Autres journaux :



jeudi 1 mars 2018 à 19:16

Communauté Urbaine Creusot-Montceau

Intervention de David Marti, président




 
Avant d’aborder l’ordre du jour de ce conseil, je tiens à saluer la mémoire d’André Quincy et son engagement au service de ses concitoyens toute sa vie durant. Il a bien évidemment laissé une empreinte profonde sur la commune de Blanzy, dont il fut maire pendant plus de trois décennies. Au-delà de ses mandats à la communauté urbaine et au conseil général, son investissement au sein de nombreuses structures dans le domaine social témoigne de son engagement sur les questions de solidarité. C’est une grande figure du Bassin minier qui nous a quittés.

 

 

Je voudrais maintenant aborder un point important de l’ordre du jour de ce conseil : le contrôle de la Chambre régionale des comptes dont a fait l’objet la communauté urbaine sur la période 2011 – 2015. Même si on essaie de faire toujours au mieux, on attend toujours son rapport avec un peu d’appréhension…

 

 

A la lecture de ce rapport, qui fait l’objet d’une délibération et sur lequel vous pourrez donc vous exprimer dans quelques instants, je qualifierai la communauté urbaine de bonne élève.

 

Certes, nous ne sommes pas exempts de recommandations pour améliorer nos pratiques. Mais, globalement, ce rapport témoigne de la qualité de la gestion de notre collectivité. Et aussi de notre bonne volonté puisque la Chambre relève à propos de son rapport précédent, daté de 2011, que « la quasi-totalité des recommandations précédentes a été mise en œuvre ». De la même façon, au fil des échanges avec la Chambre lors de son dernier contrôle, nous avons déjà commencé à répondre à ses recommandations.

 

 
A mes yeux, et sans aucun doute aussi aux yeux de Jean-Claude Lagrange, qui présidait aux destinées de la communauté jusqu’en 2014, le plus grand motif de satisfaction porte sur notre situation financière. Dans sa synthèse, la Chambre écrit, je cite : « La situation du groupement est saine jusqu’à fin 2016. Le niveau consolidé de l’autofinancement est stable depuis 2013 ; la politique d’investissement est soutenable et le ratio de désendettement montre que la communauté urbaine dispose d’une bonne solvabilité financière. » Ce n’est pas nous qui le disons mais la Chambre, qui ne peut guère être soupçonnée d’indulgence en la matière.

 

 
Pourtant, les collectivités territoriales sont, depuis plusieurs années maintenant, confrontées à une baisse significative de leurs ressources, et notamment des dotations de l’Etat pour contribuer au redressement des finances publiques. La Chambre salue d’ailleurs nos efforts pour contenir nos dépenses lorsqu’elle relève que « le résultat de fonctionnement reste satisfaisant sur l’ensemble de la période, grâce aux efforts de diminution des dépenses de gestion dans un contexte de baisse des dotations de l’Etat. » Malgré cela, et sans augmenter les taux de fiscalité, notre bonne gestion nous a permis de maintenir un niveau d’investissement élevé pour assurer l’avenir de notre territoire.

 

Assurer l’avenir de notre territoire, c’est favoriser le développement économique. Sans relâche, nous investissons pour offrir aux entreprises les meilleures conditions pour exercer leur activité, afin de les inciter à rester ou à s’installer sur notre territoire. Lorsqu’elles ont des projets de développement ou d’implantation, nous les accompagnons sur toutes les questions où nous pouvons les aider, et notamment dans le montage de leur dossier sur les volets administratif, foncier, immobilier, environnemental… Nous apportons tous les réseaux dont elles ont besoin en bordure de leur terrain. Nous aménageons les espaces publics aux alentours… Si besoin, nous n’hésitons pas à intervenir auprès de nos partenaires – l’Etat, la Région – pour faciliter leurs démarches ou lever un point de blocage.

 

De la santé de nos entreprises dépend l’emploi. Et c’est pourquoi nous avons fait du développement économique la première des priorités.
 

 

Les habitants sont également au cœur de notre action. C’est la raison pour laquelle nous avons fait de l’urbanisme et de l’attractivité résidentielle une autre grande priorité de ce mandat. Nous continuons d’investir pour rendre nos villes et nos villages plus agréables à vivre, plus attractifs. Deux projets majeurs sont en cours dans nos villes-centres. Au Creusot, l’ancien pont de l’avenue François Mitterrand va laisser la place à un nouveau lieu de services et d’animations. A Montceau, la rénovation du port a démarré en janvier et s’accompagnera d’un réaménagement de la capitainerie et de son esplanade. Je me limiterai à quelques exemples sur le seul budget 2018 dans les autres communes : les réaménagements prévus des centres-bourgs de Ciry, Mont-Saint-Vincent, Perrecy ou Saint-Sernin ; les travaux qui seront menés aux abords de la nouvelle école d’Ecuisses, de la micro-crèche de Gourdon, de la maison médicale de Sanvignes…

 

La qualité de vie de nos concitoyens et l’attractivité de nos communes passent aussi par l’accès à Internet. Afin de réduire plus rapidement la fracture numérique, nous avons décidé en 2015 d’anticiper le plan départemental de déploiement du très haut débit. Partout où nous y étions autorisés, nous avons rapproché la fibre de l’habitant à travers un programme de travaux de 3,7 millions d’euros. Ce chantier est terminé et 3 500 foyers, le plus souvent situés dans des communes rurales, bénéficient désormais d’un accès correct à Internet.

 

 
Je tiens à rappeler, enfin, qu’une grande partie des travaux engagés par la communauté urbaine représente une part significative du chiffre d’affaires des entreprises du BTP de notre territoire. Si les collectivités locales constituent aux yeux de certains un coupable tout désigné pour expliquer les déficits publics, il faut rappeler que les collectivités sont le premier investisseur public et qu’elles contribuent aussi au dynamisme économique. Selon le site gouvernemental « Vie publique », elles représentent en effet 70% de l’investissement public, dont plus de la moitié portée par ce qu’on appelle le « bloc communal », à savoir les communes et les intercommunalités.
 

 

Le rapport de la Chambre régionale des comptes atteste de notre capacité à tenir le difficile équilibre entre maîtrise des dépenses et capacité à investir. Notre ambition est de préserver cet équilibre pour assurer l’avenir de nos communes.

 

Pour terminer mon propos sur un sujet d’actualité, je vous indique que j’ai souhaité soumettre un vœu à la fin de notre conseil. Ce vœu concerne la fermeture programmée de la chirurgie au Centre hospitalier de Montceau. J’ai demandé au premier vice-président de vous le présenter. Je ne doute pas qu’il fera l’unanimité puisqu’il a été soumis pour information et validation aux différentes composantes ou groupes politiques de notre assemblée.

 

 

ccm 0103182




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer