Autres journaux :


jeudi 2 février 2017 à 20:21

Communauté urbaine Creusot-Montceau…

Intervention du groupe socialiste sur les budgets 2017



 

« Je veux tout d’abord remercier très chaleureusement notre collègue Hervé Mazurek pour la présentation détaillée de l’ensemble des budgets sur lesquels nous sommes amenés à nous prononcer ce soir, budget principal et budgets annexes. Et bien évidemment, j’associe à ces remerciements l’ensemble des services de la communauté pour le travail difficile et important fourni. Je pense bien sûr à l’administration générale et au service des finances, mais également à l’ensemble des directions opérationnelles.

 

 

Je vais, Monsieur le Président, lever l’insoutenable suspens tout de suite. L’ensemble des élus du groupe socialistes et républicains votera le budget que vous nous proposez ce soir.

 

 

Mais, je tiens à le dire, il ne s’agit pas d’un vote pour la forme. En effet, si nous approuvons ce budget, c’est d’abord parce que tous les élus de la majorité ont été étroitement associés à sa préparation au travers de très nombreuses réunions de travail. C’est ensuite, et cela a été rappelé par le premier vice-président, parce que ce budget répond à nos priorités de mandat que sont le développement économique et l’enseignement supérieur, le renouvellement urbain et l’attractivité résidentielle et, enfin, la solidarité et la cohésion sociale. Ce triptyque qui guide notre action est parfaitement bien illustré au travers des chiffres qui nous sont communiqués ce soir.

 

 

 

Nous savons tous que l’élaboration des budgets dans les collectivités locales est de plus en plus difficile et contraint. Difficile car, d’un côté, les recettes se font de plus en plus rares et, on le voit bien ici, puisque nos recettes réelles de fonctionnement sont en baisse, certes légère de l’ordre de 0,25% par rapport au budget primitif 2016, mais en baisse tout de même, et, de l’autre côté, nos dépenses sont, pour certaines, lorsqu’elle sont incompressibles, à tout le moins stables, voire en augmentation comme c’est le cas par exemple pour les charges de personnel qui progressent d’un peu plus de 2% alors même que nous avons, que vous avez Monsieur le Président, et à juste titre, une gestion très rigoureuse de ce poste budgétaire qui pèse pour plus de 30% dans le total des dépenses réelles de fonctionnement. Mais les raisons de cette augmentation ont été données il y a quelques minutes par notre collègue Hervé Mazurek, je n’y reviendrai donc pas.

 

 

L’enjeu dans la construction budgétaire est donc de taille : restreindre au maximum les dépenses de fonctionnement, et ce malgré des augmentations naturelles que nous ne maîtrisons pas, eu égard aux recettes de fonctionnement, afin de dégager un autofinancement suffisant pour alimenter la section d’investissement et ainsi poursuivre nos investissements structurants pour le développement de notre communauté urbaine, en faveur de l’ensemble des habitants de nos communes, en maîtrisant l’endettement de notre collectivité.

 

 

Bien sûr, il eut été facile de dire : « Puisque nos recettes diminuent, toutes choses égales par ailleurs, augmentons les impôts ! » D’autres collectivités ne s’en sont pas privées. Ce n’est pas notre choix puisque la proposition qui est faite ici est celle du maintien de l’ensemble des taux d’imposition, permettant ainsi de préserver, à notre niveau, le pouvoir d’achat des habitants de la communauté urbaine.

 

 

 

L’élaboration du budget, c’est donc tout un art, et je dois dire que l’ouvrage qui nous est présenté en débat ce soir est un bel ouvrage. Avec un montant d’investissements prévu de plus de 30 millions d’euros, en dépit du contexte qui a été rappelé par Hervé Mazurek, cela prouve, s’il en est besoin, que la communauté urbaine est résolument tournée vers l’avenir. Tout le monde autour de la table doit ou devrait y trouver son compte. En investissant dans les villes centres, que ce soit à Montceau ou Creusot, c’est l’attractivité de toutes nos communes qui s’en trouvent renforcée.

 

 

Avec des investissements de 3,7 M€ dans le domaine du développement économiques, investissements que j’ai eu l’occasion de vous présenter il y a quelques minutes, 8,9 M€ alloués au renouvellement urbain et l’attractivité résidentielle, 820 000 € alloués à la solidarité et la cohésion sociale, près de 9 M€ dédiés à la politique de proximité et enfin près de 3,9 M€ affectés aux moyens généraux, c’est non seulement son avenir que la communauté urbaine prépare, mais c’est aussi un soutien important aux entreprises du territoire qui interviendront dans le cadre des différents investissements prévus.

 

 

 

Je ferai à ce stade, si vous me le permettez, une remarque sur le budget alloué à la solidarité et à la cohésion sociale. Cette remarque pour indiquer que l’intervention de la communauté urbaine dans ce domaine, essentiel s’il en est car contribuant en particulier au bien vivre ensemble et à l’accompagnement de nos populations les plus fragiles, ne se limite pas, loin de là, aux 820 000 € inscrits en investissement. En effet, dans ce secteur, il convient en particulier d’intégrer en particulier les 175 500 € de subventions dédiées à la politique de la ville et les quelque 595 000 € dédiés à l’économie solidaire, portant ainsi ce budget à près de 1,6 M€, montrant ainsi tout l’intérêt que porte notre majorité à nos concitoyens les plus faibles.

 

 

 

Ainsi, tous budgets confondus, à savoir budget primitif et budgets annexes, ce sont plus de 120 millions d’euros que la communauté urbaine va mobiliser, en fonctionnement et en investissement, pour poursuivre la modernisation de notre territoire. En 2016, nous étions à 113,5 millions, soit une hausse de l’ordre de 5,7%.

 

 

 

Je veux à mon tour, mon cher Daniel, citer les bus, comme cela a déjà été fait. En effet, le travail réalisé sous la responsabilité de notre collègue Daniel Meunier, vice-président en charge des transports, avec l’aide importante et efficace des services, pour la nouvelle délégation de service public pour les transports. Enfin, pour la première fois depuis bien longtemps, pour ne pas dire depuis toujours, il n’y aura pas de subvention d’équilibre en provenance du budget général sur ce budget annexe. Il s’agit là d’un exemple précis qui montre, si certains en doutent encore, comment, au quotidien, élus de la majorité et services travaillent, étroitement, pour un service public de proximité à des coûts optimisés et maîtrisés.

 

 

 

En conclusion, mes chers collègues je veux insister sur la rigueur qui a présidé à l’élaboration de ce budget 2017. Mais le mot rigueur ne doit pas s’entendre ici au sens de restrictions. Non, rigueur car ce budget concentre nos efforts financiers sur des dossiers stratégiques pour le territoire comme la RCEA, la VFCEA et bien d’autres projets encore, fixant ainsi clairement une ligne directrice pour 2017 bien sûr, mais il nous projette également sur les années à venir.

 

 

 

ccm 0202172

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer