Autres journaux :



jeudi 2 février 2017 à 20:10

Communauté urbaine Creusot-Montceau…

Intervention de Marie-Claude Jarrot



Nous entrons, avec le vote de ce nouveau budget primitif, dans la seconde moitié du mandat qui nous réunit depuis 2014 et au sujet duquel je veux dire deux ou trois choses.

 

 

Non pas que soit arrivé le temps d’un premier bilan, ce n’est pas à nous de le faire, à la place qui est la nôtre.

 

 

Mais plutôt celui de se rendre à l’évidence que, bien des signes et des affichages nous ont manqués pour croire en une volonté de l’exécutif et de son président en particulier de faire bouger les lignes de gouvernance.

 

 

Une gouvernance, tout d’abord, qui n’a laissé, d’aucune manière que ce soit la liberté aux conseillers délégués d’être associés de près ou de loin à l’élaboration des budgets successifs.

 

 

C’est la raison pour laquelle Lionel Duparay, Gérard Gronfier et moi même nous ne prendrons plus la peine de dissocier nos votes relatifs aux questions financières de ceux des autres membres du groupe.

 

 

Une gouvernance, ensuite, qui préfère imposer plutôt que discuter et associer.

 

 

Nous avions toujours imaginé que c’est en associant les élus, et non en les contraignant, que vous auriez pu créer une dynamique globale, si ce n’est en terme de décision, du moins de réflexion.

 

 

Ce n’est pas le cas. Et les exemples sont nombreux. Je reviendrai sur l’un d’entre eux à l’occasion d’une autre délibération.

 

 

C’est en tous cas, nous, ce qui anime notre travail au sein de notre groupe où chacun est attaché au dialogue et à la concertation. Réfléchir et échanger pour trouver des positions communes tout en laissant aux membres la liberté de parole et de vote. C’est cela aussi le respect des autres.

 

 

Une gouvernance, enfin, qui confond je le crois intérêt communautaire et combat politicien.

 

 

Nous avons eu l’occasion de le dire à plusieurs reprises, la valeur ajoutée d’une dimension intercommunale c’est pouvoir faire à plusieurs ce que l’on ne peut plus faire seul, c’est se donner les occasions d’un dialogue permanent.

C’est tout l’inverse de cette assemblée au sein de laquelle il ne sert plus à rien d’intervenir, chacun avec ses idées, avec ses spécificités et ses différences.

 

 

A la discussion, vous préférez les réponses lapidaires.

 

 

C’est la raison pour laquelle, et parce que vous avez tout fait pour que votre minorité devienne au fil des mois votre opposition, nous avons décidé de réunir en une seule entité les élus de la minorité creusotine et les 12 élus du groupe déjà constitué auxquels s’ajoutent les maires de Saint Romain sous Gourdon et Mary, chacun gardant sa liberté de parole et de vote. C’est cela la démocratie constructive.

 

 

Ce soir, ce sera Charles Landre, en ce sens, qui exprimera notre position relative au budget que vous nous proposez.

 

 

Ce sera l’occasion aussi, en même temps, par delà la posture, d’afficher notre unité et de lui témoigner, puisque la politique guide les débats de cette assemblée, comme vous l’avez annoncé dès le début de votre mandat, notre soutien total dans les rendez-vous électoraux qu’il a décidé de mener.

 

 

Voilà, Monsieur le Président, ce que je souhaitais mettre en avant ce soir.

 

 

Non pas sous forme de renoncement puisque nous ne sommes pas fermés aux bonnes surprises ou à des évolutions positives inattendues, mais avec cette impression quand même que l’aventure communautaire que vous nous proposez est bien en deçà de ce que nous étions en droit d’attendre ou d’espérer. C’est dommage.

 

 

 

ccm 0202173

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer