Autres journaux :



samedi 20 décembre 2014 à 05:34

Center Parcs (Le Rousset)

Le Geai du Rousset donne l'alerte



 

Le Geai du Rousset donne l’alerte

 

 

Ce vendredi 19 décembre, la salle du Bois du Verne à Montceau-les-Mines accueillait la première réunion publique du collectif du Geai du Rousset.

 

 

La soirée dense et riche a été le cœur de questionnements, de remarques parfois antagonistes, mais toujours constructives. Il était question des projets d’implantation de deux Center Parcs, l’un sur la commune du Rousset en Saône et Loire et l’autre en Franche Comté.

 

Rappelant l’origine du nom du collectif, son porte-parole a indiqué toute la symbolique de son emblème : le Geai est un petit oiseau, qui sonne l’alerte. La vocation du collectif est ainsi explicite.

 

Mais elle ne se limite pas à cela. Le collectif rassemble plusieurs associations et des citoyens, parmi lesquelles Pro-geai contre le Center Parc, Autun Morvan Ecologie, la Capen 71, des partis politiques etc.

 

Ouvrir un vrai débat public

 

L’objectif premier de cette réunion publique était d’ouvrir un vrai débat public. Et les organisateurs ont déjà annoncé leurs ambitions d’en organiser d’autres dans tout le département, y compris dans les villages pour que chacun sache les enjeux de ces projets.
Après avoir permis aux personnes présentes de prendre connaissance du projet d’un Center Parcs à l’initiative du groupe Pierre et Vacances, les organisateurs ont proposé un temps de question-réponse où chacun était libre d’exprimer ses doutes, ses peurs et même ses colères !

 

L’emploi, sujet récurrent

 

Les questions ont débuté sur l’estimation de ce qui pouvait être fait avec l’argent public employé sur ce projet. A ce jour, et seulement pour le département de la Saône et Loire, ces coûts seraient évalués à 86 millions d’euros. Une participante à la réunion a estimé qu’une telle somme représentait l’emploi de 2800 personnes, employées à l’année dans le privé… Le groupe Pierre et Vacances estime qu’il créera 300 emplois sur ce site.

Ces 300 emplois ont fait l’objet de vives critiques : temps partiel, bassin d’emploi trop éloigné du lieu de travail, coût de déplacement des employés, faiblesse des rémunérations.

 

Par ailleurs, tous les élus de la Saône et Loire ont été sollicités par le collectif du Rousset, soit 538 maires, ainsi que les sénateurs, députés et élus du conseil général. Un seul élu a répondu en faveur du projet Center Parcs. Un participant s’est alors posé la question de l’implication d’intérêts personnels de certains élus dans le projet. Répondant qu’il n’avait pour l’instant pas de preuve directe, le représentant du collectif a indiqué qu’il y aurait au moins deux élus ayant un intérêt direct dans l’implantation du Center Parcs.

 

De l’argent public pour Pierre et Vacances

 

Rapidement les questions ont abordé la logique du financement du projet : difficile de comprendre pourquoi de l’argent public doit être employé pour un projet… privé ! Le collectif a annoncé qu’en cumulant les financements des 4 départements on atteindrait près de 170 millions d’euros d’argent public.

 

Or Pierre et Vacances est présenté comme un promoteur qui s’engage, certes à construire des cottages… pour le reste, il vend tout à la région : la bulle, les blanchisseries etc.

Révélant certains détails des accords passés entre Pierre et Vacances et la région, le collectif a cherché à montrer que la région, c’est-à-dire chaque citoyen finançait ce projet.

Le collectif a même indiqué que le groupe Pierre et Vacances était classé dans les entreprises de l’économie sociale et solidaire, ce qui semblait constituer un paradoxe, pour cette entreprise qui facture un week-end au moins à 500 €.

 

Le ton est monté. En cœur, plusieurs intervenants dans la salle ont indiqué : « qu’ils aillent où ils veulent, mais pas avec notre argent public. Nous ne voulons pas être complices de ça ».

 

Changer notre mode de consommation

 

 

Les discussions ont montré une prise de conscience : celle de changer nos modes de consommation et d’éducation. « On a tout intérêt à encourager le camping, les gîtes où on apprend à découvrir et connaître le local » proposait un participant.

 

Car avec Center Parcs, on consomme à l’intérieur de la bulle, pas à l’extérieur.

 

Ainsi cette réunion s’est présentée non seulement comme le lieu d’un débat, de la remise en question d’un modèle économique et écologique, mais aussi comme un lieu de propositions alternatives.

 

Et les propositions ont été nombreuses, comme réaffecter l’argent public aux travaux d’une piscine se trouvant à quelques kilomètres seulement du Rousset, à l’enseignement dans les collèges et lycées aussi, ou dans la préservation des gîtes qui œuvrent directement dans, avec et pour l’économie locale.

 

« Nous ne sommes pas que des personnes contre. Nous sommes force de proposition. » ajoutait un autre participant.

 

Le rôle des élus

 

La soirée s’est poursuivie sur le rôle des élus et les moyens d’action pour les prochaines semaines et mois.

 

Carole Bonin, co-responsable départemental EELV, a rappelé que le projet Center Parcs du Rousset n’a pas été voté à l’unanimité. Il y a d’ailleurs eu de gros problèmes lors du débat en conseil régional.

 

Un autre a estimé que la plupart des élus suivent comme des moutons sans connaître les aboutissements du dossier. « Ils ne lisent pas les dossiers » a-t-il ajouté.

 

Plusieurs membres de l’assemblée ont partagé leur sentiment de voir les droits des citoyens nier.

 

Et d’ajouter en parlant des élus : « ils imposent leur passage en force. Mais la démocratie, c’est respecter la loi. Pour le moment, les élus sont ceux qui ne respectent pas la loi et c’est nous qui défendons la nature ».

 

 

Les prochaines élections peuvent-elles changer quelque chose ? D’après plusieurs participants, oui si l’on change de majorité. Ceux qui ont voté pour Center Parc : UMP, PS…

 

Quoiqu’il en soit, la mobilisation citoyenne est en ordre de marche. Ils comptent bien être nombreux pour se faire entendre. Les prochaines réunions sont en cours d’organisation pour faire connaître les véritables enjeux de l’implantation des Center Parcs et rendre les citoyens responsables de leurs choix.

 

La soirée s’est achevée autour d’un pot.

 

Pour plus d’informations et contacter le collectif :

http://www.centerparc-le-rousset.org/
geaidurousset@gmail.com

 

Émilie Mondoloni

 

 geai mont 20121410


geai mont 2012143

 

 

geai mont 2012144

 

geai mont 2012145

 

geai mont 2012146

 

geai mont 2012147

 

geai mont 2012148

 

geai mont 2012149

 

geai mont 20121411

 

 

 

geai mont 2012142

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




38 commentaires sur “Center Parcs (Le Rousset)”

  1. coco71 dit :

    Et bien il n’y a pratiquement que des personnes en retraite dans les opposants !!!!!
    Ceux qui n’ont plus besoin d’emploi quoi !!!!!
    De toute façon, les gens rouspettent tjrs dès qu’il y a quelques chose qui va s’implanter.
    A regarder la piscine de la Guiche. Ils en avaient collé sur le dos de Daniel Decerle !!!! Et maintenant cette piscine marche très bien !!!!!
    A réfléchir Mrs et Mmes les opposants !!!!!!
    Bonne journée à tous

  2. montcellienbis dit :

    questions , pourquoi être venu faire cette réunion au Bois du Verne ? pourquoi aussi loin d ela zone intéressée du Rousset , combien de personnes du Rousset étaient présentes , et les autres d’où venaient -ils ?

  3. filou dit :

    Bonjour, d’ accord avec toi coco71 . Il n’y a pas grande animation au Rousset , Pourquoi pas ce projet ? Mais ma question qui paira la facture de l’ E D F du fonctionnement et de l’ éclairage public , quand cela sera fini ? Si on prend le cas du pont de Millau , c’est le village qui doit payer l ‘ éclairage du pont . Alors qui paira la facture le village ? ou le département ?

    • chimel dit :

      slt ,

      si malgré l’opposition de certains qui pensent que cette réalisation est une erreur et dans ce cas ils ont raison de le faire savoir , le projet est mené a son terme je souhaite aux habitants du rousset les memes retombées économiques que le pont de millau qui rapporte a l’économie locale plusieurs centaines de fois ce que lui coute l’éclairage du pont .

      bon WE

  4. eladon dit :

    Bonjour
    le financement est opaque. Chaque bourguignon imposable serait propriétaire ? Hum……
    A quand une parution claire de ces choses ?

  5. Figueras dit :

    Mes ami(e)s….De la Norvège au Chili,du Japon jusqu’à Rome, le capitalisme est toujours debout..L’avez vous déja vu oeuvrer dans l’intérêt de ceux dont il échange la force de travail contre une rémunération allant au dela (et encore!) de la couverture des besoins vitaux…?
    Le center parc du Rousset doit être stoppé sur le champ !..Et il y aura des hommes, des hommes et femmes à foison, pour y parvenir.

    • Daniel Z dit :

      Oui figueras, le capitalisme……
      Mais quelle alternative crédible et ayant fait ses preuves proposez vous ?
      Le résultat est toujours le même.
      Les plus « malins » exploitent les autres et le collectivisme a vite montré qu’il serait vain d’avoir des illusions.
      Je suis tout autant perplexe quand je vois à quel point des personnes désintéressées veulent défendre « nos intérêts » (déjà l’expression d’un capitalisme non ?)

      «  »des élus : « ils imposent leur passage en force…. » »
      Magnifique prise de conscience !
      Nous ne sommes pas en démocratie (pouvoir du peuple par le peuple) mais en oligarchie. Le pouvoir est détenu par une petite minorité….qui, l’élection passée, est libre de faire ce qu’elle veut.
      Ce n’est donc pas un changement d’élus qu’il faut initier, mais un changement de régime !
      Amitiés

  6. MSV dit :

    J ai 55 ans,je ne suis pas en retraite….je ne suis pas une opposante primaire mais une contribuable qui se pose des questions quant à l’utilisation de ses impôts. Cette réunion m’a permis de comprendre le financement de ce projet, m’a éclairé sur les emplois annoncés. Ce que j’ai entendu m’inciterait plutôt à être contre mais il me manque l’éclairage des défenseurs du projet, c’est à dire nos élus que je n’ai pas entendu jusqu’à ce jour….Plus j’avance dans la vie et plus je me dis que nous ne devons pas accepter les yeux fermés des projets qui se font avec notre argent et dans le cas présent pour financer un groupe privé qui profitera des bénéfices s’il y en a et mais nous laissera les dettes (caution solidaire avec les collectivités territoriales) Pour pouvoir dire : je suis pour ou je suis contre : informez-vous.Quant à la piscine de la Guiche, sachez qu’elle est fermée l’hiver faute de financement pour la chauffer…..
    Bien cordialement

  7. lagribolle dit :

    tout de manière si on écouter les ecolos de maintenant ,il n y aurait ni TGV ni dysneyland et jan passe et des meilleurs

  8. madoly dit :

    Arrêtez de noircir le tableau !! vous les oiseaux de mauvaises augures…

  9. joiedevivre dit :

    Vous avez bien raison d’être contre, c’est votre droit !
    soyez contre ce projet, manifestez contre l’implantation de Center Parcs !
    Et dans quelques années, quand il aura ouvert ailleurs, vous viendrez pleurer que votre campagne est encore plus désertifiée, qu’il n’y a plus personne, que les commerces ferment, et patati et patata !!!
    Ouvrez les yeux un peu ! regardez dans les endroits où ils sont implantés et après vous changerez sûrement d’avis…

  10. BALLI dit :

    Bon, pourquoi ne pas l’avouer clairement, au vu des photos, cette réunion de manifestants EELV-crypto-cocos-anti-tout, semble avoir été un fiasco magistral!… Si j’avais un conseil à leur donner, je leur dirais qu’ils se fatiguent à rien, et qu’ils arrêtent de s’énerver sur des choses qui leur sont génétiquement et totalement étrangères (Activité économique, distractions à la mode, créativité, business plan, prises de risques, rentabilité, gains, pertes, amortissements, concurrence, publicité, attractivité, image de marque, retombées…)

  11. clovis dit :

    j’ai été très surpris de voir la réaparition d’un ancien élu écolo de montceau , j’aimerai qu’il parle plus de la ville et surtout pourquoi ne la t’on jamais entendu lors du déboisement a proximité de l’embarcadaire ? d’accord c’étais pour creé des emplois (bon coin ,bowling) mais aucune réaction a l’époque et la pour un projet créateur d’emplois , il est contre tout donc je comprend mieux aujourd’hui qu’il est des chomeurs sur le bassin minier

  12. domtom dit :

    bonjour
    je trouve que les gens se mobilisent(c’est bien pour une fois)
    mais pour un sujet qui les dérange directement ,(ne venez pas m’embistrouiller devant mon carre de verdure) car le passage en force des « elus  » n’est pas nouveau ,un des derniers en date ,ce fut le « oui » à l’Europe,mais nous n’avons entendu personne.
    et le cas des « gens « qui font de l’argent avec le bien de tout le monde ,à savoir l’EAU etc

  13. fanfan dit :

    Bonjour,
    J’ai bien lu le communiqué, le problème avec ces écologistes c’est qu’ils sont contre tout mais sans jamais rien proposer d’autres choses de concret à la place. Réfléchissez à tête reposée avant et, en plus ils ne savent même pas à quoi ressemble un Center Parcs.
    C’est vrai en Saône et Loire, nous pouvons nous permettre de refuser des emplois, il n’y a pas de chômage je l’oubliais nous avons de la chance.
    Je suis pour la sauvegarde de la nature et également du Geai du Rousset.
    Les Jurassiens n’attendent que le refus des Saône-et-loiriens pour accepter chez eux.
    Qui paiera E.D.F.:Pierre et Vacances, E.D.F. ne fera pas de cadeaux.
    Les écologistes présents étaient habillés chichement, je pensais les voir tous nus pas pour le plaisir des yeux mais pour leur conviction,et ils se sont rendus à la maison de quartier en voitures et non à pied?

    Note de la rédaction : Il ne s’agit pas d’un communiqué mais d’un compte-rendu de la réunion écrit par notre correspondante, spécialiste des questions de l’environnement !

  14. rouge dit :

    bonjours a tous
    voila si nous écoutons tous ceux qui s’opposent à tout ont retourne à la vie des hommes des cavernes
    plus de TGV- de voitures – de gaz électricité etc ….

  15. Daniel Z dit :

    Ne nous emballons pas !
    Que les « écolos » soient crédibles ou pas, que la « levée en masse ne concerne que ceux qui ne veulent pas être dérangés,….c’est possible.
    Mais il est tout à fait profitable qu’une opposition structurée fasse son enquête et nous communique ce qu’elle découvre !
    Ensuite, et c’est cela la démocratie, rien n’empêchera ceux qui sont pour de se mobiliser et à leur tour, faire pression , non ?
    Amitiés

  16. fanfan dit :

    Bonsoir,
    Veuillez m’excuser pour cette mauvaise interprétation, c’est bien un compte rendu.

  17. montcellienbis dit :

    VIVE LE CENTER PARKS ET FAISONS TOUT POUR CETTE GRANDE UNITÉ DE VACANCES S’IMPLANTE PRES DE CHEZ NOUS ET LAISSONS LES SOI-DISANT ÉCOLOGISTES RACONTER LES MÊMES CHOSES QU’ILS RACONTAIENT QUAND IL S’AGISSAIT DU PONT DE MILLAU.

    • catalogne dit :

      La seule vraie question à se poser est: Est ce aux collectivités territoriales de financer à travers nos impots une société privée dans un projet tel que celui ci ? En outre , il est peu probable que le concept de village vacance ait des retombées significatives en matière d’activité locale et d’emploi.

  18. scania dit :

    Si M Clovis a des comptes a regler avec M Bo…n ( un ancien elu ecolo de montceau ), je propose qu’ils se rencontrent pour un duel au sabre samedi a 10hoo devant la mairie . Qu’ils portent chacun une rose a la boutonniere afin que je les reconnaisse et fasse l’arbitre .

  19. Pierre Bousseau dit :

    je pense que de nombreuses personnes présentes à cet réunion publique n’appartiennent pas à la mouvance écologique que je trouve par ailleurs très respectable et que je remercie de participer à l’organisation de ces débats nécessaires pour répondre aux nombreuses questions posées par ce projet.
    Cette réunion publique donc ouverte à tous était bien l’occasion d’apporter au débat tout le bien que vous penser de ce projet; dommage que vous n’y soyez pas venu; venez donc à le prochaine.
    Pierre

  20. Electron libre dit :

    Il y a quelques années , j’ai fait l’expérience d’un investissement immobilier dans un complexe similaire situé en Sologne .
    Je conseille donc à tous les commentateurs qui sont « pour » sans jamais produire un seul argument structuré , de lire attentivement ce qui suit !

    P&V en terme d’emplois …
    Presque tous (pour ne pas dire tous) sont des emplois à temps partiel , « ficelés » par des contrats qui rendent les employés « corvéables à souhaits » ! Ce qui veut dire que l’employeur (avec la bénédiction bienveillante des pouvoirs publics) dispose au quotidien du temps de travail du salarié !
    Il peut , selon le degré de « remplissage » du parc , imposer plus d’heures ou tout simplement le renvoyer chez lui !
    De plus , leur nombre n’atteint jamais le quota promis par les promoteurs (c’est toujours 10 fois moins) et le « turn-over » est considérable !
    Il faut savoir que le salaire moyen des agents d’entretien ne dépasse que très rarement 400 euros mensuels !

    En terme de retombées économiques pour la région …
    La très grande majorité des séjours locatifs n’excèdent pas 1 semaine .
    La quasi totalité des locataires ne sortent jamais de « l’enclos » , puisqu’ils y trouvent tout ce qu’ils sont venus y chercher (détente , activités sportives et culturelles diverses , gîte et nourriture ) . Ils n’ont donc aucune raison d’aller dans les boutiques ou les restaurants environnants !
    La restauration y étant assurée par une société privée , il n’y a donc non plus , aucune retombée favorable sur le circuit alimentaire local !
    En partant , ils ne laissent que leurs déchets , dont les coûts d’enlèvement et de traitement sont assumés par les collectivités locales !

    La « méthode » Pierre et Vacances …
    Savant dosage alliant subtilité et perversité …
    Au-delà de l’aspect environnemental dont ces gens se moquent éperdument , leur seule obsession est de « faire » de l’argent à moindre coût !
    Pour y parvenir , ils mettent en concurrence plusieurs sites possibles en faisant miroiter aux élus des retombées économiques importantes !
    Les élus (souvent de bonne foi , parce que peu informés) , soucieux de créer d’hypothétiques emplois et de « valoriser » leur région , surenchérissent et engagent des sommes considérables (15 millions d’euros pour ce projet ) issues de l’argent du contribuable pour décrocher la « timbale » !
    « Placement » dont vous ne reverrez jamais le retour … amis Bourguignons !!
    Les promoteurs vont donc au plus offrant ! (gratuité et viabilité des terrains , accès routiers , exonérations de charges , d’impôts et de taxes diverses … )
    Le complexe se construit ainsi gentiment sans que le promoteur n’ai encore déboursé un seul euro , puisque dans le même temps , des investisseurs privés payent sur plans (environ 250 000 euros), les cottages dont le coût de construction n’excède jamais plus de 150 000 euros pièce !
    Voilà déjà pour eux , une très juteuse opération , perverse certes , mais malheureusement tout à fait légale !

    Par effets de marketing très bien rodés , le promoteur séduit l’investisseur par des promesses d’exonérations d’impôts et par un rendement annuel de plus de 4,5 % . Comment résister …alléchant … n’est-ce pas ?
    Vous déchantez très vite quand vous vous apercevez que le taux promis n’est pas au rendez-vous , et que les charges de copropriété (qui sont établies arbitrairement par le promoteur sans contrôles extérieurs) dépassent largement le produit des loyers annuels !
    Vendre au plus vite est alors la solution qui s’impose . Seulement voilà … à ce stade de la démarche , vous vous apercevez que vous êtes « piégé » et que vous ne pouvez vendre sans l’accord de l’ensemble des copropriétaires !
    Vous découvrez alors que le cottage que vous avez choisi et payé ne vous appartient pas juridiquement , et qu’en fait vous n’avez acheté qu’un certain nombre de parts fiscales détenues par une SCI de copropriétaires chapeautée par le promoteur lui-même !
    Les copropriétaires étant disséminés dans le monde entier , P.&V. refusant de vous communiquer les adresses , vous êtes donc condamné à perdre votre argent pour mieux alimenter les caisses de ce promoteur !

    Dernier petit détail du processus …
    Au bout d’une vingtaine d’années , le complexe se dégrade … P.&V. décide donc de rénover les cottages et les équipements aux frais des « heureux » copropriétaires !
    Curieusement , une fois les travaux effectués et l’argent empoché , P.&V. vous autorise « généreusement » à vendre vos parts … qu’ils rachètent , bien sûr , pour une somme dérisoire … parts qu’ils revendent immédiatement avec un bénéfice faramineux en faisant valoir le standing irréprochable des cottages entièrement « retapés » avec l’argent des anciens « propriétaires » !!

    Alors … « pour » ? « contre » ? … A chacun d’éclairer sa conscience selon son propre degré de « mauvaise foi » … !

    Bien amicalement !

    • catalogne dit :

      Enfin, un témoignage éclairé.

    • montcellienbis dit :

      Dans votre réponse , cher electron libre, je dois dire que maintenant , je suis extrêmement dubitatif , après sa lecture.Si tout ce que vous écrivez est l’exact vérité , et comment en douter connaissant votre honnêteté, je sen que je vais complétement changer d’avis, et je me rends compte que nous allons totalement être roulés dans la farine et que , à travers nos impôts , nous allons payer pour ces « drôles » d’investisseurs.
      Merci donc de cet éclairage nouveau et si je pouvais je supprimerais immédiatement , ce que j’ai eu la bêtise d’écrire plus haut.
      très amicalement
      j c rey

      • Electron libre dit :

        Ne regrettez rien cher monsieur … on ne peut pas savoir avant d’avoir appris … !
        Lorsqu’on m’a proposé ce « placement » , j’ai moi-même été berné sur l’aspect « social » de l’opération !
        De plus , j’ai bien compris que la plupart des défenseurs acharnés de ce projet établissent leurs convictions uniquement sur la base inversement proportionnelle de « l’affection » qu’ils portent à ceux du « camp d’en face » !!
        Ce qui , sans être très rationnel est cependant tout à fait « humain » … !

        Le complexe en question était censé apporter un bouffée d’oxygène à la région de « Lamotte-Beuvron » , durement touchée à l’époque par un cruel déficit d’emplois !

        Aujourd’hui , 22 ans après l’ouverture de ce centre , une petite centaine de personnes y occupent des emplois précaires à faibles amplitudes horaires (de l’ordre d’une dizaine d’heures par semaine) et les commerces du centre-ville continuent de fermer les uns après les autres (comme partout en France) .
        L’impact économique de cette « usine » à « tourisme vert » est donc bien inférieur aux prévisions , puisqu’en 1992 , P&V promettaient aux élus et aux investisseurs privés la création de 400 emplois à temps plein !!

        90% des actifs de cette bourgade n’ont aujourd’hui pas d’autre choix que celui d’aller travailler sur Orléans ou Romorantin , villes respectivement distantes de 40 km et 70 km !

        A ma connaissance , les seules « hausses exponentielles » inhérentes au fonctionnement de ce complexe sont les coûts exorbitants de traitement des déchets et d’épuration des eaux usées , assumés par les contribuables locaux !

        Par contre , tous ceux qui craignaient un désastre écologique , s’accordent aujourd’hui pour reconnaître que l’impact environnemental n’a pas été si catastrophique , du fait de son ouverture sur la forêt , permettant ainsi la libre circulation de la faune sauvage .

        Au-delà des considérations idéologiques (fondées ou infondées) des uns et des autres , il faut dépassionner le débat , amis Bourguignons !
        Vous n’arriverez à rien sans un dialogue argumenté , respectueux et constructif !

        Bien amicalement !

      • catalogne dit :

        En fait ,ils n’investissent quasiment rien puisqu’en plus des financements publics, ils comptent sur des gentils particuliers (n’est ce pas électron libre ) pour financer l’ensemble du cout de l’immobilier. Leur reste à charge est uniquement la BULLE et son aménagement.

        • Electron libre dit :

          Oui … c’est exact ! Mais la sophistication du processus va même beaucoup plus loin en terme de « roublardise » …!

          Chaque année , ils empruntent aux banques des sommes considérables (entre 100 et 160 millions d’euros) qui ne sont justifiées par aucun besoin particulier , et qu’ils remboursent avec les sommes empruntées l’année précédente !
          Ce petit « jeu d’écriture » leur permet d’établir un bilan comptable déficitaire (de l’ordre de 6 à 9 millions d’euros selon les années) et ainsi d’une part , de ne pas payer un centime d’impôts et d’autre part , de ne pas verser un seul centime de « royalties » aux collectivités locales qui sont pourtant , dans les termes du contrat , associés aux « bénéfices » !!
          Pratiques plus que douteuses … certes … mais hélas , tout à fait légales !

  21. maestro71 dit :

    Bonjour à tous
    Aujourd’hui en France plus rien ne peut voir le jour sans qu’une association ne dise il faut proteger ceci il faut proteger cela de nos jours on ne peut construire un parc de loisir des routes des lignes de chemin de ferre des aéroports sans que l’ecologie ne sans mêle continuer comme ça et les emplois irons ailleurs et aprés ces mêmes gens pleureront que leurs enfants ou petit enfants ont pas de travaille. Alors certe en discutant certaines choses peuvent être amélioré. Nous sommes dans un bassin minier sinistré par le chomage; plus que la moyenne national et pas beaucoup d’attraction le week end alors si les ecolos veulent vivre comme nos arrière grand parent libre a eux mais qu’une minorité n’impose pas sa loi comme nous avons vu dernièrement.Et ne mélangeons pas les écolo convaicus et les BOBOS QUI ROULE EN4X4 Amicalement

  22. François Lardet dit :

    C’est le préfet qui va donner l’autorisation pour la construction du parc, où il faudra 150l d’eau par jour et par personne.
    C’est le même préfet qui fait les arrêtés sur les restrictions d’eau, voir le dernier sur le journal du 7 juillet 2014.
    C’est pratiquement la même chose tous les étés.
    On se souvient de 2003 où il n’y avait pas plus d’eau dans la Loire ( d’où l’eau pour le parc doit venir ) qu’ailleurs.

    Ma question:
    Qui aura droit à l’eau?

    François Lardet

  23. François Lardet dit :

    C’est le préfet qui va autoriser la construction du parc qui aura besoin de 150 l d’eau par jour par personne, eau qui viendra de la Loire.
    C’est le même préfet qui décide des arrêtés de restriction d’eau, voir le journal du 7 juillet 2014.
    Des problèmes dû au manque d’eau, il y en a souvent, dans toutes les régions.
    On se souvient de 2003 où il n’y avait pas plus d’eau dans la Loire qu’ailleurs.
    Comment cela va-t-il se passer en cas de restriction d’eau?

  24. BALLI dit :

    A moins que cela ait changé hier, la CUCM est alimentée en eau par le plus grand lac de Saone et Loire, jamais à sec (De la Sorme, 360ha!..) et au cas ou l’eau manquerait un jour (!), le Center Park sera construit le long du lac du Rousset (30ha!..) qui n’est jamais à sec non plus, ce qui, avec une éventuelle station privée de pompage (!) devrait solutionner votre soucis…

  25. François Lardet dit :

    Alors nous pouvons nous poser la question pourquoi le préfet met-il des arrêtés de restriction d’eau?

    Il était prévu 6 agents de l’office national des eaux et des milieux aquatiques chargés de vérifier la bonne application de l’arrêté préfectoral de restriction d’eau sur le département.

    Arrêté préfectoral du 1 juillet:
    En raison du déficit pluviométrique, et afin de préserver les réserves en eau, la préfecture de Saône et Loire a mis en place un arrêté préfectoral concernant l’irrigation, le 1 juillet. Cinq bassins sont concernés: Val de Loire, Bourbince et Arçonce Sornin en niveau d’alerte, et Grosne et Arroux en niveau d’alerte renforcée. l’irrigation agricole à partir de rivières, nappes et plans d’eau est interdite de 9 à 18 heures en niveau d’alerte et de 8 à 20 heures en niveau d’alerte renforcée. l’arrosage des pépinières viticoles et des cultures maraîchères restera néanmoins possible en niveau d’alerte, mais sera interdit de 12 à 17 heures en niveau d’alerte renforcée. Ces mesures sont applicables jusqu’au 15 septembre, en l’absence d’éventuels ajustements.

  26. gilbert71 dit :

    OUI après l’exposé d’Electron libre, ma position ……..maintenant j’ai des doutes. sur ce sujet le CG71 doit tout « mettre sur table  » et consultable par TOUS

  27. Marie B. dit :

    Catalogne,
    Même la Bulle n’est pas à la charge de P et V car c’est justement pour ce complexe aquatique et ses restaus et boutiques que la future SEM (essentiellement les Cons Rég et Cons gén donc NOUS) fait un emprunt sur 20 ans … Vous et moi, nous nous endetterons pour ce projet !