Autres journaux :


jeudi 2 février 2017 à 20:11

Communauté urbaine Creusot-Montceau…Budget 2017

Intervention Groupe EELV



 

« Le Débat d’Orientation Budgétaire nous a permis de nous exprimer sur ce budget 2017.

 

 

Notre expression portait sur cette nécessité à tenir les engagements pris lors de la COP21 dans sa déclinaison au niveau du territoire.

 

 

La transition énergétique offre des opportunités de développements économiques mais aussi des marges de manœuvre sur nos budgets de fonctionnement.

 

Nous devrions retrouver dans nos budgets, cette orientation d’une façon beaucoup plus volontariste, plus ambitieuse et ce, plus particulièrement dans nos investissements.

 

 

Adopter un budget comme nous le ferons ce soir, c’est déjà évoquer les budgets à venir.

 

 

Le volet « énergie » n’apparaît pas encore dans la partie investissement de notre budget. Aujourd’hui l’énergie, est à la rubrique dépenses de fonctionnement.

 

Rien d’étonnant puisque nous sommes sur une logique de plus en plus centralisée et sur des ressources de plus en plus externalisées au pays.

 

 

Notre système énergétique et notre stratégie énergétique si elle existe vraiment, ont progressivement gommé les territoires et réduit leurs habitants, leurs acteurs économiques au statut de consommateur final.

 

 

L’objectif d’autonomie énergétique doit être transposable à l’échelle des territoires.

 

 

Mais au-delà de cette nécessité de contribution et d’indépendance, la transition énergétique représente pour les territoires et les acteurs économiques et sociaux des retombées locales considérables en matière de fiscalité, d’activité économique et surtout, d’emploi.

 

 

 

Si les villes où 80 % de nos concitoyens vivent, travaillent, étudient ont vocation à profiter prioritairement des investissements dans les travaux de rénovation énergétique des très nombreux bâtiments qui les composent, et de bénéficier des équipements de services, le rural pourrait trouver dans la mobilisation des ressources locales en énergie et en matériaux renouvelables, l’opportunité de développer dans la durée des activités économiques pleines de sens et susceptibles d’offrir des revenus directs et indirects aux habitants de cette ruralité.

 

Cette opportunité de développement ne sera en rien déconnectée de l’activité agricole mais serait complémentaire.

Au-delà, la répartition apparemment déséquilibrée des ressources et des besoins entre zones urbaines et rurales ouvre la voie à une logique nouvelle de coopération entre des mondes qui peuvent s’ignorer ou se méfier bien souvent l’un de l’autre.

 

 

En produisant l’énergie de proximité, La ruralité devient acteur mais également partenaire du développement du territoire et des villes centres qui concentrent les équipements et les services.

 

 

Avec la production d’une énergie de proximité, associée à une production de l’alimentation de proximité (production d’une alimentation qui nécessitera également un soutien économique dans la mise en place de nouvelles filières), l’urbain et le rural définissent dans cette démarche de progrès, cette nouvelle coopération de l’intercommunalité.

 

 

C’est un enjeu majeur de notre PLUI que nous avons à définir prochainement.

 

 

Après ces éléments prospectifs pour nos prochains budgets du mandat, nous renouvelons notre engagement et notre soutien, Monsieur le Président, à l’action de la majorité communautaire en adoptant le budget 2017 qui nous est présenté. »

 

 

 

ccm 0202174

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer