Autres journaux :



lundi 27 juillet 2015 à 05:49

Visite du président Marti chez une petite nouvelle

Marigny, son histoire et sa voirie



 

 

D’abord c’est une des huit nouvelles communes de la Communauté Urbaine, ensuite c’est un lieu béni des randonneurs, et pour finir c’est un panorama à couper le souffle. Le château de Marigny trônant sur sa colline veille sur les vieilles pierres des maisons du village. Un mot vient à l’esprit lorsque l’on s’arrête sur le parking de l’église : remarquable.

 

 

149 habitants peuplent cette commune qui commence à reprendre du poil de la bête après avoir vu sa démographie fléchir en continu depuis si longtemps. 9 exploitations agricoles sont recensées sur le territoire. L’élevage constitue l’économie locale autour de la race Charolaise bien sur, mais depuis peu de la Limousine. Moutons et chèvres émaillent les prés jaunis de taches se déplaçant lentement.

 

 

Sous un soleil de plomb, après Pouilloux, le Président de la Communauté Urbaine, David Marti, suivi de Joël Bressard son responsable travaux, vient visiter cette nouvelle commune.

 

 

Tout sourire Madame le Maire de Marigny, Paulette Ackermann, en compagnie de son premier Adjoint Bernard Morin, accueille Président Marti route de Tramaille où la communauté à prévu un chantier de 12 000 €. Il s’agit du reprofilage de la chaussée sur 600m² et de la pose d’un enduit gravillonné sur 2 400 m² (environ 1 km).

 

 

Bernard Morin rappelle au Président qu’il se trouve là à la frontière entre le Comté et le Duché. Marigny peut être fière de son histoire qui remonte jusqu’à la période Gallo romaine et se lit au travers des monuments qui en laissent la trace. 3 châteaux, excusez du peu, Marigny, des Buissons et de Baigny, gardent peu ou prou quelques vestiges de leurs origines qui s’étagent du 11ème au 17ème siècles.

 

L’église Saint Symphorien, à l’origine romane est remarquable et le panorama depuis son parvis est, comme l’on dit, de toute beauté.

 

 

Gageons que ses nombreux chemins et sentes, si prisés des randonneurs, ont dû rendre bien des services lorsque la ligne de démarcation passait par là pendant l’occupation.

 

 

Madame le mlaire en digne descendante de ceux qui ont rédigé le 18 mars 1789, un « cahier de doléances » en 18 points où rien d’essentiel n’avait été oublié et qui servi de modèle à beaucoup d’autres communes ; Madame le Maire donc, a pour souci la bonne gestion de sa commune et des deniers publics et la voirie pesait lourd à ce niveau.

 

 

Le Président Marti explique que pour des petites communes, mais aussi pour les plus grosses, l’intégration des voiries communales dans celle de la communauté, sans transfert de charge en contrepartie, apporte un vrai soutien et un réel bol d’oxygène. C’est même plus que ça. Car normalement ce type de transfert inclut d’office un transfert de charge correspondant (grosso modo) à la moyenne des dépenses (là entretien de voirie) des 3 derniers exercices. Des accommodements sont possibles au nom de la solidarité intercommunale. C’est ce que la CCM fait.

 

 

Il faut être conscient que cela aura un vrai coût pour la CCM car c’est elle qui va supporter les budgets de fonctionnement et d’investissement en lieu et place des communes membres.

 

 

Madame le Maire apprécie cette aide très importante qui va soulager le budget et lui permettre de redéployer l’activité de la commune sur les voies et chemins caillouteux, comme elle les définit. Et dans cette commune agricole ces chemins de liaison, de traverse, de desserte sont essentiels. A tel point, nous explique Bernard Morin, que la commune délivre des bons de gravier pour les agriculteurs qui veulent refaire les chemins communaux qu’ils usent au passage de leurs engins.

 

 

Paulette Ackermann complète le propos en remerciant de nouveau le Président pour la dotation concernant les chemins qui permet à la commune d’acheter 550 tonnes de cailloux aux carrières du Mont Saint Vincent pour rénover les chemins (18 000€).

 

 

Le Président Marti précise qu’il s’agit d’un fonds de concours pour les communes de moins de 3500 habitants.

 

 

La question se pose d’ailleurs de l’équilibre des communautés de communes d’un poids démographique trop faible. Ceci a fait l’objet d’âpres discussions et de va et vient entre le Sénat et l’assemblée national avant le vote de la loi NOTRe. Il y a des exigences et des réalités financières qui ne peuvent être ignorées, et les petites communes les connaissent mieux que les autres.

 

Après avoir inspecté la route de Tramaille sur toute sa longueur, retour en mairie pour traiter des autres dossiers.

 

 

Gilles Desnoix 

 

 

mar 26 07 151

 

 

mar 26 07 152

 

 

 

mar 26 07 15

 

 

 

 




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer