Autres journaux :


jeudi 2 février 2017 à 20:20

Communauté urbaine Creusot-Montceau…

Intervention de Charles Landre



 

« Ce budget s’inscrit dans un contexte national de baisse de dotations. C’est un sujet essentiel pour notre pays que le financement et la maîtrise de la dette. Je tenais à préciser qu’en matière de ressources fiscales vous avez évoqué le terme de dynamisme de base. Il n’en reste pas moins pour les ménages que c’est un accroissement de la base fiscale à chaque fois que ces bases sont augmentées. Les charges à caractère général augmentent. Je tiens à préciser qu’en matière de charge de personnel, il ne s’agit pas de réfléchir uniquement en termes financier mais d’avoir une vraie vision de l’organisation de la collectivité. L’EPCI soit savoir développer une stratégie efficace sur ce point. En termes de déchets, il y a des diplômes et des formations qui ont été passées qui font appel à l’intérim qui pèse sur le budget. Ce que nous avions dit l’année dernière et l’année précédente, c’est qu’il faut faire attention à l’avenir budgétaire de la CUCM, notamment avec la baisse de l’épargne.

 

La gestion actuelle ne me semble pas de nature à anticiper ces mutations qui auront lieu partout en France par la gouvernance des EPCI. Nous partageons les éléments de satisfaction sur le budget transport. Nous serons très attentifs à la politique de transport. Daniel Meunier a rappelé qu’il y aurait des modifications qui seraient faites. J’ai noté des propositions posées intéressantes en matière d’insertion, sur la question de l’enseignement supérieur. Nous devons poser les grandes questions d’enseignement supérieur. Nous devons être innovants. Des menaces pèsent.

 

 

En matière d’investissement, nous retenons que 2 sujets majeurs sont présents dans ce budget : la poursuite de MACH 2 alors même que les réalisations n’ont plus rien à voir avec la démarche initiale. Nous pouvons formuler des doutes sur la viabilité des financements publics.

 

Il y a de toute façon nécessité d’avoir une véritable réflexion sur l’harmonisation des zones commerciales. Et Sur la villa Perrusson, nous poursuivons le cycle des dépenses sans projet culturel identifié. Cela nous paraît un financement irraisonné.

 

Nous ne trouvons sur ce budget rien qui structure le territoire. En parlant de projet, j’avais une question de méthode. Si nous validons le principe d’APCP dès ce soir, pourquoi ne pas l’avoir proposé pour le pont SNCF ?

Nus pensons que la stratégie doit être pensée rapidement sinon cela fera prendre des risques conséquents sur l’avenir financier de la CUCM.

 

Marie-Claude Jarrot l’a indiqué tout à l’heure, les conseillers associés ont considéré ne pas être associés et ont considéré que les discussions dont ils avaient la charge auraient pu faire l’objet tout au long de l’année.

 

Voici notre position ce soir. »

 

 

 

ccm 02021711

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer