Autres journaux :


samedi 11 avril 2015 à 07:54

Syndicat Interco CFDT…

Quels services publics dans le futur pour la future région ?



 

… quels services publics dans le futur

 

pour la future région ?

 

Daniel LAMUR représentant les agents du Département, Didier GAUJOUR représentant des agents de l’Etat, tous deux Secrétaires adjoints du syndicat Départemental Interco71 et Fabienne CORONEL représentant les agents des communes et Secrétaire Générale ont, au nom de la CFDT, organisé un point presse sur le thème de la « fusion des régions » et la réorganisation des services publics.

 

 

 

 

cfdt 1104153

 

 

 

Leur discours est clair, précis, documenté.

 

« La CFDT est un syndicat réformiste, progressiste, s’inscrivant dans le projet global du gouvernement, mais avec vigilance, détermination et résolution. La CFDT n’est pas opposée à la refonte de la carte des régions simplement elle s’inquiète de la méthode et des buts poursuivis. Pour nous trois critères essentiels : l’intérêt collectif du travail, l’intérêt des agents, l’intérêt des usagers. La réforme en cours baigne dans un flou artistique, le mode opératoire n’est pas d’une grande clarté.

 

 

On parle beaucoup de géographie, de géopolitique régionale, mais pas des compétences qu’auront les régions donc pas des services nécessaires pour les mettre en œuvre.

 

 

On parle beaucoup des services de l’Etat, de leur réorganisation, mais pas des services territoriaux, pas de la répartition des compétences entre les régions et les départements, pas de la réorganisation des services publics locaux.

 

 

Ce qui est extraordinaire c’est que les consignes de dialogue social prônées par le premier ministre ne sont pas appliquées sur le terrain. La CFDT est prête pour le dialogue social et désireuse de participer efficacement à son niveau.

 

 

Un état des lieux est achevé et nous n’y avons pas participé, seuls des fonctionnaires d’Etat ou des collectivités y ont travaillé, la réforme se fait sans tenir compte des retours d’expérience de la base.

 

 

Les préfets en charge de la mise en œuvre devraient associer et ne pas seulement informer du travail fait au sein des administrations.

 

Notre revendication porte sur la nécessité de faire le point sur l’état des lieux.

 

Le Préfet préfigurateur sera nommé mi-avril et il devra remettre son rapport au premier ministre d’ici juin. On ne sait pas encore qui il sera et comment nous pourrons travailler avec lui.

 

Non seulement des préfets travaillent dans leur coin, mais sur les mêmes sujets des commissions sont nommées. Doublon ou travail complémentaire ? Ce qui nous gêne le plus c’est qu’il n’y a pas de vraie étude de terrain sur les besoins réels des services publics et de la population vis-à-vis de ces derniers.

 

Nous relayons les attentes de la population, des fonctionnaires des services publics.

 

Quels services publics d’état dans cette nouvelle région ? Simple réorganisation, mutualisation, disparition ? Nous ne pouvons que constater qu’il n’est pas question de proximité.

 

Le calendrier est très contraint, au 1er janvier 2016 la fusion sera consacrée et en Juillet 2016 la capitale de la nouvelle région devra être établie.

 

 

Qu’en sera-t-il des personnels, des missions, des découpages géographiques ? Les départements deviendront ils les arrondissements de la région ?

 

Pour la Saône-et-Loire les services préfectoraux, sous-préfectures comprises, comprenaient 280 agents avant la RGPP (révision générale des politiques publiques) et la MAP (modernisation de l’action publique), maintenant ils ne sont plus que 230. Quid de leur devenir et de leur accompagnement après la fusion.

 

A aucun moment cela n’est même envisagé et nous savons des ravages causés par une inter communalisation forcée.

 

Un autre sujet de préoccupation c’est l’éloignement des services publics des besoins de terrain. Le citoyen a été éloigné des services publics et il existe une réelle carence dans la réponse de déplacement, donc de transports publics. La mécanisation et la robotisation des services publics amène la déshumanisation et un manque d’efficience dans la réponse publique.

 

Qu’en sera-t-il dans le cadre de la fusion des deux régions ? La CFDT est pour la proximité des services publics dotés des moyens nécessaires pour être efficaces. »

 

On l’aura compris la CFDT, inquiète de ce qui est en train de se faire, demande à être mieux et plus associée à cette réforme et avoir un rôle réel dans la prise des orientations et la définition de l’organisation. Elle entend faire entendre la voix des citoyens et des fonctionnaires face à la technocratie.

 

Gilles Desnoix

 

 

 

 

cfdt 1104152

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




2 commentaires sur “Syndicat Interco CFDT…”

  1. chimel dit :

    bjr !

    vous avez sans doute remarqué que sur les 3 critères essentiels retenus l’intèret des usagers est le dernier cité !!!!!

    bon w e