Autres journaux :



mardi 19 mai 2015 à 08:13

Adopter un animal

Un bonheur immense qui demande implication et engagement sans faille



Un bonheur immense qui demande implication et engagement sans faille

 

 

Si l’année 2014 a été une année record pour la SPA (Société Protectrice des Animaux) en nombre d’adoptions, le nombre d’animaux abandonnés et recueillis a malheureusement été aussi en hausse. Au Refuge Jean Roche, les équipes sont de plus en plus confrontées au problème des abandons soit volontaires, soit par le biais de la fourrière.

 

Trop souvent, les gens adoptent un animal sans réfléchir (pour faire un cadeau par exemple). Puis, évidemment, devant le degré d’implication et de responsabilité qu’un tel geste implique, les heureux adoptés deviennent de malheureux abandonnés. Certains pour la deuxième ou troisième fois…L’expérience prouve que le nombre des abandons augmente au moment des départs en vacances.

 

 

Face à ces comportements, la SPA fait son possible pour lutter contre les abandons sauvages et n’hésite pas à poursuivre en justice les auteurs de tels agissements. Elle se pourvoit également en justice contre les auteurs de mauvais traitements à animaux.

 

 

 

Voici le décor planté… Il n’est pas joli-joli. Et pourtant, nul ne peux imaginer le bonheur qu’il y a à adopter un chien ou un chat et à lui donner un foyer chaleureux et sécurisant.

 

 

 

Comme beaucoup de gens, votre serviteur avait toujours juré ses grands dieux qu’il ne prendrait jamais d’animaux à la maison. Les excuses étaient variées : ça revient cher, ça fait des saletés, ça bouffe les rideaux et le canapé et puis, quand même, s’il arrive un malheur à ces petites bêtes, on pleure, on pleure…Nous avons beaucoup d’autres occasions d’avoir du chagrin s’en en rajouter ! N’est-ce-pas ?

 

 

 

Oui, mais parfois, le destin nous joue quelques tours et il est difficile d’y échapper. Et c’est ainsi qu’un ami me demande de garder son chat pendant quelques mois, santé oblige. Prise de court, je n’ose refuser, mais je me vois déjà en train de nettoyer les pipis de la demoiselle (une adorable chatte rousse et blanche à poils longs). Et franchement, cela ne m’emballe pas plus que cela, mais bon !

 

 

 

Mais c’était compter sans le caractère de celle que nous appellerons Yoyo ! En effet, outre ses 6 kilos de fourrure et son regard craquant, elle me charme dès son arrivée. Elle fait le tour du propriétaire, sniffe chaque recoin de la maison et durant ces quelques mois, nous fait, ma famille et moi, mourir de rire avec ses pitreries. Un jour que nous lui mettons une pichenette car elle m’avait griffée, Yoyo se retourne, et aussi sec, retourne la calotte à qui de droit !

 

 

 

Et combien de fois Yoyo a grimpé sur le dos du fauteuil en cuir, s’endormait, perdait l’équilibre, glissait et essayait de se rattraper sans succès, avec des contorsions incroyables. Bien évidemment, on se marrait et Yoyo, vexée comme un pou, courait se cacher derrière le canapé.

 

 

 

Vous l’aurez compris, je suis conquise et lorsque le maitre de Yoyo m’annonce qu’il est en mesure de la reprendre, catastrophe ! Je pleure trois jours durant, ne pouvant me résoudre à me séparer d’elle. Mais ma famille essaie de me raisonner : « Yoyo a un maitre, ce n’est pas mon animal et je dois la rendre ! ». Soit… Et comme souvent dans ces cas-là, les amis essaient de vous consoler : « Adopte en un qui sera à toi ! ». Niet ! Je n’en veux pas, ça ne sera pas ma Yoyo…

Un mois passe et je suis toujours nostalgique de cette période bénie. Je commence tout doucement à envisager une adoption. Mais doucement, hein ! Dans un premier temps, une collègue me propose de me réserver un chaton lorsque sa chatte en fera. Je ne dis ni oui, ni non…

 

 

 

Un beau jour, une copine me dit : « Je dois aller au Refuge Jean Roche, tu m’accompagnes ? ». N’ayant rien vu venir, nous voilà parties. Direction la chatterie…Et là, je croise le regard d’un magnifique chat, le même que Yoyo. Dans la seconde, je sais que ce sera elle (on me dit que c’est une fille) ! Un vrai coup de cœur puisque je décide d’emblée de l’adopter. La fifille s’appelle Curly et ronronne dans mes bras…

 

 

 

Ravie et pressée de l’emmener à la maison, mon enthousiasme est vite douché car, le personnel me dit que Curly doit être stérilisée et tatouée, avant de quitter ce qui avait été son refuge depuis un an. Je suis déçue. Toutefois, je remplis les documents d’adoption, tandis que la responsable se fait un devoir de me dire que cet acte n’est pas à prendre à la légère, qu’un animal n’est ni un objet, ni un jouet et que je m’engage pour de longues années. Effectivement, cela demande réflexion. Mais je suis décidée.

 

 

 

Je règle donc la somme de 100 euros pour frais d’adoption. Une somme qui comprend la stérilisation, le tatouage etc. L’opération est programmée pour le lendemain et on me dit que je pourrai récupérer Curly le surlendemain. Au jour-dit, j’emmène donc mon précieux fardeau dans son nouveau foyer. Comme pour un bébé, sa panière est prête, ainsi que tous les accessoires indispensables à sa venue.

 

 

 

Là non plus, il ne s’agit pas de sous-estimer la dépense. Oui, adopter un animal a un coût… Tout d’abord, il faut acquérir deux petites gamelles, un bac à litière et quatre sacs de litière par mois, une cage de transport, un griffoir, un arbre à chat, quelques jouets. Comptez aussi les croquettes, les sachets, les pâtées (sauf si votre chat est habitué uniquement aux croquettes).

 

 

 

Et surtout, ne pas oublier les visites chez le vétérinaire pour les vaccins et les imprévus ! Et en la matière, nous avons été gâtés. Tout d’abord, le jour où le vétérinaire enlève les fils de celle qui est devenue Lili (c’est plus doux), j’apprends que ma protégée a été ouverte pour rien puisqu’elle était déjà opérée ! Bien…

 

 

 

Le même soir, la pauvrette se plaint doucement et sidérée, je constate que sa plaie est béante et saigne ! Il est presque minuit et affolée, j’appelle le vétérinaire qui, par chance est le même qui a opéré Lili. Quelques agrafes plus tard, nous rentrons à la maison et je passe la nuit à veiller Lili. Ça commence fort !

 

 

 

Et puis, tout doucement, notre vie commune s’organise. Lili a pris ses marques, renifle chaque pièce de la maison, et on dirait l’héroïne de « Ma sorcière bien-aimée ». Vous savez, la dame qui bouge son nez pour arranger toutes les situations. Lili a le nez qui frémit, saute sur les papillons, course les oiseaux et prend de grands bains de soleil. Quelquefois aussi, elle se promène dans mes parterres de fleurs, en prenant garde à ne pas les écraser !

 

 

 

Tout allait bien dans le meilleur des mondes, jusqu’au jour où un chat du voisinage (une fille aussi) repère Lili et vient la narguer sur son territoire ! L’intruse attaque Lili en lui tombant sur le râble et la mord au dos ! Ma Lili reste amorphe pendant deux jours, s’isole et refuse toute caresse. Retour chez le vétérinaire. Résultat des courses : des vertèbres déplacées, injection et traitement pendant une semaine. Seul hic : les attaques du chat voisin se répètent à trois reprises, celui-ci s’enhardissant même à venir battre Lili jusque dans la maison !

 

 

 

Et là aussi, il faut prévoir le budget vétérinaire qui commence à devenir conséquent ! Comme on le voit, il faut vraiment être motivé. Mais quand on aime, on ne compte pas ! Quoi de plus attendrissant qu’un petit animal qui se love contre vous à la veillée et qui regarde la télé avec intérêt. Et qui vous attend le matin en se frottant à vos jambes ! Bon, d’accord, c’est peut-être plus un appel à remplir la gamelle, mais bon…

 

 

 

Adopter un compagnon à quatre pattes, ce n’est que du bonheur. Mais n’adopte pas qui veut. Au Refuge Jean Roche à Montceau, des conditions sont posées. A savoir : le Refuge ne confie pas d’animaux aux mineurs, aux personnes sous tutelle sans l’accord de celle-ci, aux personnes ayant déjà été condamnées pour mauvais traitements envers les animaux.

 

 

L’animal adopté devra être bien traité et recevra nourriture, soins et habitat convenable. Si possible, il aura accès libre à une cour ou un enclos. S’il s’agit d’un chien à l’attache, utiliser une chaîne de 2.50 mètres minimum coulissant sur un câble horizontal ou si attaché à un point fixe, utiliser une chaîne ayant une longueur de 3 mètres minimum. L’attache est interdite pour les animaux de moins de 4 mois. S’il est enfermé, l’animal devra disposer d’une surface de 12m², de la lumière du jour et d’aération. Si votre animal est à l’extérieur, il devra disposer d’une niche non métallique conforme à la réglementation. Si l’animal est enfermé à l’intérieur il sera promené ou libéré tous les jours, au moins matin, midi et soir.
Et surtout, l’adoptant s’engage à ne pas faire pratiquer sur l’animal adopté d’opérations inutilement mutilantes, comme par exemple : otectomie (ablation des oreilles pour des raisons esthétiques), caudectomie (écourtage de la queue de l’animal), onguchectomie, réduction des cordes vocales etc…

 

 

L’adoptant s’engage également à ne pas encourager l’éventuelle agressivité de l’animal adopté.

 

 

 

Et justement, le Refuge Jean Roche organise régulièrement des opérations portes ouvertes. En dehors de celles-ci, vous pouvez tout de même aller y faire un tour. Peut-être votre futur compagnon à quatre pattes vous y attend impatiemment ?

Une adoption, c’est le bonheur pour les animaux certes, mais aussi pour l’adoptant. Chaque jour, je me félicite d’avoir recueilli Lili. Alors, convaincus ?

 

 

Si vous aussi avez adopté un petit animal, vous pouvez nous faire part de votre expérience. Personnellement, je suis gaga de Lili et j’assume…

 

 

 

 

 

adopt chat 1905157

 

 

 

 

Curly attend d’être adoptée

 

 

 

 

adopt chat 1905156

 

 

 

découverte de sa nouvelle maison

 

 

 

 

adopt chat 1905154

 

 

 

une petite chatte très gâtée

 

 

 

adopt chat 1905159

 

 

l’heure de la toilette

 

 

 

adopt chat 1905158

 

 

les accessoires indispensables

 

 

 

adopt chat 1905153

 

 

 

le bac à litière

 

 

 

adopt chat 1905155

 

 

 

nourriture, produits, médicaments

 

 

 

adopt chat 1905152

 

le carnet de santé de Curly

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




2 commentaires sur “Adopter un animal”

  1. versailles78 dit :

    Quelle rencontre magnifique .Mon histoire s’est terminée le 30 janvier ,beaucoup de chagrin ,je la pleure tous les jours mais beaucoup de souvenirs merveilleux

  2. fanette71 dit :

    Bonsoir.
    Vous aurez le même bonheur en adoptant un chien de SPA car il vous sera reconnaisant a vie.