Autres journaux :


mardi 12 mai 2015 à 06:00

Festival Outre-mer en Bourgogne (Montceau-les-Mines)

Rythmes du Bélé Légliz à Blanzy



Bon, c’est vrai, le temps ne s’écoule pas de la même manière à Lilles et à Fort de France. Bon, c’est vrai, Lyon Montceau ça peut être long certains WE de vacances scolaires. Bon, c’est vrai, que le public présent a profité de la gratuité parce que les musiciens et les danseuses n’étaient pas encore là. Une fois que l’on a dit ça on a tout dit… et rien en même temps.

 

 

Certes le public était moyennement nombreux, certes il faisait plus chaud dehors que dedans l’église de Blanzy, certes la publicité sur l’évènement n’avait pas omniprésente, bien qu’elle ait trouvé place dans nos colonnes, et que ceci puisse expliquer une bonne partie du public présent.

 

 

 

Mais honnêtement cet évènement aurait dû charrier des foules un dimanche en fin d’après midi ensoleillé. Heureusement la gentillesse, la douceur antillaise, le rythme, les chants, la chaleur humaine ont fait monter le Ti ’punch et apporté le vent chargé du parfum d’hibiscus.

 

 

Quand vous organisez un festival vous savez que des aléas peuvent perturber le bon déroulement de la programmation. L’un de ceux-ci fut ce soir le retard du groupe devant animer la soirée. Et les organisateurs y ont fait face avec professionnalisme, gentillesse et flegme.

 

 

Et pendant une heure, le public a pu goûter les rythmes du Bélé Légliz et a attendu patiemment et participé en tapant des mains. Sur un écran un concert est projeté, il manque des sous-titres lorsque les participants ou les concertistes et choristes parlent mais ça envoie grave. Ça n’a pas eu l’air d’ailleurs de troubler personne en dehors de moi.

 

 

Et puis « ils » sont arrivés » avec des sourires à vous illuminer le cœur.

 

 

Alors là, les garçons sur les « Tambou bélé » et les filles à la danse ça remue, ça vous donne des fourmis dans les jambes. Instinctivement on tend la main vers un Planteur parfumé avec son petit parasol en papier. Aïe, la main se referme sur le vide, nous sommes toujours à Blanzy, mais on s’y croirait quand même.

 

 

Dans l’assemblée Madame Matos, naturellement, Monsieur Jean Louis Savetier adjoint à la culture de Blanzy, Madame Blou Magalie, chorégraphe de la compagnie Ka mélodi, et les membres de l’association des amis des Antilles.

 

 

Ici, un point de détail important, que dis-je importantissime. Ne dites pas à un Ecossais qu’il est Anglais, ça ne vous viendrait sans doute pas à l’esprit. Alors, par pitié, ne confondez pas une guadeloupéenne et une martiniquaise. Dites une antillaise vous n’aurez pas faux. Et Magalie Blou est de Marie Galante, l’ile aux cent moulins, une merveille, c’est semble-t-il plus aristocratique.

 

 

Et donc du coup vous ne parlez plus de bélé mais de Gwoka (gros Ka, le tambour). Si le bélé Legliz proposé ce soir a une connotation religieuse, le Gwoka est la musique du carnaval et d’autres fêtes, des rites funéraires, particulièrement dans les veillées et les vénérés. C’est la musique préférée des rassemblements populaires nommés « léwoz » dans lesquels le public forme un cercle appelé lawonn dont le centre est laissé libre pour les danseurs.

 

Bon si vous voulez en savoir plus sur le Gwoka, écrivez à Montceau News. Là nous en sommes au Bélé Légliz.

 

 

Honnêtement ce fut un bon concert, ce fut une journée riche en évènements, et ce n’est pas fini, le festival continue jusqu’au 17 mai. Rappelons que pendant que François Hollande inaugurait le Mémorial ACTe, (centre caribéen d’expression et de mémoire de la traite et de l’esclavage, le plus important au monde) à Montceau et à Toulon sur Arroux Mme Matos célébrait l’abolition de l’esclavage.

 

 

Belle journée et beau temps, et jusqu’à jeudi la météo dit que c’est tout bon.

 

 

Gilles Desnoix

 

 

gospel chri 1105152

 

gospel chri 1105159

 

 

gospel chri 1105158

 

gospel chri 1105157

 

 

gospel chri 1105156

 

 

gospel chri 1105155

 

gospel chri 1105154

 

 

gospel chri 1105153

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer