Autres journaux :



mercredi 15 mars 2017 à 21:00

CCM : Subventions en faveur des filières économiques…

290 000 € pour l'Agence Ecosphère : et 22 000 € pour le Pôle nucléaire de Bourgogne (PNB) !



 

Parmi les grands dossiers étudiés ce mercredi soir par les conseillers communautaires, figurait celui-ci en particulier.

 

L’éconmie et son corrolaire : l’emploi, étant une priroté de la collectivité, ce « dossier » a été suffisamment développé pour que les enjeux qu’il représente soit mesurés à leur hauteur !

 

 

Afin de soutenir le développement de filières économiques sur son territoire, la communauté urbaine accorde des subventions de 22 000 € au Pôle nucléaire de Bourgogne et de 290 000 € à l’agence Ecosphère.

 

 

Pôle nucléaire de Bourgogne (PNB) : 22 000 €

 

 

Les marchés visés par l’action du PNB concernent à la fois la maintenance du parc de centrales nucléaires d’EDF, qui profite d’investissements massifs avec le programme « grand carénage » estimé à 55 milliards sur 15 ans, les réacteurs de recherche et le démantèlement d’installations en France et à l’international.

 

L’une des priorités du PNB est d’améliorer l’efficacité du passage de la R&D à la mise sur le marché, de concentrer l’action des pôles vers les produits et services à industrialiser, afin d’accroître leur impact économique en termes de croissance et d’emplois sur les territoires.

 

 

Le PNB a identifié, pour cela, quatre domaines d’innovation stratégiques prioritaires :

 

l’éco-réalisation et la durabilité des composants mécaniques lourds,

 

le contrôle pour composants hautes performances,

 

les techniques de maintenance et de déconstruction en milieux hostiles,

 

les bétons nucléaires, génie civil et bâtiment sensible.

 

 

L’activité du PNB est évaluée au regard des retombées économiques des projets labellisés en France et à l’international. Le PNB doit donc favoriser le développement d’activités en faveur de nouveaux services et produits innovants par l’émergence de projets R&D collaboratifs. Il doit accompagner les projets dans la durée, jusqu’à la mise sur le marché, pour faciliter la valorisation économique des travaux de R&D. Il doit pour cela mobiliser l’ensemble des acteurs de son territoire, et notamment les acteurs du transfert et de l’innovation.

 

Le PNB a également vocation à renforcer le développement des entreprises adhérentes, en les incitant à mener ensemble des projets d’innovation collaboratifs. Il doit s’engager sur la promotion et la valorisation du pôle au niveau national, la mise en œuvre de partenariats internationaux, l’accès au financement privé ou encore sur des actions de veille stratégique.

 

Le PNB doit également œuvrer pour la mise en place de formations en liens avec les attentes du secteur.

 

Une subvention de 22 000 € est accordée au PNB par la communauté urbaine.

 

Agence Ecosphère : 290 000 €

 

 

Créée le 1er mai 2015, l’association Ecosphère a pour objet d’accompagner la structuration et l’animation de filières d’excellence et d’assurer l’émergence et le développement de projets industriels collectifs sur le territoire de la communauté urbaine Creusot Montceau.

 

 

L’action de l’association est centrée autour de 5 axes prioritaires :

 

favoriser les actions collectives des entreprises du territoire pour leur permettre d’identifier de nouvelles opportunités commerciales,

 

développer l’innovation sur le territoire,

 

animer le partenariat entre les acteurs de l’éducation, de la formation et de l’emploi,

 

identifier et développer des besoins d’investissements collectifs au service des filières d’excellence,

 

assurer la promotion des filières d’excellence du territoire auprès des acteurs économiques.

 

 

L’association intervient prioritairement en faveur de la structuration et du développement de 3 filières :

 

mécanique et maintenance ferroviaire, à travers Mecateamcluster,

 

métallurgie des poudres, à travers le projet Excalibure,

 

rénovation thermique des bâtiments, à travers le projet de filière Renovia.

 

 

Pour mettre en œuvre le plan d’action 2017, le budget prévisionnel de l’association s’élève à 577 400 €, avec un plan de financement prévisionnel associant le Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, le FEDER, les cotisations des adhérents ainsi que des recettes sur prestations refacturées aux adhérents. Un soutien financier de 290 000 € est accordé à l’association Ecosphère par la communauté urbaine.

 

 

 

 

Pôle nucléaire de Bourgogne

 

 

Pierre-Etienne Graffard

 

« D‘une façon annuelle, automatique, le PNB (Pôle nucléaire de Bourgogne) apparaît dans notre conseil communautaire pour l’attribution d’une subvention.

 

Cette subvention ne fera pas débat. En ne votant pas ce soutien au PNB, nous ne bouleverserons pas cet ordre bien établi, cela va sans dire.

 

Pourtant, la stratégie énergétique de notre pays qui repose encore et toujours sur le nucléaire, mériterait un débat national.

 

Cet aveuglement, cet entêtement que le PNB porte à son petit niveau, nous conduisent tout droit à une catastrophe industrielle s’agissant d’AREVA.
Je me permets de rappeler, non sans ironie, que la vision du PNB sur l’avenir du nucléaire, prévoyait en 2014, soit 3 ans après Fukushima, 60 nouvelles centrales pour 2020.

 

On pourrait s’en amuser si cela n’avait pas des conséquences sur la recherche et le développement de nouvelles productions d’énergies.
Il suffit de mesurer le retard que nous prenons sur les autres pays où les énergies renouvelables représentent dès à présent plus de 50% des nouvelles installations avec une tendance exponentielle indiscutable.

 

On pourrait continuer à caricaturer la sortie programmée du nucléaire avec un retour en arrière dans nos modes de vie, le retour de la chandelle posée sur la table et que sais je encore.

La sobriété énergétique se doit d’être considérée comme source de progrès et nos industriels par exemple nous le démontrent dans la mise en place de nouveaux process, tout simplement plus économes.

 

Subventionner encore aujourd’hui le PNB, c’est faire abstraction des inquiétudes que nous devons porter sur l’activité industrielle de notre territoire avec le site d’Areva et de la réalité de Creusot Forges.

 

Au travers des livraisons de pièces non conformes qui font l’objet d’une enquête par l’ASN, c’est le système de gouvernance de l’entreprise qui est visé. En aucun cas, l’outil et le savoir faire ne doivent porter la responsabilité de décisions qui impactaient la qualité et dans le cas du domaine nucléaire, la sécurité.

 

La forge est une activité complexe qui « naturellement » intègre dans sa production le rebus de pièces. Ne pas mettre au rebus certaines pièces est une décision qui ne se prend pas dans les ateliers.

 

Aujourd’hui, nous nous devons de nous emparer publiquement de l’avenir de Creusot Forge et par effet domino, de St Marcel, de l’aciérie et des sous-traitants.

 

Cela ne doit pas être le démantèlement de cette industrie qui doit être mise en œuvre pour masquer une stratégie industrielle insensée.

Nous avons besoin d’Areva pour notre territoire bien évidemment, mais aussi pour industrialiser le démantèlement des centrales, pour maintenir les centrales actuelles car sortir du nucléaire, ce qui est de plus en plus admis et proposé, cela se fera sur 25 ans. Enfin nous avons absolument besoin de cette expertise et savoir faire pour les énergies de demain.

 

Sortons de la caricature et acceptez ce qui peut apparaître comme un paradoxe que se soit EELV qui fasse cette intervention.

 

Du fait de ses caractéristiques et de son savoir faire, la forge a toute sa place sur le marché national et international. Creusot Forge ne doit pas être le bouc émissaire des erreurs du passé et de stratégies industrielles publiques et privées inadaptées aux enjeux énergétiques d’aujourd’hui et de demain.

 

Cette subvention au PNB est une opportunité pour nous emparer dans notre champ d’actions de l’avenir de Creusot Forge, des personnes qui y travaillent et de toutes les personnes associées à cette activité. »

 

 

 

 

Jean-Claude Lagrange :

« J’ai l’impression de revivre des débats que nous avons déjà connus. Est-ce que pour rassurer mon voisin le PNB va changer de nom ? Le poids de cette économie d’intérêt général va être soutenu par la Région Bourgogne avec la vraie volonté de poursuivre dans la transformation énergétique.
Le nucléaire c’est d’abord une industrie de la métallurgie et de la mécanique.
Ce sont d’abord les entreprises sous-traitantes locales qui ont à profiter de la montée en compétence du nucléaire. Il faut absolument le soutenir. C’était un désaccord. »

 

 

D. Marti
« Le PNB est l’occasion d’apporter un sujet fort : l’avenir de Creusot forge, de St Marcel.
Il faut à la fois être lucide. Il y a des risques aujourd’hui sur ce que faisait Creusot forges jusqu’à présent. Il nous reste à savoir quelle suite va être donner après les analyses. Areva doit pouvoir montrer qu’il a encore les compétences pour travailler dans le nucléaire.
C’est dans les proportions que l’on doit discuter de la sortie du nucléaire. Je regrette une chose : beaucoup de gens travaillent pour démontrer que le travail peut se faire dans des conditions de sécurité optimales. Le nucléaire a encore de l’avenir, sur combien de temps ? On ne peut pas passer à côté de cela. Tout le travail qui est fait, on n’en parle pas assez.
Il y a beaucoup de travail qui se fait depuis un certain temps. Je trouve qu’il est important d’en parler. Après il y a des points de divergence évidemment. Réduire le PNB à la part purement nucléaire est réducteur. Le PNB est à l’origine de la métallurgie des poudres.
Votre abstention, je la respecte. »

 

 

 

Agence Ecosphère 

 

 

Charles Landre

 

Au-delà des chiffres, la CUCM contribue au financement des associations. Vous êtes attentif à ce que les conventions d’objectifs soient respectées. Il serait important que les résultats de ces conventions soient fournis. Nous votons des subventions, dès lors que les procédés sont récurrents d’une année sur l’autre, il est important que les choses soient claires.

 

D. Marti

Encore une fois, nous sommes représentés dans beaucoup de ces instances. Que ces éléments ne soient pas joints au moment de la signature, tout est rendu public au moment des assemblées générales où vous pouvez vous rendre.

Quant à la transparence, les éléments ne sont pas cachés. Les éléments seront fournis sans le moindre problème. Il y a de la transparence dans la gestion. Si les bilans ne sont pas joints au moment où on délibère, c’est que les comptes ne sont pas clôturés.

 

Charles Landre

Je n’ai pas parlé de manque de transparence. Vous avez procédé à l’évaluation. C’est uniquement en termes d’efficacité des finances que nous demandons à être informés en tant que conseiller communautaire.

 

D. Marti

La communauté évalue et vérifie si la convention a été respectée. L’évaluation, on ne peut pas vous la donner jointe au bilan. L’évaluation se fait par les vice-présidents portant les sujets en rapport avec le sujet des associations.

Sur le reste des documents, ils sont disponibles et rendus publics.

 

Jean-Claude Lagrange

On peut remettre tous les documents. L’évaluation se fait constamment devant les élus présents. L’évaluation est constante. Quand on voit ce qui se fait sur la zone des Chavannes, le résultat compte. On est quand même un cluster reconnu au niveau national à présent.

 

 

 

 

ccm 1503173

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer