Autres journaux :


vendredi 3 avril 2015 à 14:44

Portraits de Montcelliens célèbres : Ginette Baudin !

Le plus joli pêché du monde



 

 

 

« Le plus joli pêché du monde »

 

 

 

Prénom Yvonne dans le film « Le plus joli pêché du monde », frimousse du cinéma Français, femme d’Andrex (André Jaubert, 1907 Marseille, 1989 Paris, acteur et chanteur français.), ce plus beau pêché du monde se nomme Ginette Baudin et est né à Montceau-les-Mines le 4 mars 1921 à Montceau donc et décédée le 26 mars 1971 à Paris.

 

 

 

 

portrait ginette 0204153

 

 

 

 

Les « anciens du bassin minier se souviennent forcément de ce minois bourguignon.

 

 

 

 

portrait ginette 0204155

 

De « Macao, l’enfer du jeu » de Jean Delannoy en 1939 à « Quoat-Quoat » de Jacques Audiberti, mise scène Georges Vitaly, au Théâtre des Célestins en 1969 cette Montcellienne a occupé une bonne place dans le septième art (22 films), le théâtre (5 pièces dont une captée pour au théâtre ce soir).

 

Comme dirait Fabrice Lucchini « c’est du lourd pour la bourgogne ». Une carrière très honorable qui s’inscrit dans le panthéon Montcellien.

 

Sa filmographie, moins de soixante ans s’abstenir, contient nombre d’excellents films. Elle a chanté aussi. Elle débute à 16 ans et accompagne Mistinguett lors d’une tournée en Argentine et au Brésil. Excusez le peu. Elle enregistre un disque (45 tours) avec son mari Andrex de l’opérette « Quatre jours à Paris » de Francis Lopez, mais elle se produira aussi avec les Compagnons de la chanson, et seule.

 

 

 

portrait ginette 0204152portrait ginette 0204154

 

 

Montceau n’a donc pas produit que du charbon, mais aussi de la chaleur… humaine.

 

Filmographie : 1939 : Macao, l’enfer du jeu de Jean Delannoy, 1941 : Romance de Paris de Jean Boyer, 1941 : Le Briseur de chaînes de Jacques Daniel-Norman, 1941 : Opéra-Musette de René Lefèvre et Claude Renoir, 1943 : Port d’attache de Jean Choux, 1943 : L’Escalier sans fin de Georges Lacombe, 1943 : Un seul amour de Pierre Blanchar d’après La Grande Bretèche d’Honoré de Balzac, 1944 : Coup de tête de René Le Hénaff, 1945 : Seul dans la nuit de Christian Stengel, 1945 : Fils de France de Pierre Blondy, 1945 : On demande un ménage de Maurice Cam, 1946 : Le Beau Voyage de Louis Cuny, 1948 : Une femme par jour de Jean Boyer, 1948 : Buffalo-Bill et la bergère ou Madame et ses peaux-rouges de Serge de La Roche (film resté inachevé), 1949 : La Voyageuse inattendue de Jean Stelli, 1949 : Lady Paname d’Henri Jeanson, 1950 : Uniformes et grandes manœuvres de René Le Hénaff, 1951 : Le plus joli pêché du monde de Gilles Grangier, 1951 : Les Amants maudits de Willy Rozier, 1951 : Sergil chez les filles de Jacques Daroy, 1956 : Baratin de Jean Stelli, 1957 : C’est arrivé à 36 chandelles d’Henri Diamant-Berger

 

Télévision ; 1967 : Au théâtre ce soir : Treize à table de Marc-Gilbert Sauvajon, mise en scène de l’auteur, réalisation Pierre Sabbagh, Théâtre Marigny

 

Théâtre : 1943 : Feu du ciel, opérette de Jean Tranchant, Théâtre Pigalle, 1952 : Schnock opérette de Marc-Cab et Jean Rigaux, mise en scène Alfred Pasquali, Théâtre des Célestins, 1954 : Treize à table de Marc-Gilbert Sauvajon, mise en scène de l’auteur, Théâtre des Célestins, 1954 : Pampanilla de Paul Nivoix, mise en scène Jacques-Henri Duval, Gaîté Lyrique, 1969 : Quoat-Quoat de Jacques Audiberti, mise scène Georges Vitaly, Théâtre des Célestins

 

G.D

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer