Autres journaux :


jeudi 2 février 2017 à 20:54

Communauté urbaine Creusot-Montceau…

interventions et votes



Philippe Baumel

 

Suite à des propos qui ont été tenus, notamment sur le contexte budgétaire et contrairement à ce qui a été dit, je voudrais battre en brèche que la baisse de dotations porterait sur l’envie d’asphyxier. Il y a des efforts qui ont été demandés. Mais il y a aussi de nouvelles lignes de crédits qui ont été crédits. Des financements ont augmenté. Dans notre département, c’est plusieurs dizaine de milliers d’euros qui sont encore disponibles. Je veux rassurer M Gisclon. Je voudrais rappeler que la villa Perrusson est financé par 60 % sur des budgets extérieurs.

Et aussi je voudrais dire un mot sur cette litanie et qui consiste à dire que la culture est trop chère et qu’il faudrait s’en passer.

Et puis écoutez on ne va pas revenir sur les propos qui ont été tenus sur la capacité de dialogue dans cette structure. Je constate que depuis quelques temps un certain nombre d’élus ne participe plus. Finalement on nous explique que la seule opposition d’un élu est de se taire. On connaît bien cette combine de se culpabiliser. C’est irrespectueux de notre concityoens.

 

S. Gane

 

Une réaction par rapport aux propos de M. Landre. On fait appel à des généralités. Croyez-moi, nous avons bien conscience que les métiers évoluent et qu’il va falloir apprendre à travailler différemment. Il faut le faire en prenant le temps et en respectant nos agents. La collectivité travaille sur ce sujet. Nous devons être cohérent. On travaille sur une gestion prévisionnelle des emplois. On doit donc les envoyer en formation afin qu’ils puissent se construire un avenir professionnel. Alors oui quand ils sont en formation, ils sont alors remplacés par des personnes en intérim. SI on veut être cohérents, parfois on doit faire appel à l’intérim.

 

Madame Jarrot

 

Je veux dire à M. Baumel, qu’il faut qu’il vérifie ses sources.

 

D.Marti

Je vous ai écouté attentivement les uns et les autres. Revenir brièvement sur le contenu des budgets, rappeler certaines choses. Quand Daniel Meunier parle du budget des transports, tout le monde sait le travail qui a été réalisé. Sur l’enseignement supérieur, Jérémy Pinto a parlé de l’excellence des formations sur ce territoire. Je voudrais revenir sur la fermeture prévue de la formation AES par l’université. Nous nous y opposons formellement non pas pour s’opposer à une logique d’excellence sur ce site. Nous devons spécialiser les sites. C’est une bonne logique. Mais elle n’est pas incompatible avec celle de la généralisation des enseignements. Nous avons fait des propositions à l’université pour infléchir la décision.

Pour la cohésion sociale, l’action de la communauté doit bénéficier à tous. Un des exemples, l’école du numérique est destinée au monde l’entreprise, à la fois aux étudiants qui le souhaitent mais aussi aux jeunes et aux moins jeunes qui habitent les quartiers les plus empêchés.

L’autre élément important c’est le travail réalisé avec Agire et notre structure. Pur le reste je ne développe pas. Evelyne Couillerot a souligné la question de la cohérence et de l’équité. Elle a souligné la qualité et le souci.

Sur le développement économique, ce qu’a dit Olivier Perret est aussi important. Il faut aussi consolider l’existant dans nos villes mais aussi dans les communes rurales. Ensuite, certains ont souligné ce qu’était ce budget dans sa manière la plus offensive : qu’il y a des projets structurants. Il y 7 nouvelles communes qui sont entrées dans la communauté. Il faut permettre un maintien du service public sur toutes les communes de la communauté.

Pierre-Etienne Graffard a parlé très justement d’allier le rural et l’urbain. Le PLUI est un enjeu majeur pour l’avenir. Nous construisons le territoire de demain mais en tenant compte de l’environnement. C’est dans ce sens que l’intervention a été faite. Le conseil de développement durable nous sert de conseil et de soutien.

Voilà pour les approches budgétaires mises en avant.

 

Quelques mots sur les autres prises de parole qui ne vont pas dans ce sens. Marie-Claude Jarrot a parlé de parole qui n’est pas donnée. J’ai failli être ému Madame Jarrot car dire que la parole n’a pas été donnée aux conseillers délé&gués est un peu abusif. Vous avez toujours pu vous exprimer… à condition de la demander. Simplement il faut respecter certaines règles. La parole a toujours été libre. Vous êtes dans le bureau. Mais vous l’avez fait très rarement. Vous gardez vos réflexions pour le conseil. C’est très habile, très politique Madame Jarrot.

J’ai toujours dit que les clivages sont sains dans un débat démocratique.

Réclamer d’être associé à un débat communautaire et à la sortie critiquer la communauté, c’est ousser le bouchon un peu loin. Dois-je vous rappeler les propos que vous avez tenu juste avant certaines élections ?

Ce soir, vous venez nous expliquer que la minorité et l’opposition ne font plus qu’un. A quelques mois d’une grande échéance électorale, c’est la grande union dans votre partie. S’il y a une personne qui fait de la politique du matin au soir, c’est vous Madame Jarrot. Personne n’est dupe. Vous avez cherché cette situation, vous avez voulu cette situation. Avec mon équipe, nous avons toujours cherché à travailler avec le plus grand nombre.

J’attends de voir combien de temps va durer votre union au lendemain des échéances électorales.

 

Pour les réflexions faites par M. Landre, sur la baisse des dotations, Philippe Baumel en a parlé, un bon nombre de dotations ont été maintenues. Dire certaines choses sans fondement prouve le manque de travail de l’opposition. La réalité aussi bien que pour l’ex-minorité que l’opposition, c’est que le travail n’est pas fait. Affirmer des choses sur le risque financier pour la communauté. Où est le risque financier ? Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Les chiffres sont complètement transparents.Je pense que ce n’est pas respecter le travail qui est fait. Je préfère avoir la vision que nous avons au sein de notre majorité plutôt que celle que vous avez. Je pourrais vous donner un tas d’exemples. Le mecateam c’est un manque de vision ? Le site technopolitain c’est un manque de vision ? Sur l’affaire du personnel, S. Gane a apporté tous les éléments. Je dirais simplement, la CUCM travaille sur des projets structurants pour tout le territoire. Nous portons des politiques les plus cohérentes possibles.

 

 

Il a été question de rigueur mais tout en ayant des marges. Au-delà du contexte que certains d’entre vous ont abordé, mais au-delà de la campagne, je voudrais dire que la majorité communautaire et que ceux qui se joignent à nous, nous continuerons à travailler avec ce même état d’esprit. L’essentiel est de pouvoir travailler avec ce même état d’esprit pour l’ensemble des habitants de toutes les communes. Je rappelle le budget maîtrisé.

 

 

 

 

Vote du budget 2017 : 15 contre, et 56 pour

 

 


ccm 02021712

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer