première rencontre.

 

La prochaine aura lieu le 9 juin et se tiendra aux Ateliers du Jour à Montceau sur le thème des traversées de petites communes: « habiter, séjourner et circuler ». Réunion animée M. Cédric Ansart, paysagiste-urbaniste.

 

 

La suivante au lieu le 22 juin à Torcy sur le thème : Politiques des traces numériques dans les villes intelligentes. « La Smart city » a précisé M. Baumel. En clair : comment utiliser les nouvelles technologies et moyens de communication  pour mieux gérer la ville notamment en terme d’économies… « Jusqu’ici, seules les métropoles avaient les moyens de le faire, grâce à leurs techniciens, mais il serait dommage que nos villes n’en profitent pas… » a ajouté Mme Donnet. C’est Dominique Boullier, professeur à Sciences-Po Paris qui l’animera et, surtout, répondra aux questions que peuvent se poser les élus.

 

C’est le 7 septembre qu’aura lieu une nouvelle et elle se tiendra à Buxy sur le thème de « Démographie : recul des petites et moyennes villes, une fatalité ? Là encore, c’est Mme Donnet qui a « donné la clé » en revenant sur la notion d’attractivité évoquée plus haut. « la population vieillit et il n’y a pas que nous qui soyons confrontés à ce problème, il faut donc attirer ces populations à s’installer sur nos territoires. Il y a, là, un développement économique à capter… » n’a-t’elle pas hésité à dire. M. Jean-François Léger, démographe et sociologue qui a été retenu pour l’animer.

 

Le 5 octobre, à Chalon, Ariella Masbuongi, architecte-urbaniste en chef de l’Etat, viendra parler de : « Energies et territoires » mais avec un « point de vue » très pratique avec des exemples précis sur l’habitat et les économies d’énergie. Thème, ô combien d’actualité !

 

Le 23 novembre  aura lieu encore à Buxy , et aura pour thème : « Coproduire le tissu urbain : urbaniser la ville; un processus en mutation » et sera animée par M. Jean Werlon, urbaniste et architecte. Et là encore avec des exemples précis visant à aider les collectivités à mieux faire face au restrictions budgétaires imposées. Déficit public, oblige !

 

Qui et pourquoi ?

 

« Plusieurs « territoires » ont demandé à adhérer et, outre le Grand Autunois, il y a aussi des exemples d’EPCI du Charolais qui « frappent à notre porte »…a indiqué M. Baumel.

 

L’agence ayant « vocation » à couvrir une large partie du département, nul doute que, non seulement celles-ci, mais d’autres encore puissent bénéficier de l’apport essentiel que représente cet « outil » : le dernier créé en France puisque né en 2011, et opérationnel que depuis 2012. 

 

Si ce type de « structure » a déjà pour objet d’assister les EPCI, c’est d’abord en mettant en place divers observatoires : de l’habitat, de la mobilité, de l’immobilier d’entreprise (en préfiguration) mais aussi, très rapidement de : la consommation des sols. Pas un sujet aussi « anodin » qu’il puisse paraître car, comme nos interlocuteurs l’ont précisé : « le sol est un patrimoine à occuper et consommer avec une approche raisonnée. La mesure de la consommation des sols est une donnée nécessaire pour les documents de planification. Cet observatoire, a été réalisé durant l’année 2014 et son périmètre est élargi à celui du SCOT (Schéma de cohérence territoriale) et sera présenté durant le premier semestre de cette année…. »

 

Annabelle Berthier

 

 

 

 

 

 

baumel urbanisme 2805152

 

 

 

baumel urbanisme 2805153

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer