Autres journaux :



mardi 30 mai 2017 à 09:55

Visite de Creusot Montceau Recyclage

Par deux classes de Saint Sernin du Bois



 

 

 

 

Ce lundi matin, c’est encore les yeux mi-clos que des élèves de CP et CE2 de Saint Sernin du Bois sont venus accompagnés de leurs professeurs des écoles pour visiter et découvrir l’usine de Creusot Montceau Recyclage (CMR), dans le cadre de la semaine du développement durable.

 

 

Parmi les visiteurs, il y avait également des particuliers intéressés par l’outil de valorisation des déchets de la CUCM.

 

 

 

Il y avait aussi deux élus du territoire : Laurence Borsoi, élue au conseil départemental et Bernard Durand, adjoint à la mairie du Creusot et élu au conseil départemental.

Depuis le début de l’année, le site de CMR, en partenariat avec le CPIE (Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement) et la CUCM son client, a reçu 650 élèves du territoire communautaire.

 

 

 

A chaque visite, le personnel de CMR est secondé par les ambassadrices du tri qui assurent des animations sur les déchets, en salle, avant la visite du site. L’idée est de travailler les différents flux de déchets.

 

 

Les classes accueillies sont de tout niveau : du CP au collège. Cette année, ce sont notamment les collèges de St Vallier et celui de la Croix Menée au Creusot qui ont visité le site (classes de 5e et 6e).

 

 

Pourquoi communiquer auprès des enfants ? Sans doute parce que CMR et la CUCM considèrent que les « enfants sont le meilleur vecteur de communication auprès des foyers ».

 

 

Le développement durable

 

 

La première partie de la matinée a débuté pour les deux classes présentes par une présentation en salle portant sur les enjeux du développement durable.

Mais au fait c’est quoi le développement durable ? Pour Monsieur Castagno (CMR), le développement durable comporte trois éléments : l’économie, le social et l’environnement.

 

 

A travers des questions posées aux élèves de CP et CE2, le salarié de CMR a voulu faire prendre conscience aux enfants que la production de déchets était nettement plus importante qu’aujourd’hui qu’elle ne l’était au temps des hommes préhistoriques. Au fil des âges, la place des déchets a évolué et sa gestion est vite devenue indispensable. Il a notamment rappelé la période du Moyen-Âge au cours de laquelle les déchets étaient jetés par les fenêtres et où aussi de nombreuses épidémies se sont développées.

 

 

Une autre évolution a conduit à la prise en charge des déchets : la fabrication du plastique dès la fin du 19e siècle.

Pour ces jeunes générations, il a fallu rappelé aussi qu’il n’y a pas si longtemps, on allait acheter sa viande ou son lait à la ferme, alors qu’aujourd’hui la majorité des familles se fournit dans la grande distribution.

 

 

Celle-là même propose des produits comportant de nombreux emballages.

 

 

Et de conclure son propos : « Le progrès c’est bien, mais il faut penser à tout ! ».

 

 

 

CMR créé en 1995

 

 

 

Ce lundi matin, dans les couloirs de CMR, les deux élus creusotins, Laurence Borsoi et Bernard Durand regardaient la photographie de l’inauguration de l’usine de CMR en 1995 et sur laquelle apparaissaient notamment Roland Fuchet, Maire de Torcy et André Billardon, ancien Maire du Creusot. Ce qu’on ignore souvent, c’est que l’usine CMR a été créée à la suite du scandale de la décharge de Montchanin qui avait alors contribué à une prise de conscience notable sur l’importance de valoriser les déchets. CMR est dédié uniquement aux déchets ménagers, là où la décharge de Montchanin avait accueilli des déchets industriels dangereux, aucun rapport à priori.

 

 

 

Toutefois, l’affaire qui avait grand bruit à l’époque sur la scène nationale avait suffit à impulser une réflexion profonde pour le territoire communautaire sur cette question. Pendant plusieurs mois, les élus avaient visité plusieurs sites de valorisation des déchets en France, avant de prendre leur décision sur le process à retenir pour ce qui allait devenir CMR.

 

 

 

Mais revenons au dialogue avec les enfants ! Avant CMR, comment faisait-on ? On creusait des trous et on enfouissait, comme à Torcy, pendant de nombreuses années. Les déchets pouvaient aussi être brûlés.

 

 

Et l’animateur de demander : « Que se passerait-il si on continuait ainsi ? »

 

 

Une petite fille de répondre : « La nature, elle va pourrir ! ». Joli résumé d’une situation vite comprise !

 

 

Et l’animateur de poursuivre : « Si on ne trouve pas des solutions alternatives, on ne peut pas continuer à faire des trous partout. »

 

 

 

Le traitement des déchets, pour réduire l’enfouissement

 

 

Aujourd’hui l’enfouissement reste une solution de « traitement » des déchets encore largement employée en France et aussi en Saône-et-Loire où trois centres d’enfouissement technique ou décharges sont encore en activité : la décharge de Torcy qui doit fermer ses portes en décembre 2019, la décharge de Chagny et la décharge de Granges où la CUCM envoie ses déchets ultimes.

 

 

En effet, le rôle de CMR est de réduire les déchets ultimes en essayant de voir ce qui peut être réutilisé parmi les déchets de nos poubelles jaunes. « On essaie de valoriser. On va prendre des produits qu’on va donner à des industriels qui vont les recycler » explique-t-on chez CMR.

 

 

Pour se faire, le site est parfaitement organisé pour accueillir deux flux principaux de déchets, ceux de nos poubelles noires et ceux de nos poubelles jaunes. Les camions de la CUCM amènent leurs déchets à CMR qui ensuite répartit les flux selon les chaînes de valorisation des déchets.

 

 

Ce lundi matin, la visite était uniquement concentrée sur le flux jaune qui permet de valoriser papier, carton, plastique et autres objets.

 

 

Mais CMR reconnaît : « Il y a encore des déchets ultimes. Le trou grossit moins vite : le temps qu’on accélère la réflexion et qu’on valorise 100 % de nos déchets. Notre centre a été construit pour trouver des solutions pour mieux protéger l’environnement, notre planète et nos vies. Si on ne fait pas d’efforts aujourd’hui, que se passera-t-il ? Il faut que chacun investisse dans des gestes. »

 

 

L’objectif de 100 % de valorisation des déchets est tout à fait louable quand on sait aujourd’hui que ce sont encore 20 à 25 % de nos déchets qui sont encore enfouis à la décharge de Granges, dans le chalonnais. Après une très nette amélioration du tri ces derniers mois sur la CUCM, l’objectif de la communauté urbaine est de maintenir l’effort pour revenir dans la moyenne nationale voire même en-dessous.

 

 

Sur le site de CMR de 7 hectares, ce sont 45 personnes qui travaillent quotidiennement à la revalorisation de nos déchets.

 

 

 

Une visite sous la signe de la sécurité et de la discipline

 

 

 

Avant de prendre le chemin de l’usine, les élèves ont visionné un petit film expliquant les dangers du site industriel, les consignes de sécurité à suivre scrupuleusement et la présentation des engins œuvrant sur le site.

 

 

 

On pouvait ainsi apprendre la présence d’un portail comportant un système de détection de radio-activité à l’entrée du site. Mais ce sont surtout les photographies des engins qui ont tiré des exclamations d’émerveillement de la part des enfants. Puis équipement obligatoire pour tous : gilet jaune et casque pour entendre les explications de la visite.

 

 

 

On a également insisté sur le feu, auquel CMR est particulièrement vigilant.

 

 

 

Puis la visite a débuté, d’abord devant le portail d’entrée qui comporte aussi un système de pesée des camions arrivant des 27 communes de la CUCM. Si la plupart des camions entrant sur le site sont pleins, d’autres en revanche peuvent être vides. Cela signifie qu’ils viennent chercher les produits valorisés, préparés sous la forme de « balles ».

 

 

 

Puis direction la montagne de déchets déposés ce matin : une machine les récupère pour un passage de ceux-ci sur des tapis. Une salle de contrôle de l’usine comporte plusieurs ordinateurs qui surveillent le bon fonctionnement de toutes les machines.

 

 

Passant de salle en salle, les enfants et les autres visiteurs découvrent un site bruyant où des personnes travaillent aussi au bord des tapis, on les appelle des opérateurs, pour trier les bouteilles plastiques d’un côté et les papiers de l’autre.

 

 

On nous explique que d’un côté on travaille selon la logique du tri positif : on prend ce qu’on veut valoriser. De l’autre côté, on enlève les « indésirables » (tri négatif).

Plus loin, on s’émerveille devant les balles de carton qui peuvent atteindre 900 kg apprend-on. Ces balles sont créées par une machine : une presse.

 

 

Plus loin encore, on découvre des caissons jaunes dans lesquels tombes les parties fines : celles-ci représentent 15 tonnes par jour et termineront à l’enfouissement.

 

 

 

Retour en salle pour apprendre par le jeu

 

 

 

La visite du site a ensuite été complétée par la diffusion d’un petit film sur l’entreprise de CMR expliquant les économies réalisées grâce au recyclage, mais aussi l’impact positif de celui-ci sur l’environnement.

 

 

On apprend ainsi que chaque année, ce sont environ 3000 tonnes de verre qui sont collectées par CMR.

 

 

Le flux noir est expliqué aux visiteurs, ainsi que la réalisation du compost ensuite vendus aux entreprises et pouvant être réalisé selon les demandes des clients.

 

 

 

Léa et Karen, les deux ambassadrices du tri et de la prévention, ont ensuite pris le relais avec les enfants. Elles ont réalisé un premier jeu avec les enfants : un tas de déchets sur la table, les enfants devaient déposer les déchets dans la bonne poubelle. Un deuxième jeu portait sur la dégradation des déchets dans la nature et selon les matières.

 

 

 

Si ce lundi matin, ces deux ambassadrices ont œuvré auprès des plus petits, elles ont tenu à rappeler qu’elles réalisent aussi leurs missions auprès des plus grands notamment par la prévention et la présentation du travail sur la compostage et la valorisation des déchets.

 

 

« La CUCM a une véritable volonté : 0 déchets, 0 gaspillage. On est en train de travailler dessus. On essaie d’intervenir avant même que le déchet n’existe. Il faut éviter le gaspillage alimentaire. On travaille aussi avec le CPIE pour parler auprès des collèges » nous ont-elles indiqué.

 

 

 

Jeudi matin, CMR accueillera deux classes de Marmagne (niveau CE2 et CM2). Et ce mercredi matin à 9h, l’usine accueille les plus grands. Les inscriptions sont vivement recommandées car la taille des groupes est limitée. D’autres journées pourront être organisées dans la semaine selon les demandes des groupes.

 

 

 

Pour les adultes présents, la gestion des déchets s’est poursuivie par une prise de conscience de la pénibilité du travail des salariés et par, de fait, un respect à apporter à ceux-ci par un meilleur tri de nos poubelles jaunes et noires.

 

 

 

Si vous avez des doutes sur le tri, c’est le moment de venir visiter CMR ou bien de contacter les ambassadrices du tri et de la prévention qui sauront vous renseigner au mieux.

 

 

 

 

EM

 

 

 

 

ccm 30051728

 

ccm 3005172

 

 

ccm 3005173

 

 

ccm 3005174

 

 

ccm 3005175

 

 

ccm 3005176

 

ccm 3005177

 

 

ccm 3005178

 

 

ccm 3005179

 

 

ccm 30051710

 

 

ccm 30051711

 

 

ccm 30051712

 

 

ccm 30051713

 

ccm 30051714

 

 

ccm 30051715

 

 

ccm 30051716

 

 

ccm 30051717

 

 

ccm 30051718

 

 

ccm 30051719

 

 

ccm 30051720

 

 

ccm 30051721

 

 

ccm 30051722

 

 

ccm 30051723

 

 

ccm 30051724

 

 

ccm 30051725

 

 

ccm 30051726

 

 

ccm 30051727

 

 

 

ccm 30051729

 

 

ccm 30051730

 

 

ccm 30051731

 

 

ccm 30051732

 

 

ccm 30051733

 

 

ccm 30051734

 

 

ccm 30051735

 

 

ccm 30051736

 

 

ccm 30051737

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer