Autres journaux :


vendredi 2 octobre 2015 à 05:47

Nouvelle rubrique : épisode 4…

… les reconnaissez-vous ?



 

 

« Je tiens d’abord à remercier les personnes qui me contactent. Les renseignements apportés, même s’ils leur semblent parfois infimes, sont très précieux pour mes recherches. » C’est par ces remerciements (encourageants au demeurent) que commence le dernier mail (dernier en date mais rassurez-vous il détient de nombreux documents) que nous a adressé monsieur Jérémy Beurier

 

 

Et de poursuivre : 

 

 

« Voici une nouvelle photo prise quelques jours après la Libération de Montceau à l’école de Bellevue.

 

On y voit une partie des hommes de la 2ème compagnie du 2ème bataillon du Charollais. Il pourrait s’agir de la 4ème section.

 

La 1ère et la 2ème compagnie de ce bataillon forme le Maquis de la Grande Verrière qui stationne dans la forêt du même nom à proximité des villages de Passy, Sailly, Chérizet, Saint Martin-de-Salencey. D’abord commandée par René Treillou dit « Georges », ingénieur à la mine, cette compagnie est ensuite dirigée par Albert Dubois dit « Marsouin », Capitaine à la retraite (à droite du numéro 19 sur la photo). Début août 1944, « Georges » part commander une formation dans l’Autunois et meurt dans une embuscade allemande au Pommoy, commune de Roussilon en Morvan.

 

Les hommes du maquis de la Grande Verrière sont presque tous des mineurs. Durant l’été 1943, Edmond Dourille dit « Lucien » et Georges Griveaud, dit « François » créent le « Mouvement Ouvrier de la Résistance de Blanzy ». Ce mouvement s’associe à la Résistance dite de « ville » qui est liée à l’Armée Secrète (Résistance Gaulliste). Jusqu’au Débarquement de Normandie le 6 juin 1944, le Mouvement Ouvrier recrute à la mine plusieurs centaines de volontaires pour le maquis. Ces hommes sont mis en sommeil dans l’attente du Jour J. Le grand jour arrivé, ils se retrouvent au Mont-Saint-Vincent. Le manque d’armes et surtout l’attaque allemande à Mont-Saint-Vincent et Mary font que la plupart d’entre eux doivent rejoindre leurs foyers. Durant tout l’été, au fur et à mesure des parachutages d’armes, ces hommes vont être rappelés pour former les sections du maquis de la Grande Verrière. Ils se distinguent aux batailles d’Azé, de Cluny, de Montceau,  d’Autun et lors de nombreuses embuscades et sabotages sur l’axe Paray-Chagny.

 

Grâce à la mémoire des anciens de la Grande Verrière et au travail d’un monsieur du Bois du Verne, rencontré lors d’une de mes expositions en 2011 et qui a réussi à identifier beaucoup de ces hommes, beaucoup de ces visages ont été reconnus.

 

Cependant, certains restent anonymes, ils portent un numéro rouge sur la photo. Les numéros verts sont ceux pour lesquels il y a un doute. Il faudra donc confirmer ou non :

 

16 : Bathiard ?

 

17 : Venot ?

 

18 : Brelaud ?

 

19 : Colin ?

 

20 : Mamessier ?

 

Qui pourra m’aider ? Qui reconnaîtra un proche ? N’hésitez pas à me contacter par mail ou téléphone, même si vous n’êtes pas sûr à 100%, je recoupe les informations et toutes les pistes sont à explorer.

 

Bien entendu, vous pouvez aussi me contacter si vous reconnaissez une personne que j’ai déjà identifiée (et donc qui n’a pas de numéro). Ainsi nous pourrons confirmer l’identification et partager les renseignements.

 

Je vous rappelle mes coordonnées : jeremybeurier@hotmail.com ou 06.16.73.28.13.

 

Je suis aussi à votre disposition pour vous aider dans vos recherches sur vos aïeux au maquis.

 

Enfin pour donner un peu de couleur à cet article, voici une photo de l’insigne de l’amicale des anciens du maquis de la Grande Verrière. Il date de la fin 1944 ou du début de l’année 1945. Dans le cadre de mes recherches, je suis aussi à la recherche de tout objet concernant les maquis du Bassin Minier et la Libération : tels que les insignes ou brassards, casques et tenues… (voir mon article dans la revue la Physiophile n°160 de juin 2014 « Brassards et insignes des maquisards du Bassin Minier »).

 

  1. Jérémy Beurier

 

BEURIER 01 11 15

 

 

BEURIER 01 11 151

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer