Autres journaux :



samedi 10 octobre 2015 à 10:30

Famille arménienne menacée d’expulsion à Montceau-les-Mines…

... de rebondissements en rebondissements !



 

 

Comme ils l’avaient annoncé sur ce site, les militants et sympathisant de RESF (Réseau Education Sans Frontières) se sont rendus ce samedi matin, devant les portes du commissariat de police où la famille Sevoyan « pointe » chaque jour depuis fin juillet mais…

 

 

… ce matin : Carole Bonin et ses amis ont appris que le tribunal administratif de Dijon avait cassé cette décision  le 30 juin : une  OQTI (Obligation de Quitter le Territoire) au motif que la Préfecture avait « oublié » d’en définir la date.

 

Un « oubli » d’autant plus regrettable que la famille, non avertie de cette décision, a scrupuleusement continué de venir pointer au commissariat. C’est à dire qu’ils l’ont fait durant 45 jours pour cause de non-information de la part de la Préfecture. Celle-ci ayant signifié à la famille une nouvelle OQTI, toujours sans délai, le couple a porté à nouveau le dossier devant le Tribunal administratif de Dijon. 

 

L’audience s’est tenue, hier vendredi après-midi, mais le couple ne sera informée de la décision que ce lundi.

 

Rapide rappel des fait 

 

 

Cette famille d’origine arménienne qui est de nouveau obligée de pointer au commissariat de police est composée de  Gagic (le père)  et Kanarik Sevoyan, arrivés en France avec leur fils : Hayk.  Cette famille, installée depuis deux ans à Montceau, est arrivée là après s’être réfugiée en Russie où elle n’a pas été, pour le moins, très bien accueillie.

 

C’est parce qu’il avait dénoncé un bourrage des urnes, lors d’élection en Arménie, que le mari : Gagic Sevoyan, avait dû quitter son pays précipitamment après avoir été roué de coups, tout comme sa femme : Kanarik, enceinte à l’époque des faits et qui avait perdu son bébé, suite à ces  traitements pour le moins inhumains et indignes du 21ème siècle Cette famille, hébergée à l’auberge de la Saule, a donc un enfant de 11 ans, scolarisé à Saint-Vallier : Hayk.

 

Malheureusement et comme nous l’écrivons à chque fois : une affaire à suivre.

 

En attendant, à l’heure où nous écrivons ces lignes les membres et sympathisants de RESF, accompagnés de la famille, se dirigent vers la mairie de Montceau.

 

L’épouse actuellement très malade espère que les autorités françaises réexamineront leur demande d’obtention de statut de réfugiés politiques.

 

Plus d’informations d’ici peu.

 

Annabelle Berthier

 

RESF 10 11 15

 

 

Nous avons « flouté » les visages du couple par sécurité !

 

 

RESF 10 11 151

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




2 commentaires sur “Famille arménienne menacée d’expulsion à Montceau-les-Mines…”

  1. catalogne dit :

    Et à la mairie, il s’est passé quoi?

  2. Pierrette dit :

    Mais qu’elle vie ont ces gens ? Les laisser isoles chez Frizot pendant plusieurs années pour leurs dire de quitter la France maintenant. C’est comme pour tout on connaît les lenteurs de l’administration !!!! Mais que font ils toute la journée ? Qui paie leur hotel et la nourriture ? Voilà des pauvres gens à qui on a laisse de l’espoir pour rien !!! Bravo